Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

jeudi 16 juin 2016

Rangiroa, Tuamotu Archipelago



A vast lagoon like an inland sea


Second largest atoll in the world after Kwajalein in Micronesia, Rangiroa is one of the most beautiful French Polynesia diving spots.

About 350 km north of Tahiti, Rangiroa atoll is one of the most prized destinations for tourists who discover Polynesia and the Tuamotus.

The beauty of the motus and hoa of Rangiroa
True small inland sea, its lagoon is large enough to contain the entire island of Tahiti!

The atoll is called from pau'motu language,"Rairoa", what means "vast sky".

Geography of mythical Rangiroa atoll
With its turquoise inner lagoon, 80 km length and a width ranging to 32 km, Rangiroa has 7900 hectares of land area, divided into 419 motu (or islets), only two of which are still inhabited permanently today: Avatoru (where the airport is located) and Tiputa.

Today, the population of Rangiroa is more than 3384 inhabitants.

Rangiroa and its amazing lagoon
This coral reef of over 200 km of total length never exceeds a width of 500 meters (except for Motu Avatoru). The average is more than 300 meters.

Avatoru Motu spans 12.5 kilometers long and Tiputa 4 km. Both motus (the only ones still inhabited) are separated by Tiputa pass.

This immense lagoon has only two passes which allow access: Avatoru (where the main port is located), and Tiputa, far the largest and the most beautiful. By cons, more than a hundred hoa (small channels through the reef) connect the lagoon to the ocean.

At Rangiroa, the Blue Lagoon from the sky
Despite its vastness, Rangiroa lagoon never exceeds a depth of 35 meters. These two features make it sometimes, as any inland sea, vulnerable to severe storms.

In its western part, Rangiroa harbors a second small lagoon, within the first, named "The Blue Lagoon". It's one of the main attractions of the atoll.

Rangiroa and the history
If the atoll of Rangiroa is discovered in 1616 by the Dutch Jacob Le Maire and Willem Cornelisz Schouten (discoverers of Cape Horn), it was only in 1722 that it's visited by the Dutch Jakob Roggeveen. But, catholic missionaries, the first Europeans, settled there in 1851.

Probably inhabited from the tenth century AD, Rangiroa once numbered several villages: Tereia, Fenuaroa, Otepipi, Tevaro, Avatoru and Tiputa, near which were found many marae (sacred places) and dozens of cultivation pits.

Jacob Le Maire by Antonio de Herrera
During the seventeenth century, Rangiroa have tied important relationships with other atolls of the North Tuamotus and the Society Islands and flourished socially, economically and religiously. But this prosperity collapses abruptly around 1770. François Doumenge, in "The Man in the South Pacific," writes: "The defeats facing the Anaa warriors, the awesome Paratas, lead to the desertion of the island ravaged where villages and their collective buildings were destroyed and the population largely massacred while crops are abandoned."

Having taken refuge at Tikehau, Makatea and Tahiti, survivors benefit from Pomare royal family's protection and can return to their island in 1821.

The economic resources of Rangiroa
The catholic missionaries incite the population of the atoll to plant and exploit the coconut palm, thus bringing Rangiroa in the colonial era, since 1865.

A coconut grove in perfect condition
Today, the local economy is based almost exclusively on three pillars: copra culture, fishing and tourism.

Rangiroa's fishermen have benefited, since the late 1950s, from economic and urban development of the island of Tahiti where they export their production which wasn't sent to Makatea, then in full operation. Due to the size of its lagoon, the atoll can indeed profitably exploit lagoon fishing as well as deep sea fishing.

Currently, copra production, it's entirely absorbed by Tahiti and receives substantial subsidies from the territorial government.

A vegetable garden at Tiputa
Tourism, meanwhile, plummeted since 2004, mainly because of the dramatic political instability, slowly ruining the country, even to this day, it remains the main economic resource of the atoll.

There is a small subsistence farming but, as it stands, it would be unable to be sufficient to feed the population of the atoll.

