Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

lundi 27 octobre 2014

Tetiaroa, chronicle of a foretold destruction


From Brando's Atoll to the Brando Hotel

Some kinds of stories are much more difficult to tell than others. The next one is theirs. Effectively, that's the death sentence of a magical atoll what it is.

We are talking about a place that was a royal Ma'ohi residence before  evangelization; it was the accomplished dream of a Marlon Brando; it was until the early 2010s, the natural setting of a paradise for birds, fish, plants and many other natural species of Polynesia…

The welcome at The Brando Hotel before Dick Bailey
To have stayed on the atoll a few years ago, while the reception and accommodation were still operated by Marlon Brando's family and some local employees, I can attest to  the  warmth of home, the wild beauty of the place completely preserved... But also the fact that the place was open to all, without discrimination of any kind.

Atmosphere at the heart of The Brando Hotel in 2001
Tetiaroa was, indeed, a favorite destination (because nearby) and quite affordable for the people of Tahiti and Moorea.

The end of a world
All it took was for the meeting between crooked politicians, whose interests are to define in this file, and a dubious reputed businessman, for the atoll of Tetiaroa is removed shamelessly from resorts accessible to Polynesians and to common tourists, in order to be reserved only to a few hypothetical billionaire customers...

Gaston Flosse and Dick Bailey, makers of an ecological scandal
An official vocation that seems compromised if one considers that, at the opening of The Brando Hotel in July 2014, not one of the guest stars, even so displayed in flashy press, was present. An inauguration yet announced to great fanfare and strangely disappeared from calendars without explanation... Wouldn't the offer correspond at all with the requirements of these ladies and gentlemen, or would the many issues, raised by the opposition and the very existence of this hotel, encourage the stars to keep themselves away in order to preserve their image?

The Brando Hotel for the advertising
What is certain is that by itself, the price of the outward and return flights Tahiti-Raiatea would suffice to keep out Polynesians wanting to go green: until 31 March 2015, the outward-and-return journey (2 x 20 minutes) costs you € 298.50. Thereafter, the rate will increase to € 597 per person for the same trip! Note that the flight takes 15 minutes, including takeoff and landing…
But beware: to take your ticket, you have to justify booking a night at least. And to do that, it takes a minimum of € 3,000 per night for 1 or 2 people ... This rate may increase to € 9,000! But, of course, add all meals, drinks, and various priced activities available on site.

All about for the environment“, said the developer
Yet that’s neither the worst nor the most disturbing.

The Brando Hotel and environment
The first scandal of The Brando Hotel, and the one that angered the true conservationists, from the birth of the project, is the planned destruction of a previously pristine atoll.

We will not go into the details of the already done damages, or those inevitable. To access all the practical and scientific information, we can only invite you to visit regularly and carefully "The Brando-Apocalypse Now " webpage.

Lagoon and coral reefs, destroyed by the works
However, it is essential to inform the public the following few points.

Why an association of so-called protection of the environment was created from scratch at a time when many environmentalists’ voices began to speak out against this project? An association that is, one wonders why, the only authorized by the sponsor to monitor the environmental situation on the atoll of which, and curiously, the Bureau members who move all closer to the said-promoter? This association, totally independent and objective course (!), is called "Tetiaroa Society"; its founder (who is also the secretary) is, quite by chance and without any ulterior motive, the same developer of The Brando Hotel, a certain Dick Bailey ... You said neutrality and independence!


The real picture, as for the impact of the hotel on the environment
The association, oriented environmentalist, "Tetiaroa Society" has a website which, like its Facebook page is in English and the only other available information relating to the web seems to be on this link: http://www.pacificbeachcomber.com/projects/tetiaroa/tetiaroa-society/. A link that leads to the site of Pacific Beach Comber, i.e. the promoter's company ... Therefore, it is reasonable to have very serious doubts about the independence and objectivity of this association. Like about its objectives, besides...

The Objective:  TETIAROA must be concreted
The Brando Hotel has already benefited from several billion Pacific francs, and yes: you read well billions, within the framework of the tax exemption. In other words, some public money for a private operation … But this is other shutter, just as shocking, about this affair which we shall soon open in a new article.

