Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

mercredi 31 décembre 2014

The Pyres of Faaite… (3)


The slaughter of innocents
Here is how our interlocutor tells us what has happened to her after the departure of "witches" from the Atoll of Faaite.

In our first article on the testimony of Monette Tetavahi, we left her alone with her four children among the community of Faaite.
The book written by Bruno Saura
…A very disturbed community through the past two weeks and by the religious discourse of the three missionaries of the Charismatic Renewal.

When a group of young men (whose husband Monette) has escorted the women to Fakarava first step they return to Tahiti, a strange and heavy atmosphere has settled on the small atoll in the Tuamotus.

Nothing has transpired what has been said between the three "witches" and young people. But after the return of these latter to Faaite, nothing will ever be the same on the atoll.

Monette's testimony resumes when they return.

From the religious exaltation until to violence
(...) "You know, I was really happy at Faaite.

“I was completely accepted and I learned a lot there. And I loved my husband so much.

“That's why I have a grievance against these three women so much. It is they who have destroyed everything. But we can blame them for anything. That's what was said by the police, Monsignor Coppenrath and the judges since they (the three ones) were not there (...).
Mgr Hubert Coppenrath: such a charismatic renewal...
“When the young men returned from Fakarava with my husband, I didn't recognize them. Even my husband had changed. I told him: 'Do you realize? You just come back and you haven't even kissed your children. How come you did that?  What's happened? (...)

“Why they changed like this? Why they have become violent? I don’t know (...).

“Anyway, they started straightaway with the charismatic prayers, saying they were going to heal all diseases and to cleanse us. They came in all the houses to see if we were well down on our knees praying. If they were not happy, so they were beating people. My husband also came to check if we are making our prayers well. They were everywhere, even in the fare (house) with their spears. They threatened to kill us if we do not pray and we had to look down for talking to them (...).
How many times have I seen the suffering in Monette's eyes?
“That's when they went to the town hall to destroy the VHF (high frequency marine radio). That way, we could not speak with anyone outside of the island. You know, there, there was no phone at the time.

The first pyre of Faaite
“So, the Deputy Mayor Iaone Harrys went to see on the dock to tell them that they had to stop all that, and wait for the return of Father Nicolas Jakimovicz and ask his opinion on what to do. The six young and Leonardo (my husband) didn't agree. Then they caught him...”

Here a long silence while Monette tries to stop her tears…

“I was passing the broom in the chapel. I saw a youth coming with a gas can. I thought the boat was going out. But no ... I asked Iaone: "What's going on?" But he did not answer me. And I went back to my fare, just opposite. And just then I heard a big boom! I turned and saw the fire.
he site plan, made for me by Monette
“I was told after he had been tied up and killed before being burned, but my back was turned: neither I haven't seen it, nor I have heard him screaming (...).

“I came back to the square to see. Fear took me.

"It was no possible!  I'd just talk to him and there were only flames now. As soon as they saw me, the young people have come to me with their spears, and they told me: "Go! You come home. Don't stay here. (...)".

The sacrificial victims of 3 september  
“On Thursday morning, they tied Katetika (the catechist) Tautu Tokoragi to a fair pole in front of my house. He cried out because he was burning in the sun. Me, I was locked at home with the children. They did it only because he dared to say that this was not well what was happening there. And then they came looking for and they burned him right outside my house. But I don't know if he was alive or not when they burned him (...).

“They brought Cyrenia Teata (the sister of the mayor) in the same place and they burned her alive also just after. It's her own son, Tavita Tapi, who threw her into the fire. To "purify her" he said (...)!

“In the afternoon it's Huatea Ragivaru whom they have sacrificed; but then I saw nothing.  I was minding my children. They are crying and  were afraid and they wondered why their father had become nasty. I only saw when they dragged him with the truck, tied up by a rope around his neck. (...)
Monette explaining, with a sketch, what happened in Faaite
“Later, they took Pai Huri and they burned him outside the church, as the deputy mayor, in front of his wife. They sacrificed him because he was angry with them and wanted them to stop. I could not see well because it was outside the church, a little further from home (...).

The latest victim of pyres of Faaite
“In the middle of the night, about two in the morning they burned Teata Simone, wife of Pai. I have seen: it's her brother, William, who put her in the lit stake.