The "coral wines" of a surprising vineyard
By cons, in recent years, grapevines were planted and now the wine produced by the vineyard begins to be marketed internationally with some moderate success and curiosity. No doubt that in the future, this resource will rely more and more to Rangiroa. Especially since this "coral wine" (white, red or rosé), thanks to the tropical climate particularly mild, enables the Domaine Dominique Auroy, two harvests per year!

Rangiroa, a paradise for divers
If there are dream beaches and a pink sand beach at Rangiroa, the paradise setting isn’t the only attraction of the atoll.

Escapade in Rangiroa...
The Blue Lagoon, for example, holds ornithological wonders, many endemic species in French Polynesia and in danger of speedy disappearance.

But the real magic of the atoll lies under water.

Apart from the lagoon exploration with simple mask and snorkel, different Rangiroa diving clubs offer three types of underwater attractions.

The scuba diving into lagoon, the diving on the fringing reef into the deep, and drift diving in the passes.

There is no stay at Rangiroa without the diving...
From Sea turtles to manta rays, from hammerhead sharks, to gray sharks "raira" or white tip sharks and pelagics, but also through dolphins, surgeons, mullet, wrasse, eagle rays, barracudas benches ... There never disappointing diving in Rangiroa.

There is never disappointing stay at Rangiroa.


An article of Julien Gué
Translated from French by Monak


Copyright Julien Gué. Ask for the author’s agreement before any reproduction of the text or the images on Internet or traditional press.


samedi 11 juin 2016

Bernard de la Véga




Romancier de l’Histoire calédonienne


Quatre ans séparent les deux tomes publiés par Bernard de la Véga : Pour qu’un ciel flamboie d’abord, puis Angélus en Terre Lointaine en 2011. Sous forme de fiction historique, il traite de la Nouvelle-Calédonie prise sous l’avalanche de la colonisation et de la fièvre de l’or vert à la fin du XIXème siècle : mais surtout il nous immerge de l’intérieur, au sein des cases et des gourbis, du bout de la machette et de la barre à mine, de la fourchette et de la pioche, au cœur d’un patchwork d’immigrés aux sensibilités bien tranchées.

Pour les explications très détaillées qu’il m’a envoyées, je l’en remercie vivement et vous en livre l’essentiel. Je n’ai lu que le second volume. Dans un article précédent, « j’en utilisais le canevas historique de son roman*», j’en ai même abusé  pour me plonger dans une époque où il me paraît toujours aussi énigmatique de me projeter. Bien entendu, je suis tombée dans ce piège où « il semble que l’auteur n’écrit que la moitié du roman et que le lecteur crée l’autre moitié.*»


Tribu Nengone au bosquet…

Le roman historique est-il générateur de polémiques culturelles ? Appartenant à cette génération née de la décolonisation, ma lecture n’est pas dénuée d’opinions éthiques et politiques, ce qui n’est pas si simple. Je dois juste admettre que les personnages sont pris dans le moule d’une époque qui ne les autorise pas à beaucoup d’indépendance d’esprit : la France profonde. Apparemment on a pensé pour elle, environ 78% de la population est illettrée dont 98% de femmes. « A-t-on le droit de revisiter l’histoire avec les valeurs d’aujourd’hui qui, de toute évidence, ne sont pas celles d’autrefois ?



L’auteur réagit ainsi : « Pour moi, avec un parti pris de romancier, j’essaie de camper mes personnages dans leur temps en refusant tous jugements actuels. Mes héros ont assez à faire avec leur quotidien. Les Kanaks ne savent pas qu’ils subissent le choc microbien, les bagnards ne connaissent pas la révolution industrielle qui a fait d’eux des délinquants et les fonctionnaires de la France pensent, sans vergogne, faire œuvre de civilisation en menant à bien la colonisation.*»

Roman de terre & d’eau

L’archipel ? Peu à peu s’en dévoile le cachet terraqué, c’est-à-dire de terre et d’eau, entre versant aride et vallées inondées…

Concessions agricoles de Bourail
Confusément quadrillé sur les plans cadastraux tronqués, avec son épine dorsale de brousse mystérieuse, ses relents d’orpailleurs, de pactole pour planteurs, ses despérados campagnards venus en conquistadors fermiers pour guérir des années famine du continent… c’est dans ce décor que s’ancre la saga de L’Angélus. Ce n’est pas sans raison que l’auteur prend soin d’individualiser chaque parcours, car chacun se trouve quasiment isolé, et quand les relations existent, elles sont casuelles, superficielles, garrottées ou vulnérables.

