Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

vendredi 21 octobre 2011

L'archipel de la Société



De Bora Bora à Tahiti
en passant par Taha'a, Mopelia et Tupai…


     Avec les îles de Tahiti et de Bora Bora, l'archipel de la Société est de très loin le plus peuplé et le plus connu de toute la Polynésie française.

     Archipel le plus à l’ouest de toute la Polynésie française, les îles de la Société sont en réalité composées de deux sous-ensembles : les Îles-du-Vent au Sud et les Îles-Sous-Le-Vent au Nord-Ouest. S’y trouvent les deux îles les plus connues de toute la Polynésie : Tahiti et Bora Bora.

L'archipel de la Société, le plus peuplé de toute la Polynésie

Les Îles-Du-Vent


     Composées d’un ensemble de cinq îles, les Îles-Du-Vent présentent un certain nombre de particularités.
     Ce sont les plus grandes et les plus hautes des îles de toute la Polynésie. D’autre part, on y trouve 75% de la population totale des cinq archipels.
     Les quatre îles hautes de l’ensemble sont : Tahiti, Moorea, Maiao, Mehetia. La dernière est célèbre dans le monde entier puisqu’il s’agit de l’atoll de Tetiaroa qui fut longtemps la propriété de Marlon Brando.
     Tahiti, qui est à la fois l’île la plus grande et la plus peuplée des cinq archipels (1042 km² et 178 173 habitants sur les 240 000 que compte le pays), en est aussi la capitale politique, administrative et économique. On y trouve ainsi le seul aéroport international de Polynésie, une infrastructure réalisée pour permettre le fonctionnement du Centre d’Essais du Pacifique (C.E.P.) cher au Général De Gaulle.
     Moorea, dite l’Île sœur, se trouve à seulement 17 km de Tahiti, séparée d’elle par un chenal marin qui peut atteindre jusqu’à 1.500 mètres de profondeur. D'une superficie de 133,50 km², elle accueille plus de 16 000 habitants dans une dizaine de villages répartis sur tout le pourtour de l’île. 

A Moorea, les deux baies mythiques d'Opunohu et de Cook (à droite)
 
      Beaucoup moins urbanisée que Tahiti, Moorea est devenue une sorte de banlieue résidentielle de Papeete à laquelle elle est reliée par des navettes maritimes et aériennes.
     A une centaine de kilomètres à l'Est de Tahiti, l'île de Mehetia fait aujourd’hui partie de la commune de Taiarapu-Est (Tahiti). C’est l’île la plus à l’Est de la Société. Mehetia mesure à peine 1,5 km de diamètre et culmine à 435 mètres d’altitude. Elle fut longtemps l’étape obligée pour les navires voguant vers l’archipel des Tuamotu auxquelles elle était rattachée administrativement. Mehetia est aujourd’hui inhabitée.
     Maiao, surnommée "l'île interdite" ou "l'île oubliée", fait partie de la commune de Moorea-Maiao dont elle est une commune associée. Pour à peine neuf kilomètres carrés, Maiao compte 300 habitants. Ce qui distingue Maiao de toutes les autres îles de Polynésie, c’est qu’elle a pour règle de n’accepter aucun «étranger», c'est-à-dire aucune personne non originaire de l’île qui n’aurait pas d'invitation officielle ou de raison précise d’y débarquer (sage-femme, médecin, assistante sociale, officiels…).
     La dernière des cinq Îles-Du-Vent est un atoll du nom de Tetiaroa. S’il fut longtemps la résidence d’été des Arii* et des Pomare, famille royale de Arue, il connut une période de relative tranquillité étant la propriété de Marlon Brando.

Le fabuleux lagon de Tetiaroa survivra-t-il à l'hôtel qui s'y construit ?

     Depuis 2009, on y construit un hôtel de très grand luxe alors que nombre de personnes souhaitaient le voir transformé en réserve naturelle. Nul aujourd’hui ne sait quel sera l’impact de ces travaux, les visites de l’atoll n’étant possibles qu’avec l’autorisation du promoteur du projet…

Les Îles-Sous-Le-Vent


     Au Nord-Ouest des Îles-Du-Vent, les Îles-Sous-Le-Vent comptent neuf îles dont la plus célèbre est, Bora Bora. Cinq d’entre elles sont des îles hautes (Bora-Bora, Huahine, Maupiti, Raiatea et Taha’a), les quatre autres (Manuae, Maupihaa, Motu One et Tupai) étant des atolls.

La mythique Bora Bora côté montagne

     Rendue célèbre par l’implantation d’une base militaire américaine, Bora Bora est devenue l’incarnation du mythe polynésien. Hélas, pour avoir tout misé sur le tourisme, le rêve est en train de se transformer en cauchemar économique et écologique.
     Enfermées dans un même lagon, Raiatea et Taha’a occupent des places bien différentes.
     La première, également nommée l’île sacrée est, par son importance économique et administrative, la deuxième île de Polynésie française. Elle occupe également une place très particulière dans l’histoire et la cultures polynésiennes. Raiatea compte environ 12.000 habitants pour 170 km² et l’on y trouve le site archéologique le plus important de Polynésie : le marae Taputapuatea.
     Taha’a, dite aussi l’île vanille, mesure à peine 88 km² et compte 5.000 habitants. Si elle doit sa notoriété à sa production de «la meilleure vanille du monde», il s’agit sans aucun doute de l’une des îles les plus attachantes de toute la Polynésie. Ne possédant pas d’aéroport, elle est préservée du développement anarchique que connaissent tant d’autres îles polynésiennes.

La merveilleuse Taha'a vue des hauteurs de Raiatea

     Huahine, ou l’île mémoire, est toute proche de Taha’a et Bora Bora. Un peu plus de 5.400 personnes y vivent sur 74 km². On trouve, sur cette île envoutante, l'une des plus grandes concentrations de vestiges ma’ohi de Polynésie.
     Avec seulement 13,5 km² de superficie et guère plus de 1.230 habitants, Maupiti est l'une des dernières îles hautes de l'archipel de la Société qui soit restée intacte. On y vit encore essentiellement de la pêche et du jardinage.
     Manuae, ou Scilly, est un atoll d’à peine 3,5 km² où vivent très isolés seulement une quinzaine de personnes. Ils dépendent de la commune de Maupiti.
     Maupihaa, ou Mopelia, n’est plus aujourd’hui habitée que par une dizaine de personnes de la même famille. Cet atoll d’à peine 2,7 km² ne sera bientôt plus qu’un paradis pour les oiseaux marins et les tortues.
     Motu One est beaucoup plus connu sous le nom de Bellinghausen. Cet atoll de 3 km² n’a jamais été habité de façon permanente. Relativement préservé, il est l'habitat et le lieu de ponte privilégié de nombreuses colonies d'oiseaux et de tortues marines, ce qui en fait le but de fréquentes expéditions scientifiques. On y trouve des vestiges de la présence militaire japonaise.
     Rattaché à la commune de Bora Bora, l’atoll de Tupai (11 km² et aucun habitant) est un cas particulier. L’endroit fit la une de la presse polynésienne pour avoir été transformé en lupanar de luxe pour les invités de marque du régime de Gaston Flosse. Des revendications foncières et un imbroglio juridique très complexes font que l’atoll n’est pas prêt de pouvoir retrouver une vie plus normale.

Lexique :
*Arii : grands chefs dans la hiérarchie traditionnelle polynésienne.

Un article de Julien Gué


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Cet article vous a fait réagir ? Partagez vos réactions ici :