Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

mardi 29 novembre 2011

La télé parle de nous


Il neige déjà sur les écrans


Notre spectacle "Il a neigé aux Tuamotu" a eu droit, le 28 novembre, aux honneurs de Tahiti Nui Télévision.


C'est Taina Fabre, dans son émission Mana Culture, qui nous a fait ce plaisir, diffusant même quelques images de la répétition à laquelle elle a assisté.

Sans lumières, sans costumes, mais avec tout le monde (ou presque !)

"Parfois, j'entends maman chanter..."
Pour voir l'émission, ce n'est pas compliqué, suivez ce lien : http://xfru.it/tqqRVT


Un article de Julien Gué


vendredi 25 novembre 2011

Tahiti, le voyage d'une vie


Le mariage traditionnel en Polynésie


     Le mariage traditionnel polynésien n'est plus aujourd'hui qu'un événement folklorique, célébré surtout pour divertir les touristes.

Navenave, le mariage polynésien vu par Paul Gauguin
      De nos jours, évangélisation et colonisation ont fait que le mariage (fa'aipoipora'a), en Polynésie française, est devenu un engagement social et juridique identique à celui de la métropole française. Le mariage religieux, lui, est celui célébré selon les rites des différentes églises présentes au fenua, essentiellement chrétiennes.

Du mythe à la réalité

      Les mœurs de nos ancêtres étaient loin d’être aussi dissolues que le prétend la légende du paradis polynésien. Ces récits laissent croire que le mariage chez les Ma’ohi n’était qu’un accord formel avec très peu de sentiments, sans conséquence sociale et religieuse, et dont l’acte sexuel était le principal aboutissement. Cela est faux.

    Si le nombre de partenaires avant le mariage n’avait aucune importance, c’est que les jeunes personnes n’étaient pas encore soumises aux règles sociales et religieuses. Le mariage, lui, était une chose très sérieuse répondant à des règles précises et codifiées : il marquait l’entrée dans l’âge des responsabilités.

Les futurs époux arrivent en pirogue
     Si les rites étaient différents, et surtout d’un coût très variable selon la caste sociale à laquelle appartenaient les futurs époux, le fondement religieux de l’engagement étaient le même pour tout le monde : il ne s’agissait pas de prendre les choses à la légère.

Les fiançailles

      Quand deux jeunes gens décidaient de s’unir, il leur fallait obtenir l’assentiment de leurs parents. Et, comme dans les sociétés occidentales, plus il y avait de biens ou de pouvoir en jeu, plus les négociations étaient compliquées.

      Il n’était pas question de se marier en dehors de son monde, au risque de perdre son rang et ses privilèges. Là comme ailleurs, plus l’enjeu était important et plus les mariages « arrangés » étaient fréquents. L’union pouvait mettre un terme à des guerres tribales, asseoir le pouvoir d’une famille sur un autre territoire, construire ou augmenter des fortunes en réunissant des terres, en associant des titres de noblesse, etc.

Ils sont accueillis par les amis et la famille
     Des négociations avaient donc lieu entre les familles des prétendants à l’union pour définir les termes et l’apport de chacune des parties dans la corbeille nuptiale. Cet accord établi, chacune des familles plantaient une branche de ti (arbre sacré servant aujourd’hui à faire des haies) devant son fare, acte symbolique rendant la promesse sacrée. Alors les préparatifs du mariage pouvaient commencer.

      Dans certaines îles, le prétendant simulait, de nuit, l’enlèvement de sa belle. Bien entendu, celle-ci était consentante et ses parents, parfaitement au courant du rapt prénuptial, faisaient en sorte de ne pas risquer d’en perturber le déroulement.

Le mariage aux temps anciens

      Au premier matin de la cérémonie, famille et amis de la future mariée se rendaient, sans elle, chez le fiancé. Si le trajet nécessitait de naviguer sur le lagon, voire en haute mer, des pirogues étaient construites spécialement pour l’évènement.

En route vers le lieu de la cérémonie
     Arrivés à destination, on procédait à la remise des cadeaux selon un rituel défini par le rang de chacun des membres de la délégation. Ensuite, la famille de la future mariée rentrait chez elle et s’affairait aux derniers préparatifs de la cérémonie prévue le lendemain.

     Il était primordial que l’union soit bénie par les dieux. C’est donc sur le marae* de la tribu, ou le marae familial (en général de la lignée du futur époux) pour les plus aisés, que se déroulait le rituel religieux.

      Revêtu de somptueux atours et parés de bijoux, de coquillages et de couronnes de fleurs, le jeune couple et la procession se présentaient devant le prêtre pour la cérémonie.

     Il fallait tout d’abord rappeler la lignée des ancêtres des deux futurs époux puis rendre grâce aux dieux les plus importants, mais aussi à ceux qui apportaient leur protection à chacune des deux familles comme à ceux à qui était dédié le marae. Ensuite seulement, le prêtre procédait à la bénédiction des époux, rendant ainsi leur union officielle, sacrée et indéfectible.

