Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

lundi 30 septembre 2013

Tahiti nostalgie

Papeete d’hier… et d’aujourd’hui

« Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître… »

C’est dans l’indifférence générale que Tahiti a vu l’aéroport de Faa’a fêter ses cinquante ans en 2010. Pourtant, l’ouverture de la Polynésie française aux communications aériennes à changé fondamentalement les structures mêmes de la société polynésienne.

5 octobre 1960 : le premier gros porteur se pose à Tahiti-Faa’a
Nous reviendrons dans un autre article sur l’histoire commune de l’aviation, du nucléaire et du fenua1. Mon propos dans ces lignes est strictement nostalgique…

La nostalgie n’est plus ce qu’elle était
Cela fait un certain temps maintenant que quelques personnes ont créé des « pages Facebook » dans le seul but de collecter et partager avec le plus grand nombre des images d’une Polynésie passée.

Vous qui êtes des fidèles de « Tahiti, ses îles et autres bouts du monde » avez pu constater que je les ai pillées sans vergogne pour illustrer mes articles.

C’est pour les remercier que j’ai décidé d’écrire ces lignes et de réaliser le montage photos qui les accompagne.

Papeete et motu Uta vue de la montagne vers 1940
Et je ne puis que vous inciter à les visiter régulièrement car ce sont de véritables mines d’or pour tous ceux qui, comme moi, s’intéressent un tant soit peu à l’évolution de notre pays.

Il m’est impossible de citer ici tous leurs contributeurs, mais les chevilles ouvrières de ce fantastique travail d’archives sont incontestablement citées ci-après. Et je commencerai par celle qui ne cesse, jour après jour, d’enrichir par ses recherches notre mémoire photographique : Vahineitaria Silvia. L’autre page incontournable pour tous les fouilleurs de mémoires est celle de Tahiti Autrefois. Que tous les autres me pardonnent de ne pas les citer…

Le monde change
Il est quelques éléments qui sautent aux yeux du visiteur et qui marquent fondamentalement l’évolution du monde polynésien, au moins sur les îles principales, à commencer bien sûr par Tahiti.

Vers 1900 à Tahiti, bien avant l'automobile…
Le premier, c’est l’asservissement total de l’ensemble du territoire habitable à l’automobile, rendant inaccessible et insupportable, voire très dangereuse, la rue aux piétons.

Le deuxième, c’est la privatisation et le bétonnage du littoral, détruisant de fait les modes de vie traditionnels. Par exemple en rendant impossible la pêche lagonaire aux populations de pêcheurs qui sont obligées d’aller vivre au fond des vallées, bien loin de ce qui assurait leur survie il n’y a pas si longtemps.

Quand les jardins de Polynésie n'étaient pas des prisons de béton…
Le troisième, c’est l’enfermement des habitations derrière de hauts murs de béton gris, transformant ainsi les fare en prison et les rues en zones d’exclusion et de danger.

Bien sûr, nombre d’îles éloignées ont conservé le charme unique de la Polynésie accueillante, ouverte et aux douceurs inimitables. Mais pour combien de temps encore ?


Un montage photos nostalgique mais à visionner absolument
Pourtant, la situation géographique unique de nos îles comme leur isolement permettraient, à peu de frais, de faire de la Polynésie française un laboratoire écologique où il ferait si bon vivre…

Un article de  Julien Gué

Glossaire :
1)  fenua : le pays, la terre


Tous droits réservés à Julien Gué. Demandez l’autorisation de l’auteur avant toute utilisation ou reproduction du texte ou des images sur Internet, dans la presse traditionnelle et n’importe où ailleurs.


dimanche 29 septembre 2013

Tahiti and Christ


On 5 March 1797 the Gospel came

215 years ago, eighteen British missionaries landed in Tahiti in Matavai Bay. The evangelization of Polynesia had just begun…

In march, 1797, a British crown flag vessel anchored in Matavai Bay, just a stone’s throw from the beach at Venus Point, on the east coast of Tahiti.