How The Brando Hotel respects the environment
The developer's real project is to build a series of great luxury pavilions to be sold to a few billionaires seeking paradisiac isolation. For this purpose, work has already begun. No building permit or authorization of any kind was ever received, apparently. In other words: illegally. Especially since, remember, the developer does not own these motu but is only tenant...

Again, everything is done in the most total opacity with the active complicity of Polynesian public (political) authorities and Marlon Brando's heirs. And of course at the expense of the population, really owner of these places...

What will be the appearance of these bungalows? What is their real impact on the fragile environment of the atoll in the short and long term? Why this very large real estate project doesn't appear nowhere in the service of urban planning and rural development in Polynesia? How could the works begin without a prior impact assessment, and nobody cares?


Stolen images, a few weeks before the inauguration
Yet, therein lays the real issue of all this fully dubious financial and real estate operation, conducted by and for the benefit of the Pacific Beach Comber Society.

Politics, money and the law
The issue of private property, maritime domain and the public domain is the basis of a recurring debate in French Polynesia. But things do not seem so complicated if we stick to the texts, that they are governed by international maritime law, French law or Polynesian law.

Thus, in the case of an atoll as Tetiaroa, only the land surface may be covered by private property, knowing that the line drawn by the sharp point of the highest known tide line means the beginning of the public domain. This rule under international maritime law thus allowing free access to the reefs, lagoons and beaches.

Tetiaroa, the end of a world
The proof is an annex to the long lease transferring the usufruct of the atoll to Marlon Brando, a document prepared by the service of the mortgage of Polynesia dated October 26, 1966, states in full: "Mr. Marlon Brando also recognizes formally the public domain of the reef surrounding the atoll and its inner lagoon where access by sea remain free. "

It is therefore reasonable to ask why this commitment does not apply to Tetiaroa today... That's the case though.

Fishermen banned from the public maritime domain!
Indeed, fishermen see their access and use rights, subject to the whims of the management of the hotel company! Worse: an area of the lagoon has been declared by the decree of the Council of Ministers No. 951 CM of June 26, 2014, prohibited fishing zone without consulting fishermen. But the hotel allows customers to fish and take pictures with their catch. So what right?

You said: prohibited fishing in this area?
Worse: a site dedicated to promoting tourism publishes pictures of the Brando Hotel's guests posing with a huge catch, at the very heart of this area, supposedly protected!

It must be said that monitoring of the entire atoll, private and public spheres, is ensured by security guards hired and paid by the hotel and ... Why, again, what right?

Regrettably, this is not the most important point.

Fishermen of Arue are angry
From 2009, the Union of Fishermen of Arue has striven against the private operation of the atoll of Tetiaroa. It must also be pointed out that this lagoon has always been a vital reserve for anglers fishing in the municipality. Again, the obvious collusion of   politician and promoter averted these intruders. And again, through a decree of the Council of Ministers, that is to say, without the hassle of a debate and a vote of the Assembly of French Polynesia...

 This is Order No. 952 CM of 26 June 2014. Besides the various rules governing fishing in the lagoon of Tetiaroa, this text formalizes the creation of a "committee of management of the maritime space of Tetiaroa." That’s something we can only applaud a priori. Except...


Here, fishing area strictly prohibited...
Except that the geographical reality is this: the lagoon is 86% of the total area of the atoll of Tetiaroa. Therefore, it's not understandable why the fishermen have barely three representatives on the "Management Committee of the maritime space of the atoll of Tetiaroa" for four selected by the developer himself, who is just tenant of 14% of the whole. This distribution of seats is so much aberrant  (if not downright outrageous), that the representative of the group of fishermen of Arue, Gérald Grand, resigned from the said committee, not seeing at all what his presence could well serve ...

After all these already more than unsettling elements by themselves, we have to mention the very special situation of a very dangerous character (!), threatening very seriously the safety of people and property on the atoll of Tetiaroa: I mean Teiki Pambrun...

Teiki Pambrun: fearsome pirate or lagoons' Don Quixote?
It's been three years since the aquatic fauna and flora of Tetiaroa are terrified by the presence of a sailing traditional livable dugout in the lagoon of the atoll. An obvious aggression for the environment and the future of this paradise:  you need only look at the pictures to see this!  And, above all, a considerable inconvenience to customers and staff of the hotel Brando...