Sur la plage, les hommages aux nouveaux époux
     Ce n’est qu’après cette très longue cérémonie, au cours de laquelle étaient faites de nombreuses offrandes qui pouvaient aller jusqu’au sacrifice d’animaux, que les festivités pouvaient commencer. Festivités organisées autour d’un grand tamara (banquet) agrémenté de chants et de danses, les jeunes époux trônant aux places d’honneur.

Le mariage aujourd’hui

     Aujourd’hui, le mariage en Polynésie est d’abord un engagement civil validé par le maire de la commune. Pour les croyants - la quasi-totalité de la population -, cet engagement est béni au cours d’une cérémonie religieuse.

      Si les religions traditionnelles ne sont plus pratiquées et que l’essentiel de la mémoire des rites qui les caractérisaient a été perdu, il est possible d’organiser de telles cérémonies en Polynésie, comme par exemple au Tiki Village de Moorea, qui fut le premier à proposer cet événement aux touristes… 

      Ces cérémonies n’ont, bien sûr, qu’une valeur symbolique.

Les mariés en route vers leur nouvelle vie...
    Depuis le début de l’année 2010, une loi permet toutefois aux étrangers de se marier légalement devant le maire en Polynésie. Ce sont les Japonais qui sont les plus demandeurs de ces mariages de rêves.


*Marae :
n.c.  (PPN : MALA'E)  Plate-forme construite en pierres sèches et où se déroulait le culte ancien, associé souvent à des cérémonies à caractère social ou politique.

Remerciements : Tiki Village et tahitianwedding

Un article de Julien Gué


dimanche 20 novembre 2011

Faouzi Maaouia


Peintre de la Révolution tunisienne



     Au Centre d’Animation & de Loisirs (CAL) du quartier Bon Voyage de Nice, le festival « Les Intermêles Culturels » vient d’exposer les œuvres de l’une des grandes figures de la Révolution Tunisienne. Cette manifestation réunit aussi d’autres artistes tout aussi engagés.

Faouzi Maaouia, plasticien humaniste
       Ceux qui avant, pendant cette période et maintenant encore prônent les « valeurs humanistes  telles que la liberté, la tolérance, la justice sociale, la solidarité… »

Plasticien humaniste
      Humaniste, l’artiste plasticien Faouzi Maaouia, l’est depuis toujours. Il ne risque pas d’endosser ce titre par escroquerie. Il ne ressemble en rien à ceux qui font bonne figure morale, détruisent tout sur leur passage, par brutale intolérance : ceux-là même qu’il combat ; voir l’article du 8 octobre 2011 qui montre les conflits d’intérêt entre humanisme et dogmatisme :
       « On ne le savait que  trop bien  quand la politique se fait au nom de la religion, c'est la porte  ouverte à tous les dérapages possibles... Les" salafistes" se déchaînent pour imposer leur  loi et leur Nikab en usant de  la violence...»
     Faouzi passe, aux premiers jours de la révolution (décembre 2010), de l’expression rudimentaire de l’émotion et de son affirmation à chaud, à un mode plus élaboré. Son expression plastique passe d’abord par une image  calligraphique simplifiée : liberté, dignité, hommage aux martyrs.
    Elle sert de slogan. Ebauche brute en état d’urgence, pas le temps d’y mettre de la couleur ; tout s’effectue entre deux mobilisations, rapidement « croqué ». L’heure est à la survie et aux informations efficaces.
« Honneur aux Artistes Libres ! » Le 11.01.2011
      Ensuite, il s’engage dans la marche de l’histoire et joue un rôle politique prépondérant dans l’élaboration et la dynamique des partis de gauche. Membre fondateur de "l'Initiative Citoyenne" dès le 19 mars 2011, il continuera dans une coalition de gauche :
     « Où que vous soyez ! Si vous partagez les valeurs de citoyenneté, de démocratie et de modernité du Pôle El Qotb… », s’adresse-t-il à ses concitoyens. Et suite aux résultats électoraux inattendus, l’Initiative Citoyenne continue dans l’opposition : « J'adhère!!! A une constitution qui prolonge notre histoire, tout en préservant nos acquis, en garantissant les droits fondamentaux à la liberté, à l’égalité et à la démocratie... »
    Pendant de longs mois, il a troqué son temps d’artiste, de concepteur visuel contre cette élaboration intellectuelle précise des fondements d’une réelle démocratie.
Face au Bougarnine

    Faouzi Maaouia est le peintre de la cité, comme le montre son blogue : témoin de la communauté citoyenne, de la ville, du côtoiement des arts, de la capitale, de ces quartiers anciens de la Medina, qui font face aux deux pointes (2 cornes : garnine* ou kornine*) du sommet de Bou Garnine, de l’autre côté du lac de Tunis.

     Et depuis la fin du siècle dernier où il expose, le Mont dédié par les Puniques à Baal, puis à Saturne par les Romains, hante ses toiles.