Sur l’archipel encore veiné de ses tribus squelettiques ambulantes, nous suivons le destin de Pwêêdi en quête de transfusion urgente de son capital culturel confisqué… Aux « vilains » de tous bords dont les autochtones, « les paysans, ceux qui font le paysage » comme le souligne Bernard de la Véga, transplantés de leur terreau périgourdin, bourguignon ou kanak, s’ajoute encore cette population dessouchée des bagnards. Soi-disant « réhabilités », pour expiration ou commutation de peine… soulagés ou résignés, mais toujours soupçonnés par les colons libres.

Les caféieraies
En filigrane, gouverneurs et fonctionnaires, pressés de retourner en métropole, gèrent espace et populations (bourgs, camps, pénitencier, réserves, ponts et chaussées, déplacements, transhumance) comme du bétail, à la va-vite et tambour battant. Éleveurs, caféiers, prospecteurs et leurs privilèges prospèrent sur le dos des «contrats de chair humaine », illégalement requis. En sourdine et en faible proportion, pour les évadés, les contrebandiers, les maraudeurs, à juste titre ou non : « Piller les riches est un droit : c’est de la légitime défense » (p.211).

Terra incognita, terra nova ?
Il s’agit bien ici d’une histoire de naissance, d’identification et d’appartenance, d’attachement ombilical à la glaise dont sont faits les hommes, de quête de paternité ou de giron matriciel. Sur cette aire, nouvellement sortie de son inconnue et annexée, la population clairsemée peine à se forger ses points de repères : d’origines diverses, elle se trouve compartimentée par les instances représentatives. Chaque communauté se voit écorchée, tantôt honorée, tantôt conspuée, ostracisée, proscrite, et dans bien des cas, orpheline. Ainsi, les privilégiés ou parvenus se protègent derrière le rempart de leurs relations. Quant aux autres, amputés de vrais modèles de chair et d’os, ils ressentent d’autant plus le dénuement que, ballotés par les revers de toutes sortes, la Terre nourricière est aussi leur marâtre.

Disparition d’une tribu
Les personnages, victimes ou actants, ont tous participé de près ou de loin à la mutation des paysages originels, tatoués de métamorphoses profondes. Sur une génération que dure le roman, la terre est devenue méconnaissable, pas seulement pour les autochtones kanaks aux villages désertés ou détruits… Même « marquée du sceau du laboureur », de quelques années de remise de peine sous forme de concession agricole, elle reste fuyante, quasi insaisissable. Car cette terre ne materne ni réfugiés, ni parqués, ni nouveaux venus. Pour ces « oubliés du monde libre », « pas d’issue », l’âme des lieux a disparu ou les lieux en sont dépourvus… Le profit les a fait avorter.

Encore une Terra Incognita
La Terra Incognita des explorateurs, Ô vierge tropicale… n’annonce pas une ère nouvelle mais le désenchantement. Par confusion ou non-sens, elle devient hostile. Ces Dames de Bourail ne sont libérées du bagne qu’à condition de convoler en juste noces avec un ex-taulard et d’assumer leur rôle d’épouses-fermières dans une concession agricole pénale. Grotesque pour ne pas dire monstrueuse ordonnance matrimoniale !

Tout est devenu invisible. « Ici, tout est ni vu ni connu. Personne n’aura jamais vu personne et personne ne rapportera jamais la vérité. Et qui va venir chercher tes os dans la rivière ? Sûrement pas ta femme. Elle ne sait même pas où tu es. Et t’as déjà vu un gendarme faire une enquête dans la chaîne ? » (p.252).
L’amour est une plante de luxe (p.321)

Un romancier au cœur de l’histoire

Tous les personnages ont en commun un destin qui s’étiole au fur et à mesure. Avec le préalable suivant, l’anankè, c’est-à-dire la fatalité, - l’anankè du dogme, de la loi, des éléments-, Victor Hugo écrit trois romans durant la même époque : Notre-Dame de Paris (1831), Les Misérables(62), Les travailleurs de la Mer (66).