The dugout of mass destruction of lagoons...…
 Let us recall that in the lease between the hotel’s developer with the heirs of Marlon Brando, only a part of the atoll is considered private. Remember also that the reef, the lagoon and the land surfaces (up to the line of the highest known tide) is in the public domain. The meaning of "public ", in our dictionary is: accessible to all ... This rule is clearly established in international maritime law as in the French law or the Polynesian legislation.


Teiki Pambrun, Tetiaroa's friendly squatter, seen by Lolo Lachiparmentier
A rule also confirmed, although restricted by the Ministerial Decree No. 952 CM of June 26, 2014 already cited. Except that now, seized by the ineligible Gaston Flosse while he was still president of the government of French Polynesia, the Court of First Instance of Papeete decided September 23, 2014, nominally, that the captain of the dugout, cited above didn't have the right to approach within 10 km from the Brando Hotel. In other words: a Polynesian citizen no longer has the right to access the public domain of Tetiaroa lagoon!

But who is this bloodthirsty pirate who terrorizes the authority and the developer, by murdering in a permitted fishing zone, at least one fish per day to feed his family? And who is his formidable crew?


When Teiki Pambrun made ​​his "Grand Houit”( Grand Huit)"
His name is Teiki Pambrun and he's sailing with his 12 years old daughter Temanu and his girlfriend, Teae... not to mention Lady, the terrifying Dalmatian!

Hopeless pacifist and advocate of the environment, he’s especially known for creating, at Moorea, the first Polynesian lagoonarium, an educational place with a wonderful underwater trail particularly popular with teachers and their students.

Teiki Pambrun, the eco-terrorist who shakes the promoter
This debonair-smiled sexagenarian is also the designer and builder of Hitiura, the beautiful traditional sailing dugout that serves as a primary residence. And about this wonderful boat, it's important to note that it was designed and constructed here with the utmost respect for environmental standards. Thus, it produces its fresh water, recycles its wastes, provides energy and, don't forget, it's floating under sail... Can we compare the environmental impact of the ship on the atoll of Tetiaroa with that of The Brando Hotel: reef destruction, deforestation of motu, coral damages and extraction, etc.? ...

Treat yourself to a dwelling dugout designed by Teiki Pambrun  
Let's be serious. But, alas, what can do our Don Quixote of lagoons face the weight of the collusion between a developer with a reputation more than doubtful and a totally corrupt political power, in the image of its leader Gaston Flosse, sentenced to repeatedly on charges of corruption and misuse of public funds ?

Let's save Tetiaroa!
At the risk of being evicted forcibly at any time by the security forces, Teiki Pambrun simply wants to witness the atrocities committed on this wonderful place that was Tetiaroa. Thus, for example, to report that the construction of villas for millionaires began without impact study or any building permit, shows in fact the purpose of this strictly estate transaction...

Lady cries over: « we must save Tetiaroa!!”
Only Teiki, Temanu, Teae and Lady can do nothing for the atoll of Tetiaroa.

But ... Imagine... that the social networks  are flooded  with messages of support, that the page of "The Brando-Apocalypse Now" amasses thousands of "likes", that  a  petition  without borders is organized and expands on the Internet, that big-hearted browsers come to cast beside Hitiura, as  the international media finally do the echo of the scandal ...

Tetiaroa How long...
So, we can dream that might be saved Tetiaroa, that no more  Polynesian atoll might suffer  further harms of profit and corruption, that the Polynesians might find their enjoyment of paradise, what requires so much work and energy to feed  simply  a family...

That depends on you.



An article of Julien Gué
Translated from French by Monak
See also:
Tetiaroa, the island of Marlon Brando, an article by Julien Gué;
The Brando Apocalypse now, the Facebook page that tells you all about what happens in Tetiaroa


Copyright Julien Gué. Ask for the author’s agreement before any reproduction of the text or the images on Internet or traditional press.


Tetiaroa, chronique d’une destruction annoncée


De l’atoll de Brando à l’hôtel Brando

Il est des histoires bien plus difficiles que d’autres à raconter. Celle qui suit en fait partie. En effet, c’est de la condamnation à mort d’un atoll magique dont il s’agit.