    De l’environnement citadin, il en tire l’esprit de rassemblement et de synthèse. Historien de formation, c’est la civilisation de la délicatesse artistique, de sa sophistication qui imprègne ses toiles, de la référence culturelle, du patrimoine. Elle y est d’autant plus rehaussée que Faouzi n’a jamais craint d’extérioriser la contrainte, la censure en contrepoint sur ses toiles.
La nourricière 2
     A la fois graphiste et coloriste, suivant le support, ses compositions épousent les palpitations de la vie. Car la vision du plasticien tient compte des paradoxes, ne s’en tient pas à une observation monolithique. Il personnifie ses ruelles, du souffle de ses habitants.
    La médina respire, se boursoufle comme l’induisent ses contours. Elle semble se contorsionner de contraintes, de douleurs, de silences, incarcérer ses secrets… et à la fois éclater de musique, de soupirs, de fêtes, de soleil.

Au carrefour de l’Art moderne

    Totalement libéré des formes, le plasticien, joue avec le cubisme. Le trait s’entremêle avec la couleur, à l’instar d’une réalité où modernité s’appuie sur, intègre en douceur et métamorphose le traditionalisme.

   Le peintre explore le négatif/positif, le plein et le vide, les formes imbriquées en trompe l’œil. Les personnages sont composites, issus ou contenant d’autres motifs emblématiques du quotidien, de l’aujourd’hui des petites gens. L’humain est à la fois voile d’esquif, ville, jasmin, oiseau et vague. Il semble résulter d’impressions originaires de l’environnement proche.

    Toujours l’élément marin et plein vent comme pour déstabiliser et ouvrir les perspectives offertes. Souvent cette contradiction s’installe entre poids de muraille et horizon, entre clôture et échappée. La ville est femme et elle s’affranchit.

La Tunisie, Le pays sans bruit. (Jocelyne Dakhlia)
    Entre scènes de la vie, toujours stylisées et moments furtifs, Faouzi se trouve au carrefour de l’art moderne et de la transmission ancestrale. Les motifs, les coloris, du tissage et des tatouages qui sont remplacés par les ornementations temporaires de khôl et de harkous, fonctionnent comme des langages à déchiffrer.

     Dans nombres de ses illustrations, de contes, d’essais, de spectacles, la colombe, la paix, viennent habiter ses croquis, ses toiles ou ses aquarelles. Et elle parcouèrt la Méditerranée.


Femme et Cheval : des symboles ?

       Il semblerait que Femme et Cheval s’associent dans une symbolique de la liberté.
Cette quête de la liberté est présente dans une grande majorité des œuvres du plasticien. Elle apparaît dans la pose d’un corps, dans la franchise ou la licence de son allure. Elle n’exclut personne.

      Mais le tableau, même s’il ne comporte qu’un seul sujet au résultat final, fonctionne comme une histoire. Il semble découler de plusieurs épisodes que pourra facilement reconnaître celui qui regarde.

« Liberté d’expression, liberté d'expression, liberté de création, liberté , LIBERTE !!! »
    Une série de modules identiques, isolés, solitaires, à physionomie humaine a longtemps interrogé la thématique de ses œuvres. Quelles raisons de vivre pouvaient être octroyées par une Cité, sourde, muette et aveugle ?

      Schématisant l’immobilisme de la Cité pendant la période dictatoriale, ses visages réellement « fermé » -biffés-, ses serrures, ses barreaux d’entre les nuages la dénoncent. Elle a été suivie par cette autre interpellation de l’enfantement, de la génération.

      Une nouvelle réinterprétation de la femme et du fruit défendu, de la jouissance et de la mise au monde. A la thématique de l’écrasement suit celle de l’éphémère, de la disparition. Et avec la révolution les œuvres paraissent plus vigoureuses, et sans concessions pour la représentation des victimes. L’œuvre se durcit.

      La Terre, l’Amour, la Mort, le fusionnel, le relationnel sont au cœur de l’œuvre du plasticien, comme de la tâche du militant. En toute cohérence !

Un article de MonaK

* garnine et kornine : ces termes signifient chacun 2 cornes. 


lundi 14 novembre 2011

Conte de neige au soleil


Ra’i Chaze : Nacre à Noël



     Pour Noël, Ra’i ouvre sa boîte à bijoux et offre une perle sur fond de flocons pour fêter l’archipel : Il a neigé aux Tuamotu

Un conte paumotu illustré par Vashee
     Toujours autant envoûtée par l’élément aquatique,  l’écrivaine Ra’i Chaze reprend sa plume de conteuse.


Une Histoire d’Eau

     De la rivière à la saison des pluies, des nouvelles au roman, vingt ans de publications et cette continuité, ce fil de l’eau… autour, par-dessus et partout.

     Sans cesse cette attirance-répulsion, cette eau vitale, cette eau de vie, celle qui recèle ses richesses, se fait attendre comme souveraine et peut causer des larmes.