“She, she was really alive. I heard her scream. Very strong and very long…”


An article of Julien Gué
Translated from French by Monak

Click here to read the end of the testimony of Monette... Next time…



Copyright Julien Gué. Ask for the author’s agreement before any reproduction of the text or the images on Internet or traditional press.


dimanche 28 décembre 2014

Tahiti assassine ses artistes




Tous coupables
d’être silencieux

En Polynésie française, il ne faut jamais critiquer le pouvoir en place. Comme il ne faut jamais dévoiler la face cachée du « paradis », jamais montrer la misère, jamais dire la vérité. Ceux qui ont l’outrecuidance d’oser le faire le paient en général très cher.

Nous parlons ici d’un pays où le seul quotidien survivant de la presse écrite a banni de ses colonnes, très officiellement, toute critique du pouvoir ou des hommes influents en place, quoi qu’ils aient fait ou fassent.

Nous parlons ici d’un pays où plus du tiers des élus ont déjà été condamnés pour des délits commis dans l’exercice de leurs mandats. Sans parler de tous ceux qui sont mis en examen ou en attente d’un jugement.

La présidence de la Polynésie française

Nous parlons ici d’un pays où l’autorité de l’état s’exprime à travers de vagues murmures, prenant bien garde de ne rien déranger dans le système en place.

Nous parlons ici d’un pays où la justice est bien plus prompte à condamner lourdement les voleurs de poules que les délinquants en cols blancs qui ruinent le pays en restant au pouvoir malgré leurs condamnations.

Nous parlons ici d’un pays où la corruption est présente à tous les étages du pouvoir et des instances décisionnelles, quels qu’en soient les domaines d’activité et les niveaux de responsabilité.
        
Une société totalement corrompue
Je ne vous ferais pas l’injure de vous rappeler le palmarès judiciaire de l’ex homme fort du pays Gaston Flosse. Mais, dans les dossiers très récents et pas encore clos, gardons présents à l’esprit les démêlés de Teiki Pambrun, le poète en pirogue, avec les promoteurs de l’Hôtel Brando sur l’atoll de Tetiaroa… Toutes les associations qui se battent pour protéger nos merveilleuses vallées de l’appétit des promoteurs et des marchands de terre et de cailloux… Les artistes interdits de médias et de diffusion… etc, etc, etc.

Dans chacun de ces dossiers qui mettent à mal le système de survie de la grande majorité des Polynésiens, on retrouve les mêmes méthodes et les mêmes personnes. Souvent dénoncées par quelques sans grades révoltés, mais rarement mises en causes et encore plus rarement condamnées. De toute manière, même condamnées, elles continuent sans vergogne à exercer les mêmes fonctions avec les mêmes méthodes.

L’exemple Lili Oop
Lydia Ghibaudo della Rocca est une artiste connue de tous les téléspectateurs polynésiens à travers la merveilleuse série « Ta’ata » que diffusait RFO Polynésie, la chaîne locale de France Télévision, le service public français. Ce dernier détail, nous le verrons, n’est pas anodin du tout.
Lili Oop vue par Paskua
            Bien des années avant les faits qui nous intéressent, Lili Oop (puisqu’elle est surtout connue sous ce pseudonyme) et son photographe (et néanmoins alter-ego) Paskua avaient collaboré avec le quotidien « La Dépêche de Tahiti ». Il s’agissait d’une série de reportages photographiques qui préfiguraient ce que fut plus tard l’émission « Ta’ata ».

            Cette collaboration prit fin lorsque nos deux artistes reporters réclamèrent au groupe Hersant (propriétaire du journal à l’époque) l’application du code du travail. Une demande qui n’obtint d’autre réponse que la rupture abusive de la collaboration par l’employeur.

            L’affaire fut donc portée devant les tribunaux par Paskua et Lili Oop et se solda, une fois tous les recours épuisés, par une victoire totale de notre duo d’artistes. Nous avions, à l’époque, relaté toute l’histoire dans un article intitulé « Liberté, Légalité, Presse ».

Môssieur Paskua, autoportrait
            Pour des raisons dont personne ne peut être fier, aucun des confrères journalistes n’avait, au moment des faits, soutenu Lili et Paskua. Ce jugement a pourtant fait jurisprudence et aurait dû permettre à nombre d’entre eux de sortir la tête haute du naufrage de la presse écrite polynésienne.