Nous parlons ici d’un lieu qui fut résidence royale au temps des Ma’ohi d’avant l’évangélisation ; qui fut le rêve accompli d’un certain Marlon Brando ; qui fut, jusqu’au début des années 2010, l’écrin naturel d’un véritable paradis pour les oiseaux, les poissons, les plantes et tant d’autres espèces naturelles de Polynésie…

L’accueil à l’hôtel Brando d’avant Dick Bailey

Pour avoir séjourné sur l’atoll il y a quelques années, alors que l’accueil et l’hébergement y étaient encore assurés par la famille de Marlon Brando et quelques employés locaux, je peux témoigner de ce qu’y étaient la chaleur de l’accueil, la beauté sauvage des lieux totalement préservés… Mais aussi du fait que l’endroit était ouvert à tous, sans discrimination d’aucune sorte.

Ambiance au cœur de l’hôtel Brando en 2001

Tetiaroa était, en effet, une destination privilégiée (car toute proche) et tout à fait abordable pour les habitants de Tahiti et Moorea.
                                  
La fin d’un monde
Il aura suffit de la rencontre entre des politiciens véreux, dont les intérêts restent à déterminer dans ce dossier, et d’un homme d’affaire à la réputation douteuse pour que l’atoll de Tetiaroa soit retiré sans vergogne des villégiatures accessibles aux Polynésiens et aux touristes communs afin de le réserver exclusivement à quelques hypothétiques clients milliardaires…

Dick Bailey et Gaston Flosse, les artisans du scandale écologique

Une vocation officielle qui semble bien compromise si l’on considère que, lors de l’inauguration de l’hôtel The Brando en juillet 2014, pas une seule des stars invitées et affichées à grand renfort de médias n’était présente. Une inauguration pourtant annoncée à grand tapage et étrangement disparue des calendriers sans explication aucune… L’offre ne correspondrait-elle pas du tout aux exigences de ces messieurs-dames, ou bien les nombreuses questions et l’opposition soulevées par l’existence même de cet hôtel auraient-elles incité les dites stars à se tenir éloignées de l’endroit afin de préserver leur image ?

L'hôtel Brando pour la publicité

 Ce qui est certain, c’est qu’à lui seul, le prix de la navette aérienne Tahiti-Tetiaroa et retour aurait suffit à tenir éloignés les Polynésiens désireux de se mettre au vert : jusqu’au 31 mars 2015, l’aller-retour (2 x 20 mn) vous coûte 298,50 €. Ensuite, le tarif passera à 597 € par personne pour le même trajet ! Précisons que le vol dure 15 mn, décollage et atterrissage compris…

Mais attention : pour prendre votre billet, vous devez justifier de la réservation d’une nuitée au moins. Et pour ce faire, il faut compter un minimum de 3 000 € la nuit pour 1 ou 2 personnes… Ce tarif pouvant grimper jusqu’à 9 000 € ! A cela, bien sûr, s’ajoutent tous les frais de repas, de boissons, et les diverses activités payantes qui sont proposées sur place.

Tout pour l'environnement, nous dit le promoteur

Pourtant,  là n’est  pas le plus grave ni le plus inquiétant.

L’hôtel Brando et l’environnement
            Le premier scandale lié à l’hôtel Brando, et celui qui a provoqué la colère des véritables défenseurs de l’environnement dès la naissance du projet, c’est la destruction programmée d’un atoll jusque là parfaitement préservé.

            Nous ne rentrerons pas ici dans le détail des dégâts déjà accomplis, ni de ceux inévitables. Pour avoir accès à toutes les informations pratiques et scientifiques, nous ne pouvons que vous inviter à visiter régulièrement et avec attention la page « The Brando-Apocalypse now ».

Lagon et récif détruit par les travaux

Il est toutefois indispensable de porter à la connaissance du public les quelques éléments suivants.