     Presque a contrario de son premier recueil de nouvelles Vai, la rivière au ciel sans nuage, l’eau est celle qui immerge, qui tue… mais celle aussi qui représente la survie.

Ra’i Chaze, porteuse de rêves
     « Mon amour pour les Tuamotu (origine de ma famille) continue à s'exprimer. », précise Ra’i Chaze. « Je voulais transmettre le bonheur et l'amour pour les Tuamotu aux enfants et j'espère que le but sera atteint. »

     Un archipel, des motu*, une vie entre élément marin et eau douce des atolls : entre beauté et risques. « C'est aussi mon père qui m'a entraînée dans le sillage de son amour pour les Tuamotu et la mer ». 

Conte des métamorphoses

     Tout à fait comme l’eau qui présente l’avantage de se transformer selon le climat, le conte s’amuse à tout modifier. Ce qui est le propre des contes.

    Et si au début du récit, les bouleversements ne sont pas des plus joyeux, la baguette magique viendra commettre son petit effet pour imposer des péripéties les plus heureuses. La greffe des perles,  les gouttelettes en flocons…

     En fait, la mort semble s’apprivoiser dans les contes du monde entier et auprès de leurs lecteurs privilégiés : les enfants. Mais peut-être faut-il admettre actuellement que le lectorat des contes s’augmente de la frange adulte.

Une crèche entre tupa et kaveu
     Car en cette période de trouble et de tristesse que constate Ra’i en Polynésie, l’auteure se doit de sortir son encre miraculeuse. Ainsi s’investit-elle au-delà du livre et fait-elle projeter ses héros sur la scène du spectacle vivant. Le volume sort en même temps que la pièce de théâtre. « Mon but initial était de transmettre la joie de Noël aux familles de Polynésie qui sont bien tristes depuis quelques années. Lorsque je les verrais quitter le théâtre la magie et le sourire aux lèvres, de la neige et des étoiles plein les yeux, je saurai alors que j'ai atteint ce but. »

    Alors, l’auteure serait-elle tentée par l’écriture dramatique ? Apparemment pas ;  c’est à Julien Gué qu’elle confie le soin de l’adaptation à la scène.


Le Merveilleux ?

     Résolument, le merveilleux au milieu du sordide :   l’histoire rapporte ce double deuil d’une fillette devenue orpheline ; auquel elle ajoute son rejet par la marâtre. Si les enfants travaillaient plus jeunes à l’époque des contes ancestraux, nous plongeons directement en pleine exploitation d’enfant. Les conditions de misère vestimentaire s’y rajoutent. L’enfant réclame salaire : nous voilà au 21ème siècle.

    Le malheur se renforce des sarcasmes de la marâtre. Le temps s’étire et ce n’est que le prodige climatique qui fait basculer le sort de l’héroïne. La magie mystifie la raison. Les sentiments et la réconciliation prennent le dessus.

Les esprits de neige …
     Tous les ingrédients du Conte de Noël, car il touche les espoirs des petits. « J'aime Noël passionnément, lance Ra’i Chaze. Il a été dans mon enfance un moment que ma mère a su rendre magique. Je l'ai transmis à mes enfants qui, à leur tour, le transmettent à leurs enfants. J'avais envie de donner cela aux enfants de Tahiti et leur offrir un moment magique et féerique pour ce Noël 2011. » Ce qui n’est pas du luxe pour nombre enfants de Polynésie et de par le monde.

     Pour Ra’i Chaze ce n’est pas une première, mais la conviction que ce talent de conteuse doit servir aux mieux-être, jouer un rôle. Peut-être l’envie de croire, d’entrevoir et de concrétiser des moments qui proposent de nouvelles perspectives.
       

Entre perles et flocons, l’écriture

      L’écriture comme témoignage déjà : « J'ai encore tellement de contes et de romans historiques à écrire », dit-elle.

     « Mon livre est dédié à mon père qui a vécu aux Tuamotu et qui a créé la première ferme perlière de Polynésie. Il a lancé l'industrie de la perle plaçant la Polynésie au 3° rang mondial en tant que producteur, expérience exceptionnelle au niveau des productions locales. »

     Mais il abandonne le simple récit de mémoire pour exploser dans l’imaginaire. Il fallait le trouver ce levier créatif qui s’appuie sur la neige dans un climat et sous des latitudes qui ne l’ont jamais connue ! Il fallait une certaine dose de vagabondage pour en revenir à cette sorte d’adage « quand  il neigera aux Tuamotu ! » et en faire le véritable obstacle à un soupçon de bonheur.

     Et déjà le conte s’échappe vers des zones de brillance à évoquer les nacres perlières. Tout comme les illustrations de Vashee, insistent sur la blondeur du décor, pour faire place à la clarté.