The meeting between the “savages” and the English in Tahiti
Ordered by the explorer James Wilson, the same ship, the Duff will later stop in the archipelago of Gambier, giving its name also to the highest peak on the island of Rikitea. But then, these are French Catholic missionaries who landed…

The day which transformed the Polynesians
Eighteen out of the thirty missionaries of the London Missionary Society who were aboard The Duff, were assigned to land onto Tahiti, to establish a mission for evangelizing the “savages” who inhabited this already mythical island.

The plaque with the name of the first 18 missionaries
The evangelical mission was headed by Pastor John Jefferson. Out of the eighteen members of the group, only four were considered literate and educated. Other missionaries, although they can all read and write, were relegated to low-level, manual jobs.

On the beach, the welcoming committee was headed by the young King Pomare II and his wife, the beautiful Tetua-nui Taro-vahine (known as Tetua Tetua), both standing on the shoulders of strong young men…

The Beach of Pointe Venus today
But success of this mission of evangelization, now undeniable, was slow to emerge.

Henry Nott, the man who converted King
Among the eighteen men who landed from The Duff, there was one who changed the destiny of Polynesia and the Polynesians: Henry Nott, a bricklayer by trade.

Henry Nott, the person who brought the gospel
His first achievement was undoubtedly he had obtained the conversion of King Pomare II. It’s indeed this conversion, slowly but surely, that’s spreading. Thus it caused drastic deep shifts of Polynesian societies.

But Henry Nott is known above all, helped in his task by another missionary, John Davies and Tuahine, a Polynesian (originally from Raiatea), for having translated the Bible into Tahitian language.

Pomare II, the first converted  
It took many years before the work of our first missionaries bear fruit. But the result is now indisputable. Almost all the Polynesian population is either catholic or protestant, or a member of one or other of these Churches derived from this common core (Mormons, Jehovah’s Witness, Adventists, etc…)

King Pomare II after his conversion
For King Pomare II, who took the plunge in denying the beliefs of his ancestors, things were however not easy. He had to fight against all to impose his choice. He succeeded mainly due to a major element in the new doctrine, which was totally new to the Polynesians: forgiveness.

The subjects of the young king, seduced by the new faith, but also probably for staying in the good graces of their sovereign, were more and more likely to convert. The representatives of traditional religions, didn’t agree with this phenomenon, of course.

The private property of Pomare: picture of Cyprian Bridge in June 1846
Conflicts multiplied and gained in violence. At such a bloody game and of religious war, the Christians of Pomare prevailed. And it is at this point that Pomare destroyed all the hopes of his opponents. Because, contrary to the custom of the time in such circumstances, it prohibits pillage, capture of defeated and even the massacre that would have happened… He went so far to organize a worship of thanksgiving…

The die was cast.

On March 5th, today in Polynesia
In 2012, in French Polynesia, this anniversary of the arrival of the Gospel is a statutory holiday, like Christmas or May 1.

If it’s, originally, an event for members of Protestants Churches, it’s now the subject of numerous ecumenical ceremonies and many events, meetings, services and cults of all kinds.

A commemorative ceremony in Tahiti
However, the most important ritual, of course, meets annually on-site of the arrival, that is to say, on the beach at Venus Point in Mahina. More than a thousand faithful gathered to commemorate the event with the Ma’ohi Protestant Church.  

The Polynesia completely evangelized
A little more than two centuries after the landing of the first missionaries of The Duff, the Polynesia (became French in the meantime) is a rare example of a complete evangelization. In fact, out of all one hundred and seventy-eight Polynesian islands, people who reject the Christian faith or are indifferent can be considered negligible amounts.

By contrast, a phenomenon is revealing: some movements regarded as sects elsewhere, and prohibited for this reason, are here recognized as full-fledged Churches. Thus, for example, Jehovah’s Witnesses, the Mormon Church, etc.

