Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

jeudi 20 octobre 2011

Boris Vian et l'opéra


Le chevalier de neige


     Tout le monde connait les amours adultères du preux chevalier Lancelot du Lac et de la reine Guenièvre. Mais qui a lu le livret d’opéra qu’en tira Boris Vian ? Et qui sait que le spectacle fut créé à Caen en 1953 sur une musique de Georges Delerue et dans une mise en scène de Joe Théhard ?


     Le texte avait été commandé à Vian, en 1952, par les organisateurs du festival dramatique de Normandie. Il en fut donné sept représentations qui réunirent 10 000 spectateurs !
     Il faut dire qu'une fois encore, l'écrivain aux multiples talents avait bousculé les habitudes en créant, avec ce texte, une forme nouvelle d'un théâtre moderne, construit sur un rythme dynamique très proche de celui du cinéma.

Une invention de Boris Vian, le 'pataphysicien
     En 1957, c'est la ville de Nancy qui donna à Boris Vian l'occasion de transformer ce spectacle musical en un véritable opéra. Là encore, ce fut un énorme succès.
     L'opéra est une découverte pour l'auteur, un univers dont il perçoit très vite les immenses possibilités. Au point qu'il écrivit cinq autres livrets qui tous ont été publiés.
     Nous sommes loin ici de « J’irai cracher sur vos tombe » et du scandale qui s’en suivit. Pourtant, le génie provocateur de Vian nous offre une version aussi belle que surprenante de la célébrissime légende celtique et de la quête du Graal.
     Il s’agit de la seule œuvre de ce génial auteur qui connût un succès critique et populaire immédiat. Pourtant, aujourd’hui elle est ignorée du plus grand nombre.
     Initialement publié par Christian Bourgois, cette réédition du Chevalier de Neige en collection de poche nous propose également les deux versions qu’en fit Boris Vian : l’opéra bien sûr, mais aussi la pièce de théâtre ainsi qu’un grand nombre de notes et de réflexions de l’auteur.


Un article de Julien Gué


1 commentaire :

  1. « Il va de soi que tout ceci ne peut finir que par la mort, et la beauté des romans vient aussi de ce que cette mort n'apparaît qu'au terme d'une très longue vie d'amour. » Ainsi Boris Vian, deux ans avant sa propre disparition, commente-t-il l'histoire des amours de Lancelot et de la reine Guenièvre, que nous conte cet étonnant Chevalier de neige.

    RépondreSupprimer

Cet article vous a fait réagir ? Partagez vos réactions ici :