Un ponton au soleil couchant
     L’une des impressions majeures qui ressort au final de ce conte, la féerie du scintillement des étoiles la nuit de Noël, la luminescence des «esprits de neige», la blancheur étincelante de la neige sur le lagon, les cristaux coruscants, le lustre de la perle, le miroitement du motu et des nacres, l’or du soleil couchant sur le ponton, l’éclosion des fleurs de neige sur les arbres, comme un clin d’œil aux pétales de tiare.

     « Les plages retenaient la lumière ». Tout s’achèverait-il en une apothéose ?

Un article de MonaK

Lire aussi : http://moniq-akkari.suite101.fr/rai-chaze---elle-exsude-son-coeur-et-chante-la-polynesie-a30505
Les ouvrages de Ra'i Chaze (et d'autres) sont à la vente sur le site des Editions présuméeshttp://www.leseditionspresumees.pf/ 



samedi 12 novembre 2011

Il a neigé aux Tuamotu

Un conte paumotu entre en scène

     Rencontre d’une écrivaine, Ra’i Chaze, et d’un metteur en scène, Julien Gué, le silence des enfants de la perle émerge sur scène.
             
    Inspiré par la personnalité des îles Tuamotu, le spectacle qui en découle puise à la culture Ma’ohi*. Il mêle à une création contemporaine une approche tout à fait adéquate au fonds artistique et au style de vie traditionnel des motu*.

     S’amorce alors l’évidence du spectacle total.

L'affiche due au talent de Vashee
     L’accord est total aussi, entre Julien et Ra’i qui nous éclaire ainsi : « En tant que Ma’ohi, souligne Ra’i Chaze, je peux difficilement me sentir plus proche d'un de ces trois arts, car j'ai du mal à concevoir l'un sans l'autre. Danseuse comme le sont toutes les polynésiennes, j'ai aussi grandi dans une famille de musiciens. La musique et la danse font partie de l'art de vie du Ma’ohi. L'art du théâtre rejoint la tradition orale du grand triangle polynésien. Il m'est difficile de les dissocier et je ne saurais dire duquel je me sens le plus proche. »


L’insoutenable légèreté du rêve
            
   Ce parti pris théâtral rend compte de la culture paumotu*, ce langage des sens mêlés : de l’esthétique artisanale à l’expression corporelle, verbale et vocale de la spiritualité.

    L’annonce des représentations par les medias du net montre déjà des hésitations : «spectacle musical théâtral», «conte chorégraphié» ? Il a neigé aux Tuamotu est d’abord du spectacle vivant : il emprunte aux arts de la scène des prestations pour les focaliser dans un jeu théâtral.

     Julien a d’abord adapté le texte initial, avec l’aval de Ra’i. Il s'agissait d'introduire tous les moments de musique, de chant, de danse. C’était aussi créer un pont entre le discours d’une conteuse qui embarque, fait voyager dans l’imaginaire, décrit, commente et… des personnages bien présents qui captent le regard et interpellent. C’était soutenir aussi l’aspect féerique du coup de baguette magique de ces apparitions issues du conte.  

Pensif, le metteur en scène !
    C’était aussi offrir aux partenaires créateurs l’opportunité de s’y épanouir pleinement en leur proposant un véritable espace de réalisation. Il ne s’agit ni d’accompagnement, ni d’intermède. La musique et la danse sont traitées comme des actrices à part entière.

    Même si Julien reste le maître d’œuvre, la collaboration est conviviale et équitable : les compositeurs et interprètes musicaux comme la chorégraphe disposent de réels moments de création. Mieux, leur contribution occupe une dimension essentielle dans l’énergie de la scène.

      Au niveau visuel, l’esthétique se transforme : sur scène le décor évolue, peut se voir transformé ; il peut être évoqué, suggéré par les acteurs.


L’émotion à cœur

      Décembre en hémisphère austral, la saison chaude. Et pourtant, sous la neige des projecteurs : la première du spectacle,  mais aussi la publication du conte.

      Sûr que le « grand frisson », le « hérisson » comme il se dit en coulisse, vous parcourrait… pas de froidure, mais la fonte des neiges : celles de la pudeur, celles du sentiment, de l’égocentrisme qui se transforme en altruisme, du malheur qui s’efface.

     L’équipe, issue d’horizons divers, a très vite évolué de cet embarras face aux grands de la création, aux doutes et maintenant au trac. En effet, comme pour préserver toute la fraîcheur  de l’esprit du conte, les actants de la scène sont soit néophytes, soit détournés de leur fonction coutumière. Léo, Aimeho, habituellement conteurs, assument un rôle.

Les musiciens en répétition à Punaauia
     Aux dires des uns et des autres : « une vraie équipe est née autour de ce projet ». Certains se trouvent tellement impliqués qu’ils « commencent même à faire des propositions d'interprétation et même des suggestions de mise en scène. » L’émotion semble constituer une constante depuis le début des répétitions.

     Elle est apparue aux premières lectures collectives : quand « les héros de l’histoire endossent un corps, prennent de la voix, s’échappent du conte pour devenir autonomes », constatait Ra’i. Puis, à chaque nouvelle trouvaille musicale échangée instrumentalement chaque samedi ; et petit à petit, avec la prise en charge du rôle par les acteurs.