            Vers la fin des années 2000 débutait l’aventure « Ta’ata » et les relations avec France Télévision… Diffusée quotidiennement pendant deux saisons, la série « Ta’ata » remportait un énorme succès en Polynésie. Succès qui se confirmait d’ailleurs bien au-delà de nos îles.
           
L’affaire du « Ta’atagate »
            Ce dossier faisant l’objet d’une procédure judiciaire en cours, il ne nous est pas possible de rentrer dans les détails de manière trop précise.

            Il est quand même bon de savoir que, bien qu’étant les auteurs, les interprètes et les producteurs de l’intégralité de la série, Lili et Paskua se sont vu refuser par la chaîne Télé Polynésie la rémunération normale de leur travail.

Au hasard de Ta’ata : « L’homme douceur »
            Plus grave encore : il y a en cours une tentative de les spolier de la paternité de ce remarquable travail. Opération cautionnée par la chaîne du service public et dont la première conséquence est que nos deux dangereux terroristes du reportage réaliste ne peuvent percevoir leurs différents droits d’auteurs, d’interprétation et de diffusion.

            Pour en savoir plus sur cette affaire révélatrice de la manière dont les créateurs sont traités en Polynésie française, je ne puis que vous inviter à fouiller la page Facebook Thelem - TA'ATA.

« La Zélée » ou « La Lézée » ?
            Ce dossier là est en pleine actualité. Il est même à l’origine de l’écriture de cet article. Pour retrouver l’intégralité de son histoire, des origines à ce jour, je ne puis que vous inciter à consulter avec attention les pages Facebook de Pascal Desmoulains, de « La Zélée » et de ThelemMedialab.

Première image de « La Zélée » par CoopMedia Thelem
            Pour connaître dans le moindre détail l’intégralité du déroulement de cette aventure sabordée et salie par les malversations de quelques arrivistes corrompus mais bien en place, je ne puis que vous conseiller de lire avec attention, en cliquant ici, la lettre adressée au Haut-commissaire de la République en Polynésie française par Pascal Desmoulains au nom de la CoopMédia Thelem et du SAJ (Syndicat des Auteurs et Journalistes de Polynésie française).



  Tentons tout de même un résumé des épisodes précédents…

              En septembre 2013, le président de l’Association des Réservistes de la Marine Nationale en Polynésie (l’ACORAM-ACOMAR 987) commandait à ThelemMedialab un projet d’œuvre multimédia dans le cadre de la Mission du Centenaire 14/18. C’est ainsi qu’est né le projet « La Zélée 1914 – Tahiti sous les bombes » : un webdocumentaire entièrement conçu et réalisé par les artistes indépendants de la coopérative Thelem.

              Présenté au Vice-Recteur de la Polynésie française le 6 novembre 2013, le projet obtient le soutien officiel plein et entier de l’Education Nationale. Une convention est signée entre l’ACORAM-ACOMAR 987 et la CoopMedia Thelem en avril 20014. Cette convention désigne formellement la CoopMedia Thelem comme unique producteur et nomme les auteurs à l’initiative de l’œuvre originale. Dès lors, la CoopMedia Thelem est la seule propriétaire de l’œuvre et se met au travail.

          Dans le courant de l’été 2014, le Vice-Rectorat de Polynésie accorde une subvention à l’ACORAM-ACOMAR 987 au titre de son partenariat. Le 29 septembre 2014, le Vice-Rectorat lance un appel à projet présentant sans équivoque possible le projet de webdocumentaire de la CoopMedia Thelem.

              Début Août 2014, la coopérative met en ligne une bande annonce de l’œuvre en cours de réalisation. Cette bande annonce est toujours visible sur le net en cliquant ici. Elle fut immédiatement partagée par le site officiel de la Mission Centenaire.