The Paofai Temple in Papeete
It is also interesting to note that in French Polynesia, while poverty affects every day more and more people, temples and churches are always full and they are, by far, the buildings the best maintained across the whole country…
.
An article of Julien Gué
Translated from French by Monak


Copyright Julien Gué. Ask for the author’s agreement before any reproduction of the text or the images on Internet or traditional press.


Some sources:



vendredi 27 septembre 2013

Bizerte en Tunisie


Le cap stratégique nord

A cinq kilomètres du Cap Blanc, pointe septentrionale de l’Afrique, à quelques sept cents encablures de la Sicile, le gouvernorat de Bizerte flirte avec l’histoire.

« Venise africaine » pour certains, Bizerte émerge d’une région lacustre aux turbulences politiques plus que méditerranéennes ! Au carrefour des « courses »  pirates, sur la route militaire Gibraltar-Malte-Suez, dans le sillage des pétroliers, ce port bien protégé fut toujours objet de convoitises des puissances antiques, médiévales ou contemporaines.

La Venise africaine entre mer et lacs
C’est dès le début du XXème siècle que Bizerte scelle réellement son destin et, avec le sien, celui de la Tunisie indépendante. Entre Cap Blanc et Cap Farina, enjeu des puissances de l’Axe (nazisme et fascisme, franquisme et vichysme associé) et de l’affrontement des bases alliées (les exigences de Roosevelt, de Churchill et les prérogatives Gaulliennes), elle aura fort à s’affirmer.

Aux emblèmes halieutiques
Pline le Jeune (60 ap. JC) rapporte dans une lettre cette chronique prise sur le vif de l’Antique Bizerte ou Hippone :
« Près de la colonie d'Hippone, qui se trouve en Afrique sur le bord de la mer, on voit un étang navigable d'où sort un canal qui, comme un fleuve, entre dans la mer ou retourne à l'étang même, selon que le flux l'entraîne ou que le reflux le repousse.
La pêche, la navigation, le bain y sont des plaisirs de tous les âges, surtout des enfants que leur inclination porte au divertissement et à l'oisiveté. Entre eux, ils mettent l'honneur et le mérite à quitter de plus loin le rivage ; et celui qui s'en éloigne le plus et qui devance tous les autres, en est le vainqueur ...
Dans cette sorte de combat, un enfant plus hardi que ses compagnons s'étant fort éloigné, un dauphin se présente et tantôt le précède, tantôt le suit, tantôt tourne autour de lui. Enfin, il charge l'enfant sur son dos, puis le remet à l'eau ; une autre fois, il le reprend et l'emporte tout tremblant, d'abord en pleine mer, mais peu après il revient à terre et le rend au rivage et à ses compagnons. »

L’enfant au dauphin d’Hippone
Le dauphin n’est pas le seul signe qui témoigne de l’alliance entre les Bizertins et le milieu aquatique depuis leur origine. Le blason de la ville porte, entre autres, trois hippocampes, poisson fétiche de la Tunisie, et une trirème carthaginoise voguant sur les flots… Quant aux recettes de poisson qui courent d’un cap à l’autre, Bizerte tient à la suprématie de son poisson séché, la mandole ou chawri…

La légende des « croqueurs de tête de poisson »
Avant toutes choses, faut-il rappeler que le gouvernorat de Bizerte, adossé aux collines arrosées et fertiles, héberge deux lacs contigus de part et d’autre de Bizerte. A l’ouest, le lac d’Ichkeul et son parc classé par l’UNESCO au patrimoine mondial des réserves naturelles. Des centaines de milliers d’oiseaux migrateurs viennent y faire étape. A l’est, le lac de Bizerte s’ouvre sur la mer par un goulet étroit.

Un phénomène exceptionnel régule la spécificité de la région lacustre. L’hiver, les eaux douces d’Ichkeul se déversent dans le lac de Bizerte. A la saison chaude, l’évaporation provoque le courant contraire sans que le lac de Bizerte ne salinise Ichkeul. On rapporte qu’il contient douze espèces de poissons et que chacune prédomine pendant un mois de l’année…

Mont et lac d’Ichkeul
De tous temps, le chenal propice à la pêche est à l’origine d’une pratique devenue proverbiale. Le Bizertin pêche à la main, en plongeant ; d’un coup de dent mortel sur la tête du poisson, il le neutralise, l’embroche ensuite sur un aiguillon. D’où ce surnom de « croqueurs de tête de poisson ». Mais le Bizertin nous étonne par bien d’autres aspects frétillants de son caractère.