Pourquoi une association de soi-disant protection de l’environnement a-t-elle été créée de toutes pièces au moment où de nombreuses voix écologistes commençaient à s’élever contre ce projet ? Une association qui est, on se demande bien pourquoi, la seule habilitée par le promoteur à suivre l’évolution de la situation environnementale sur l’atoll et dont, curieusement, les membres du bureau sont tous des proches du dit promoteur ? Cette association, totalement indépendante et objective évidemment, s’appelle « Tetiaroa Society » et son fondateur (qui en est également le secrétaire) se trouve être, tout à fait par hasard et sans arrière-pensée aucune, le même promoteur de l’hôtel Brando, un certain Dick Bailey… Vous avez dit neutralité et indépendance ?


En images, la réalité quant à l’impact de l’hôtel sur l’environnement
            L’association à vocation écologiste « Tetiaroa Society » possède un site Internet qui, comme sa page Facebook, est exclusivement en anglais et la seule autre information la concernant accessible sur la toile semble se trouver au bout de ce lien : http://www.pacificbeachcomber.com/projects/tetiaroa/tetiaroa-society/.  Un lien qui mène sur le site de la société Pacific Beach Comber, autrement dit la société du promoteur… Dès lors, on est en droit d’avoir de très sérieux doutes sur l’indépendance et l’objectivité de cette association. Tout comme sur ses objectifs, d’ailleurs…

Objectif : bétonner Tétiaroa
            L’hôtel Brando a déjà bénéficié  de plusieurs milliards de francs pacifique, et oui : vous avez bien lu milliards, dans le cadre de la défiscalisation. Autrement dit, de l’argent public pour une opération privée… Mais il s’agit là d’un autre volet, tout aussi choquant, de cette affaire que nous ouvrirons bientôt dans un nouvel article.

Comment l'hôtel Brando respecte l'environnement

            Le véritable projet du promoteur est de construire une série de pavillons de très grand luxe destinés à être vendus à quelques milliardaires en quête d’isolement paradisiaque. Dans cet objectif, les travaux ont déjà commencé. Sans permis de construire ni autorisation d’aucune sorte qui soit accessible. Autrement dit : illégalement. D’autant que, souvenez-vous : le promoteur n’est pas propriétaire de ces motus mais seulement locataire…

            Là encore, tout se fait dans l’opacité la plus totale avec la complicité active des pouvoirs publics (politiques) polynésiens et des héritiers de Marlon Brando. Et bien sûr au détriment de la population, véritable propriétaire des lieux…

            Quelle sera l’apparence des ces bungalows ? Quel sera leur impact réel sur l’environnement si fragile de l’atoll à court et à long terme ? Pourquoi ce très gros projet immobilier n’apparaît-il nulle part dans les services de l’urbanisme ou du développement rural de Polynésie ? Comment les travaux ont-ils pu débuter sans étude d’impact préalable, sans que personne ne s’en inquiète ?


Images volées quelques semaines avant l’inauguration
            Là pourtant se trouve le véritable enjeu de toute cette opération financière et immobilière pour le moins douteuse menée intégralement par et pour le bénéfice de la Pacific Beach Comber Society.

Les politiques, l’argent et la loi
            La question de la propriété privée, du domaine maritime et du domaine public est à la base d’un débat récurent en Polynésie française. Les choses pourtant ne paraissent pas si compliquées si l’on s’en tient aux textes, qu’ils relèvent du droit maritime international, du droit français ou du droit polynésien.

Ainsi, dans le cas d’un atoll comme Tetiaroa, seules les terres émergées peuvent relever de la propriété privée, sachant que la ligne tracée par le point marqué de la plus haute marée connue désigne le début du domaine public. Cette règle relevant du droit maritime international laissant donc un libre accès aux récifs, aux lagons et aux plages.

Tetiaroa, la fin d’un monde

La preuve en est qu’une annexe au bail emphytéotique cédant l’usufruit de l’atoll à Marlon Brando, un document rédigé par le service de la conservation des hypothèques de Polynésie en date du 26 octobre 1966, précise en toutes lettres : « Monsieur Marlon Brando reconnaît par ailleurs formellement la domanialité publique du récif entourant l’atoll et de son lagon intérieur dont l’accès par voie de mer demeurera libre. »

On est, dès lors, en droit de se demander pourquoi cet engagement ne s’appliquerait pas à Tetiaroa aujourd’hui… Ce qui est pourtant le cas.