    L’émotion, elle, frémit à fleur de peau… Elle parcourt le texte, vole les voix, cisèle les accords, harmonise les sons. Elle dessine la gestuelle, arque le mouvement, esquisse un regard et la vérité du ressenti.


Une poétique de la scène

     Comme pour tout conte, la thématique s’ancre dans la dureté de la vie. Destiné à des enfants, il n’oblitère ni le manque, ni le deuil. La tradition du conte se définit ainsi. Seulement, à la différence du vécu, le récit s’achève sur une fin heureuse. Et au théâtre, tout en livrant message ou conseil, il prend la forme d’une délivrance.

     Tout en abordant le travail des pêcheurs de perles, des dangers liés aux intempéries qui menacent encore les familles et génèrent des nécessiteux, la place des enfants de familles recomposées, c’est aux protagonistes des deux générations qu’auteure et metteur en scène s’adressent.

    En filigrane, spoliateurs ou profiteurs ne se trouvent pas épargnés, ni la disparition de l’affectif dans un monde de plus en plus insensible. Conte ou spectacle de Noël sont destinés à toucher la conscience des spectateurs.

     La gravité du propos est atténuée par le traitement épuré du jeu des acteurs. Leur proximité avec les musiciens, le chant et la danse dans le même espace scénique interfère et fait décoller le jeu, du réalisme vers la stylisation. Ce qui imprègne la vision d’une impression de distinction.

En répétition, ni costume ni accessoire : juste les acteurs
    « J'avais, dès le jour où j'ai fait appel à Julien Gué pour la mise en scène, confiance en lui. » commente Ra’i. « J'ai vu aussi le texte oral s'enrichir au fil des mois. Certaines choses n'avaient pas besoin de mots pour être comprises dans le texte du livre. Par contre dans le texte oral, des phrases entières et explicatives ont dû naître pour donner un sens au déroulement. »

     Parallèlement, le lyrisme ou la grâce s’accentuent encore par le traitement exclusivement musical ou chorégraphique de certains tableaux. Deux principes étayent le spectacle : la multiplicité des langages scéniques, le recours aux codes authentiques.

     L’idée du metteur en scène, étant de symboliser par un instrument ou un motif  mélodique chacun des personnages (muet ou parlant), renforce encore la poésie du spectacle. Les compositeurs-musiciens puisent dans la réserve harmonique actuelle du pays : guitare, ukulele, pahu, vivo, dijeridoo, pu et to'ere. Et indéniablement, la délicatesse des mélodies, les effets de profondeur et  d’échos dominent la composition musicale.

      Au code musical, verbal et gestuel vient s’adjoindre le langage corporel de la danse. Dans ce domaine aussi, Mateata innove en s’appuyant sur l’accent mis sur l’interprétation et la signification  des situations dansées… « danse de l'orgueil », « danse du temps qui passe ».


Entre lagon et ponton

     Plaisir de la réalisation scénique et en même temps, désir de la perfection … un paradoxe qui habite le metteur en scène, à une quinzaine de la 1ère, sur la brèche entre lagon et ponton.

     Émerveillement de Ra’i Chaze devant cette nouvelle et véritable naissance des ses personnages : « J'ai envie de dire combien c’est merveilleux de voir les personnages que j'ai créés avec des mots, prendre vie. Ils ont pris vie, ils se sont mis à vivre sans moi, de nouveaux mots sont sortis de leurs bouches... que je n'ai pas écrits. Ces personnages sont sortis du livre et vont entrer directement en contact avec un public. Ils auront de la voix, du mouvement, du rythme, des sentiments, etc... Ils sont vivants !!! »

      La marque du « directeur d’acteur, toute en discrétion et en vigilance, en constance d’humeur et en bonne humeur, en stimulations et en  exigence » aux dires des comédiens, semble porter ses fruits. L’équipe entière prend plaisir à jouer ensemble.
         
        Si le metteur en scène regrette le manque de temps qui leur est imparti pour mener au mieux l’aboutissement du spectacle, il semble que le travail de personnalisation auprès de chacun des acteurs porte ses fruits. Ra’i Chaze constate : « Tu en as fait de vrais acteurs ».

     Il aurait aimé disposer du triple du temps (soit 300 heures en tout, la mesure professionnelle). « Si les gens de la troupe sont heureux de l'expérience, j'aurais rempli mon contrat…  en me disant que peut-être cette expérience-là donnera envie à certains d'aller plus loin » susurre Julien Gué.

Sous la direction de Libor Prokop, un moment poignant du spectacle
     Mais Ra’i de le rassurer : « Nous n'avons pas une idée démesurée de ce que nous sommes. Nous sommes simplement, les uns et les autres, des artistes qui faisons de notre mieux avec les talents qui nous ont été donnés, et chacun donnera tout ce qu'il a à chacune des représentations. Ceci dit... j'ai le trac... ha ha ha!!!!! ». 