La pause bagnards

Pour Bernard de la Véga le but est autre. Mais les personnages en sont-ils moins écrasés et perdraient-ils de leur tragique ? Pas du tout, à mon avis. « C’est en refusant le recul de l’histoire que je me glisse dans ce que je crois être leur passé. J’ai donc souhaité que mes héros trainent leurs blessures sans moi. Je les veux singuliers, mais dans un contexte qui soit absolument respecté. Si mes créatures n’ont pas l’envergure des héros de roman, que leur contexte au moins soit le plus juste possible.*» Le type de personnages choisi par l’écrivain ne relève pas du roman d’aventure mais de l’ordinaire. Semblables à leurs compatriotes expatriés, ils suivent la logique de l’enfermement sur le lieu dont aucun ne peut s’échapper.

Ce qui conduit à l’exacerbation. Et l’auteur de préciser : « le vrai héros du roman ce n’est ni Jean, ni Erardt, ni les autres… C’est la plaine et le vide d’affect qui la peuple... Des terres qui ne sont pas des terroirs, des voisins qui n’ont pas de morale, des kanak qui sont loin.*»

La pause Angélus
En auteur du XXIème siècle, Bernard de la Véga reste sciemment neutre. Appuyant la progression fictionnelle sur les réactions des personnages, leur évolution ou leurs faiblesses bien plus que sur l’introspection, il brosse une galerie réaliste de portraits à la Balzac, en toute conformité avec le puritanisme du moment. « Petits, obscurs, sans-grade », à la Rostand dans L’Aiglon (1900), ils sont les personnages-pivots qui nous permettent de visualiser et de découvrir une région, des parcours et une époque dans leurs moindres détails : de l’outil, à la nourriture, en passant par les préjugés sanitaires de la toilette, la relation au travail, à la morale, à l’argent, à la terre, à la femme, etc. Mais ils nous montrent aussi, s’il était utile de le préciser la complexité et l’impuissance de l’histoire, du passé.

L’Angélus bat la chamade
L’auteur vous présente cette saga à cinq continents en prenant soin de l’associer à la rétrospective d’un certain Paul, narrateur. Clin d’œil au millénaire supposé mettre fin magiquement à une mentalité révolue. Là, se côtoient au milieu de l’océan, des mondes éperdument hermétiques.

Le colon dans ses œuvres 
pour faire bonne mesure au titre d’un roman si proche de l’humain, si touchant et si sobre dans le malheur, je vous propose une ouverture sur toile. Penchons-nous sur cette contrition des gueux, l’Angélus, dans le genre paysan, du peintre Jean-François Millet (1857) et… Croquons un brin d’humour avec cette citation de Salvador Dali : « L’Angélus de Millet beau comme la rencontre fortuite, sur une table de dissection, d’une machine à coudre et d’un parapluie. »

Et pour clore sur un mot de l’auteur : « C’est fini ou presque fini. Maintenant certains vous disent : « Je suis fier d’être descendant de bagnard ». ça prouve que ce n’est pas tout à fait fini. D’abord la honte, puis le non-dit, puis la reconnaissance ; on va leur laisser leur bien bête fierté avant qu’ils ne trouvent la sérénité. L’histoire a tout son temps…*»

Jeune fille Kanake
« L’histoire n’appartient pas aux historiens, pas plus qu’un roman n’appartient à son auteur.*»

Un article de  Monak


Tous droits réservés à Monak. Demandez l’autorisation de l’auteur avant toute utilisation ou reproduction du texte ou des images sur Internet, dans la presse traditionnelle ou ailleurs.
Avertissement : Les astérisques (*) renvoient aux dires, commentaires et réponses comprises dans l’interview de Bernard de la Véga.
Voir aussi :
Monak : Bagne calédonien. Le désastre des colonies pénitentiaires.