Les pêcheurs bannis du domaine maritime public !
En effet, les pêcheurs voient leurs droits d’accès et d’exploitation soumis au bon vouloir de la direction de la société hôtelière ! Plus grave encore : une zone du lagon a été déclarée, par l’arrêté du conseil des ministres n° 951 CM du 26 juin 2014, zone de pêche interdite sans concertation des pêcheurs. Or l’hôtel permet justement à ses clients d’y pêcher et de s’y faire prendre en photos avec leurs prises. De quel droit ?

Vous avez dit pêche interdite dans cette zone ?

Plus grave encore : un site dédié à la promotion touristique publie des photos de clients de l’hôtel Brando posant avec une énorme prise au cœur même de cette zone soi-disant protégée !

Il faut dire que la surveillance de la totalité de l’atoll, domaine privé et public, est assurée par des vigiles embauchés et rémunérés par l’hôtel… Pourquoi et, là encore, de quel droit ?

Hélas, l’essentiel n’est pas là.

Les pêcheurs d’Arue sont en colère

Dès 2009, le Syndicat des Pêcheurs de Arue montait au créneau contre l’exploitation à titre privé de l’atoll de Tetiaroa. Il fa  ut savoir que, depuis toujours, ce lagon est une réserve de pêche vitale pour les pêcheurs de la commune. Là encore, la collusion évidente des politiques et du promoteur a permis d’écarter ces gêneurs. Et là encore, par le truchement d’un arrêté du conseil des ministres, c’est-à-dire sans s’encombrer d’un débat et d’un vote de l’assemblée de Polynésie…

Il s’agit de l’arrêté n° 952 CM du 26 juin 2014. Outre les différentes règles régissant la pêche dans le lagon de Tetiaroa, ce texte officialise la création d’un « comité de gestion de l’espace maritime de l’atoll de Tetiaroa ». Ce dont, a priori, on ne pourrait que se féliciter. Sauf que…


Ici, zone de pêche strictement interdite…

Sauf que la réalité géographique est la suivante : le lagon représente 86% de la superficie totale de l’atoll de Tetiaroa. Dès lors, on comprend assez mal pourquoi les pêcheurs comptent trois représentants au sein du « comité de gestion de l’espace maritime de l’atoll de Tetiaroa » pour quatre choisis par le promoteur lui-même, alors qu’il n’est locataire que de 14% de l’ensemble. Une répartition des sièges à tel point aberrante (pour ne pas dire scandaleuse), que le représentant du collectif des pêcheurs de Arue, M. Gérald Grand, a démissionné du dit comité, ne voyant pas du tout à quoi sa présence pourrait bien y servir…


            Après tous ces éléments déjà plus que dérangeants par eux-mêmes, il nous reste à évoquer la situation très particulière d’un fort dangereux personnage menaçant très gravement la sécurité des biens et des personnes sur l’atoll de Tetiaroa, je veux parler de Teiki Pambrun…

Teiki Pambrun : redoutable pirate ou Don Quichotte des lagons ?
            Voilà environ trois années que la faune et la flore aquatiques de Tetiaroa sont terrifiées par la présence d’une pirogue traditionnelle à voile d’habitation dans le lagon de l’atoll. Une évidente agression, il suffit de regarder les photos pour s’en convaincre, pour l’environnement et l’avenir de ce paradis. Et, surtout, une gêne considérable pour les clients et les personnels de l’hôtel Brando…

La pirogue de destruction massive des lagons…

            Rappelons ici que, de par le bail qui lie le promoteur de l’hôtel aux héritiers de Marlon Brando, seule un partie de l’atoll est considérée comme privative. Rappelons également que le récif, le lagon et les terres émergées (jusqu’à la ligne de la plus haute marée connue) sont du domaine public. Public signifiant, d’après notre dictionnaire : accessible à tous… Cette règle étant clairement établie par le droit maritime international comme par le droit français et la législation polynésienne.