     Quant à l’avenir, car l’expérience est positive pour tous, Ra’i se laisserait tenter : « Je n'y pense pas trop. Car j'ai encore tellement de contes et de romans historiques à écrire. Mais, avec le concours d'un metteur en scène tel que Julien Gué, et d'artistes tels que la chorégraphe et danseuse Mateata Legayic, les musiciens compositeurs Edgard Brémond, Arakino et Libor Prokop (percussions et instruments à vent), sans omettre la magique et très très importante voix de Rosina Nautre, les merveilleux acteurs, oui, j'aimerai beaucoup monter d'autres pièces de théâtre !!!!! ».

    Môssieur Paskua et Lili Oop, (Ta'ata - Thelem) faisaient l’événement sur le Web en annonçant, dès  le 13 novembre 2011 : « Figurez-vous que cet après-midi il allait neiger sur les Tuamotu... ♥ ».

      C’est avec beaucoup de raffinement que leur regard a cueilli chez les acteurs, danseurs, musiciens, l’auteure et le metteur en scène :
     "...ces frémissements qui font les sentiments,
     cette profondeur d’être pour l’autre,
     cette richesse…  du dépouillement qui fait la vérité de soi, de l’instant, de la vie du spectacle,
     ces perles d’angoisse et de beauté qui affleurent…  à fleur de peau."



    " Môssieur Paskua, Lili Oop, c’est votre émotion qui s’épand sur ces images
     Qui leur insuffle ce supplément de vie

     Une pure nacre d’échange partagé
     Des cristaux de bonheur sur la neige de la scène
     Vous avez su y déceler plus que nous n’espérions transmettre.
     L’équipe du spectacle est touchée de tant de sensibilité d’artiste."

      Et pour conclure par une touche d’éclat, dans ce monde de cristaux et de perle,  je laisse la parole à Ra’i Chaze : « Beaucoup de choses m'impressionnent dans ce travail qui inclut différents arts. Peut-être que ce qui me touche le plus est la mise en valeur des uns par les autres et l'accouchement du beau. »

Un article de MonaK

*              ma'ohi : du pays, autochtone
*              motu : île basse, îlet
*              paumotu : de l’archipel des Tuamotu

Distribution de : Il a neigé aux Tuamotu

Sur le conte de Ra’i Chaze, adaptation, scénographie et mise en scène de Julien Gué.
·         Les compositions et musicales sont de Libor Prokop, Edgar Brémond, Antoine Arakino, Harold Tahi et la chanteuse Rosina Nautre.
·         Les innovations contemporaines dans le registre Ori Tahiti de la chorégraphe Mateata Le Gayic et les danseuses : Naiki BarrierPoerava LevyTapuata Lenoir et Rohotu Fong.
·         Les acteurs : La conteuse : Kahaia Lesage; Kipakipa : Raipoe Adams; L'esprit de Noël : Ève Dezerville; Tiaki (le père) : Aimeho Charousset; Tau (l'oncle de Kipakipa) : Alexandre Dubocage; La marâtre : Léonore Caneri; Hei : Oriata Moux.

Et pour tout savoir sur le livre dont est tiré ce spectacle lire sur ce même blog l'article : Ra'i Chaze : Nacre à Noël

Lire aussi sur ce blog : http://tahiti-ses-iles-et-autres-bouts-du-mo.blogspot.com/2011/12/il-neige-aux-tuamotu.html ainsi que http://tahiti-ses-iles-et-autres-bouts-du-mo.blogspot.com/2011/11/la-tele-parle-de-nous.html 

Et enfin, pour accéder à la vidéo intégrale du spectacle, lire l'article en cliquant ici : "Il a neigé aux Tuamotu"




vendredi 11 novembre 2011

La vanille de Tahiti

L'or noir des îles polynésiennes


     En gastronomie comme en cosmétique, le parfum de la vanille de Tahiti est considéré comme un nec plus ultra. Mais qu'est-ce que la vanille, et d'où vient-elle ?

La belle et délicate fleur du vanillier
      La vanille est une orchidée originaire du Mexique. Les Totonaques, premiers à découvrir le fruit de cette orchidacée, lui vouèrent un culte pendant des siècles.

      Les Aztèques, eux, s'en servaient sous le nom de "Tlilxochtil" pour parfumer leur chocolat.

Petite histoire de Vanilla tahitensis
      Importée en Espagne par les conquistadors, elle fit le désespoir des botanistes de l’époque. Privée de son agent fécondant, l’abeille mélipone n’existant qu’au Mexique, la vanille était stérile. En 1841, on découvrit une technique d’insémination artificielle permettant de la féconder et produire, enfin, ces gousses fameuses.

Des vanilliers à flanc de montagne
      Vanilla tahitensis fut introduite en Polynésie par l'amiral Hamelin en 1848.

     Longtemps considérée comme un croisement entre la Vanilla planifolia et la Vanilla pompona, elle serait en réalité une sous-espèce de Vanilla planifolia, variété reconnue comme la plus odorante et la plus fruitée.