             Le 23 Août, les responsables du Vice-Rectorat communiquent leur volonté  « d’offrir à l’œuvre qu’elle parraine une garantie de bonne fin ». Dans cet objectif, « cinq collaborateurs de l’œuvre ayant participé à la création de la bande annonce et aux premières étapes du développement de l’œuvre se sont vu proposer par le Vice-Rectorat cinq postes à temps complet rattachés auprès de son Pôle numérique. » Des contrats en CDD se terminant le 31 octobre 2014 et signés le 25 août 2014. Les attributions correspondant à chacun de ces postes sont les mêmes que celles mises en place au sein de la CoopMedia Lab dès le démarrage du projet.



Première image de « La Zélée » par CoopMedia Thelem
             Dès la signature de ces contrats, la bande annonce « La Zélée 1914 – Tahiti sous les bombes » réalisée par la CoopMedia Lab est mise en ligne sur le site du Vice-Rectorat et y restera jusqu’à la fin du mois de septembre 2014.     

                   Pourtant, dans un article de Tahiti Infos du 11 septembre 2014, le Vice-Rectorat s’attribue l’ensemble de la paternité et de l’initiative du projet… L’article reprend l’affiche de l’œuvre mais oublie de citer le producteur et les auteurs de l’œuvre…

               Le 16 septembre, les créateurs sont convoqués par le Vice-Recteur avec le président de l’ACORAM ACOMAR, pour se voir signifier la rupture de leurs contrats de travail pour « insubordination »… Ceci alors qu’ils viennent tout juste de livrer l’intégralité du scénario… Vous avez dit coïncidence ?...

Lili Oop en reportage vue par Paskua
               Le dernier vendredi du mois d’octobre, le site web du Vice-Rectorat diffuse un premier épisode de la série : « Arii et le vent de guerre ». Etrangement, ni MediaLab, ni Lili Oop, ni Paskua ne figurent au générique. Par contre, le Vice-Rectorat n’a pas oublié de s’y approprier le copyright ! Entre temps, les trois autres membres de l’équipe initiale recrutés par MediaLab ont bien été embauchés par ce même Vice-Rectorat…

               Bien d’autres malversations et contrefaçons ont été commises par l’Education Nationale dans cette affaire et vous en trouverez tous les détails dans le courrier adressé par Pascal Desmoulins au Haut commissaire de la République.

                  En marge de ces évènements, il nous est impossible de passer sous silence l’agression et le tabassage en règle qu’a subi Lili Oop sur le parking de la Marina Taina à Punaauia le 18 août 2014 par un inconnu masqué. Evénements que la gendarmerie n’a pas estimés dignes d’une enquête, voire de l’enregistrement en règle d’une plainte… On aurait pourtant aimé savoir qui étaient le responsable et le commanditaire de ces faits dignes des méthodes du défunt GIP…

               En conséquence, dans l’indifférence générale et acculés au désespoir, Lili Oop et Paskua écrivent au Haut-Commissaire pour solliciter son arbitrage. Un courrier auquel nous avons sans cesse fait référence dans cet article. Cette lettre, datée et postée en recommandé avec accusé-réception du 19 novembre 2014, est restée sans réponse jusqu’à la troisième semaine de décembre !

Lionel Beffre, haut-commissaire de la République en Polynésie française
               Ce silence dédaigneux achève de saper les dernières ressources morales de Lili Oop qui menace de se rendre, devant le Haussariat, imbibée d’essence et de s’immoler par le feu si le Haut-Commissaire ne la reçoit pas immédiatement. Apprenant cela, je publiais sur Facebook un appel au secours pour les soutenir.

               Très étrangement, mais le hasard fait parfois bizarrement bien les choses, c’est le lendemain de la diffusion de ce message que le Haut-Commissaire téléphonait personnellement à Lili Oop et Paskua pour leur fixer un rendez-vous.

                Cet entretien est fixé au mardi 30 décembre 2014 à 10 heures du matin, dans les bureaux du  Haut-Commissaire. Nous y serons avec eux.

                   Et, bien évidemment, nous vous tiendrons au courant des suites de cette affaire…

                Les choses peuvent changer et aller dans le bon sens pour peu que l’on ait le courage de dire non, de se lever, et surtout d’être solidaires.


      Cela dépend de nous.

      Cela dépend de vous.  


Un article de  Julien Gué


Tous droits réservés à Julien Gué. Demandez l’autorisation de l’auteur avant toute utilisation ou reproduction du texte ou des images sur Internet, dans la presse traditionnelle ou ailleurs.