Teiki Pambrun, le squatteur sympathique de Tetiaora vu par Lolo Lachiparmentier
            Une règle d’ailleurs confirmée, bien que restreinte, par l’arrêté ministériel n° 952 CM du 26 juin 2014 déjà cité. Sauf que, saisi par le désormais inéligible Gaston Flosse alors qu’il était encore président du gouvernement de la Polynésie, le tribunal des référés de Papeete a décidé, le 23 septembre 2014, nominativement, que le capitaine de la pirogue citée plus haut n’avait plus le droit de s’approcher à moins de 10 km de l’hôtel Brando. Autrement dit : ce citoyen polynésien n’a plus le droit d’accéder au domaine public qu’est le lagon de Tetiaroa !

            Mais qui est donc ce pirate sanguinaire qui terrorise le pouvoir et le promoteur en assassinant, dans une zone de pêche autorisée, au moins un poisson par jour afin de nourrir sa petite famille ? Et qui est son redoutable équipage ?


Quand Teiki Pambrun fait son Grand houit
            Il s’appelle Teiki Pambrun et il navigue avec Temanu, sa fille de 12 ans et Teae sa compagne… sans oublier Lady, la terrifiante dalmatienne !

            Indécrottable pacifiste et fervent défenseur de l’environnement, il est notamment connu pour avoir créé, à Moorea, le premier lagoonarium de Polynésie, un lieu pédagogique doté d’un merveilleux sentier sous-marin particulièrement prisé des enseignants comme de leurs élèves.

Teiki Pambrun, l’écolo-terroriste qui fait trembler le promoteur

Ce sexagénaire au sourire débonnaire est également le concepteur et constructeur de Hitiura, la superbe pirogue à voile traditionnelle qui lui sert de résidence principale. Et, à propos de cette merveilleuse embarcation, il est important de signaler ici qu’elle a été conçue et construite dans le plus grand respect des normes environnementales. Ainsi, elle produit elle-même son eau douce, recycle ses déchets, produit son énergie et, ne l’oublions pas, navigue à la voile… Peut-on comparer l’impact écologique de ce navire sur l’atoll de Tetiaroa avec celui de l’hôtel Brando : destruction du récif, déforestation des motu, destruction et extraction du corail, etc ?...

Offrez-vous une pirogue d’habitation conçue par Teiki Pambrun

Soyons sérieux. Mais, hélas, que peut bien faire notre Don Quichotte des lagons face au poids de la collusion entre un promoteur à la réputation plus que douteuse et un pouvoir politique totalement corrompu, à l’image de son chef de file Gaston Flosse, condamné à de multiples reprises pour des faits de corruption et d’abus de biens sociaux ?

Il faut sauver Tetiaroa
Au risque de se faire expulser manu militari à n’importe quel moment par les forces de l’ordre, Teiki Pambrun se veut simplement être le témoin des exactions commises sur ce merveilleux endroit que fut Tetiaroa. Ainsi, par exemple, dénoncer le fait que les travaux de construction des villas pour milliardaires ont commencé, sans étude d’impact ni permis de construire, démontrant  de fait la finalité strictement immobilière de cette opération…

Lady dit : il faut sauver Tetiaroa !

Seuls, Teiki, Temanu, Teae et Lady ne peuvent rien pour l’atoll de Tetiaroa.

Mais… Imaginons un instant que nous inondions les réseaux sociaux  de messages de soutien, que la page The Brando-Apocalypse now totalise des milliers de likes, qu’une pétition sans frontière voie le jour sur Internet, que des navigateurs au grand cœur viennent mouiller à côté de Hitiura, que de grands médias internationaux se fassent enfin l’écho de ce scandale…

Tetiaroa, combien de temps encore...

            Alors on peut rêver que soit sauvé Tetiaroa, que plus aucun atoll polynésien ne subisse les outrages du profit et de la corruption, que les Polynésiens retrouvent la jouissance de leur paradis qui demande tant de travail et d’énergie pour y faire vivre simplement une famille…
           
Cela dépend de vous. 


Un article de  Julien Gué

Voir aussi :
Tetiaroa, l’île de Marlon Brando, un article de Julien Gué ;
The Brando Apocalypse now, la page Facebook qui vous dit tout sur ce qui se passe à Tetiaroa


Tous droits réservés à Julien Gué. Demandez l’autorisation de l’auteur avant toute utilisation ou reproduction du texte ou des images sur Internet, dans la presse traditionnelle ou ailleurs.