Particularité de la Vanilla planifolia
     C’est l’espèce la plus cultivée en Polynésie. Contrairement à l'espèce fragrans, cette vanille est indéhiscente lorsque qu’elle pousse dans le climat polynésien, c'est-à-dire qu'elle ne s'ouvre pas à maturité : elle reste charnue.

     Les Polynésiens peuvent donc la cueillir quand elle est à son paroxysme de goût et d'arôme. La vanille «ordinaire», déhiscente, explose à maturité. On doit la cueillir avant qu'elle soit mure, se privant du meilleur de ses qualités.

      En Polynésie, on en trouve des plantations à Huahine, Raiatea, et surtout à Taha’a qui produit des plants à l'arome réputé.

Une molécule unique
     La vanille «de Tahiti» se distingue des autres vanilles par ses arômes uniques. Elle contient de l'héliotropine, très capiteux parfum. L'acide para-hydrobenzoïque s’y trouve aussi en très forte proportion. La vanilline y est par contre en quantité beaucoup plus faible.

   L'intérêt pour la vanille de Tahiti a redoublé lorsque des chercheurs découvrirent, dans ses gousses, de l'éthylvanilline.

     Cette molécule a un arôme dont l'intensité est trois à quatre fois supérieure à celui de la vanilline. C’était jusqu'alors un arôme exclusivement artificiel. Sa découverte dans la nature fut une petite révolution.

Le vanillier
     Les vanilliers polynésiens appartiennent à deux espèces différentes : la Vanilla tahitensis, cultivée presque exclusivement dans les Iles-Sous-Le-Vent, et la Vanilla fragrans qui trouve de meilleures conditions météorologiques aux Australes.

Un vanillier dans son environnement naturel
     C’est une plante d'ombre. Elle prospère dans les vallées et les lieux humides abrités du vent bénéficiant d’un ensoleillement très modéré. Elle a besoin d'un tuteur sur lequel s'accrocher pour croître et grandir.

      Orchidée grimpante aux feuilles épaisses et allongées, elle s'enroule autour d'un support comme un arbre. Des racines adventives se développent sur la tige et fixent la plante sur son tuteur. Ses fleurs sont petites et blanches.

Le mariage de la vanille
       La vanille est naturellement stérile. C'est un esclave de la Réunion, Edmond Albius, qui réussit à la féconder artificiellement en 1861.

      Sans l’abeille mélipone, sa pollinisatrice naturelle, la fécondation doit être réalisée par la main de l’homme. On appelle cette opération le mariage. Il se pratique le matin entre six et onze heures, les corolles ne s'ouvrant qu’à ces heures là.

La fleur du vanillier juste avant l'insémination
      L'étamine possède une anthère à deux sacs renfermant une masse de grains de pollen agglomérés, la pollinie. Le pollen est séparé du stigmate sur lequel il doit germer par une languette.

      Le mariage consiste à prélever la pollinie pour la déposer sur le stigmate de la fleur, permettant aux grains de pollen de germer et de féconder les ovules.

      Ceci fait le fruit, la gousse de vanille, se développe pour atteindre quinze à vingt centimètres.

La récolte
      Neuf mois après le mariage, la gousse devient vert pale, puis jaune et enfin marron à son extrémité : c'est l’heure de la cueillette.

Gousses en vrac au début de la période de séchage
       On met les gousses pendant cinq jours dans l'obscurité où elles deviennent uniformément brunes. On les dépose ensuite sur un séchoir trois mois durant. Elles perdent alors les trois quarts de leur eau et brunissent sans se dessécher. C'est au cours du séchage que l'arôme se développe.

Au soleil, les gousses de vanille au séchage
      Elles peuvent alors être commercialisées. Comme pour le vin, il existe de bonnes et de mauvaises années et de bonnes et de moins bonnes régions pour la vanille.

La production

     Dans les années 1950, la Polynésie était le deuxième producteur mondial de vanille avec deux cents tonnes, derrière Madagascar. Depuis, la production n'a cessé de régresser pour s'effondrer, en 1970, avec quelques centaines de kilo.

La gousse de vanille, l'or noir de Taha'a
      Aujourd’hui, la Polynésie ne produit plus annuellement que sept à quinze tonnes de vanille contre plus de mille à Madagascar.

    Les Polynésiens ont entrepris de relancer la production de ce produit exceptionnel, travail qui semble commencer à porter ses fruits.

Les utilisations
      En cosmétique, la gousse de vanille de Tahiti est utilisée dans de très nombreux produits pour sa richesse en polyphénols aux actions anti-radicalaires et protectrices cellulaire.

Les gousses de vanille, délice des gourmets, à l'étal des commerçants
      Elle entre également dans la composition de nombreux produits de parfumerie.

      Et, bien sûr, elle est utilisée dans une multitude de recettes de cuisines de par le monde.

Un article de Julien Gué