Du comptoir phénicien au « Toulon » africain
La phénicienne Ubbon (qui signifie golfe) devient Hippo Akra (après son annexion  par le Syracusain Agathocle en 310 av.JC), puis Hippo Diarrhytus (golfe arrosé par des eaux abondantes) après la défaite de Carthage. Romaine puis vandale (439) puis  byzantine (520), après une trentaine d’années de sièges, arabisant en Benzart (695) son nom phénicien, elle passe des Aghlabides, aux Fatimides, à la dynastie berbère des Zirides (972), puis aux Hilaliens.

Les souverains Hafsides connurent quelques deux siècles bien agités (XV-XVIII) entre Charles-Quint et les bombardements français et vénitiens. Ils s’achèvent par l’installation ottomane appuyée des pirates dont Baba-Aroudj (Barberousse) et son frère Khair-Eddin. Le pouvoir beylical demeure pendant le Protectorat.
  

Des trirèmes, des héros… (Voir la vidéo)
Base aéronavale conçue par le Protectorat français de 1891 à 1901, Bizerte devient port de guerre après les aménagements du goulet (1895), des collines pour batteries. Son arsenal installé en fond de lac à Ferryville est relié par un transbordeur avec sa rive nord.

Cependant, durant la 2nde Guerre mondiale, Bizerte tombée aux mains du nazisme et du vichysme après l’ultimatum Allemand du 7 déc. 1942, réagit en sabordant ou en échouant quelques navires durant l’opération « Torch » (préparant le terrain pour le débarquement allié d’Alger). Beaucoup de pertes et d’exode civils s’ensuivront dans les bombardements qui se succèderont jusqu’à sa reconquête par les alliés en mai 1943.

L’Audacieuse se saborde à Bizerte
Malgré l’Indépendance décrétée en 1956, la base de Bizerte ne sera libérée que le 15 octobre 1963 ! Le bras de fer engagé par Bourguiba contre De Gaulle durera 7 ans !

Un militantisme qui ne s’en laisse pas conter
Même si les coups de cœur ont uni entre eux découvreurs ou créateurs des deux communautés, et nous ne citerons que Roland Garros pour sa traversée Fréjus-Bizerte en 1912, Bizerte fait partie des foyers les plus actifs pour son engagement anticolonialiste.

 Dès 1921, le mouvement national tunisien (le Destour) inaugure une cellule dans la medina de Bizerte. En 1924 la Confédération Générale des Travailleurs tunisiens y est très active (revendications, émeutes). Les représentants religieux y vont de leur fatwa, pour soulever la question de la naturalisation.

Roland Garros, un certain 22 septembre 1912
La manifestation de 1938, protestant contre la déportation du leader local du parti Hassan Nouri, se solde par six morts par les forces de l’ordre, une trentaine de blessés et des arrestations.

Le 13 janvier 1952, Habib Bourguiba déclare la lutte armée pour l’indépendance ; il est arrêté cinq jours plus tard.

L’indépendance sera réellement un acte de libération contre la domination turque et française. Alors, que reste-t-il de l’histoire ? Un port de plaisance, de pêche et de commerce, une ville qui, démilitarisée en partie, s’industrialise. Et la base aéronavale tunisienne la plus importante. 

Si proche Sardaigne
Aujourd’hui, Bizerte se réapproprie sa Côte Sauvage et développe (enfin) un tourisme écologique.



Un article de  Monak

Tous droits réservés à Monak. Demandez l’autorisation de l’auteur avant toute utilisation ou reproduction du texte ou des images sur Internet, dans la presse traditionnelle ou ailleurs.