Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

samedi 25 janvier 2014

Polynesian dream in cinemascope


Lagoons and coconut in 24 frames per second

While the film has existed for two centuries, the French Polynesia, as isolated as it is, has inspired many stories immortalized on film.

The first footages, shot in Polynesia would be Gaston Méliès’s work (the brother of extremely famous Georges Méliès). Sixty years old, he embarked on a long journey in the South Seas during which he made very numerous movies. He couldn’t find for them none buyer on his return.

Tahiti or a joy of life : 1957
It was during this trip that he would have shot in Polynesia an entitled movie: “Ballad of the South Seas”. Alas: this film got lost without trace (body and property)…! Don’t have too many regrets: it’s not at all certain that it was made in Tahiti. In fact, even the Gaston Méliès’s arrival on our islands is unreliable.

The real Polynesian history of the cinema of fiction would thus have begun, with certainty this time, in 1927 with Robert Flaherty and W.S.Dyke’s movie: “White shadows of the South Seas”, better known under the title “In the South Seas”; it will become “Ombres blanches (White shadows)” in French Version.

During the filming of Tabu
The same Flaherty will sign with Friedrich Murnau the scenario of “Tabu”, shot at Bora Bora, two years later.

Fiction and documentary
Just like for the painting or the literature, our islands have always been an inexhaustible source of inspiration for the filmmakers. The Polynesian myth is always so powerful for the most part of the Western artists, but the opening of the airport of Tahiti allowed a significant increase of the film shootings. The interest of the televisions of the whole world for our landscapes, the marvels of transparent waters of our lagoons or the mysteries of the Polynesian civilizations considerably have multiplied the number of these shootings. To the point that local producers found place on this market and so they supply, besides the both local television channels, programs of the whole world. Today, the professionals of this sector federated to be able to negotiate with the authorities a real recognition and financial supports comparable to those existing in mainland France.

The most famous movie with Marlon Brando
The same doesn’t go for the movies of fiction. For eighty years, about twenty movies only were realized in the fenua. For that, there are several reasons. The first one is bound to the story of the cinema: till the beginning of the sixties, almost all the movies were shot in studio. Then, the film pellicle was an extremely fragile format and number of reels arrived into laboratories, destroyed or damaged while film teams went back home. It was thus impossible to shoot again the concerned sequences. Finally, considering the slowness and the cost of the journeys the shooting is much less expensive in studio. Today still, the film shooting in Polynesia costs a lot.

For all these reasons, number of productions were (and are always) realized on other less isolated islands, for example in the Caribbean. The intrusion of the IT tool in the cinema enables to use sequences already shot as film set. This particularly economic method is more and more often used for obvious reasons of profitability. So, if the Polynesia was used as backdrops to numerous productions, few of these images were actually shot on the spot.

Myth and reality
If our islands were often used as frame of movies to numerous sentimental or adventure fictions, the myth of the “heaven on earth” isn’t foreign to it. But the use which the filmmakers of the whole world made with only strengthened the myth. So, feeding on itself, it continues to increase, using the cinema as a powerful amplifier. Then, these images of the Polynesia doubtless constitute the most effective and the least expensive of the promotions for our islands.


Photo of film set, during the shooting of “Tahiti, the joy of life”
On the other hand, the shooting of a full-length film represents a not insignificant financial contribution in the local economy, in a direct and indirect way.

To-morrow on our screens…
More and more passionate Polynesian young people are working with these professionals, come moreover, and they discover their jobs. They are the same young people who, just like the very promising Erwin Lee, are going to make film studies in Europe, in United States or in Australia to become technicians, directors, cameramen… We can thus dream that a next day , a fiction of full-length film, written, interpreted and realized  by Polynesians, displays in the movie theaters of the fenua and moreover.

The last full-length film shot in Polynesia, although it’s supposed to take place in New-Caledonia
The last full-length film shot in Polynesia, although it’s supposed to take place in New Caledonia.

In the meantime, the film activity remains one of the hopes of the economic development of the Polynesia: it’s about fictions or about documentaries and the local productions is more and more numerous. Events as the International Festival of Oceanian Film (FIFO) are to show us the dynamism of this budding sector.

An article of Julien Gué
Translated from French by Monak


Copyright Julien Gué. Ask for the author’s agreement before any reproduction of the text or the images on Internet or traditional press.
Sources:
- First catalog of the ethnographical movies about the region of the Pacific, Jean Rouch’s introduction, Unesco 1970.
- Bernard Rapp, world dictionary of movies, Larousse, 1995
- All the images which illustrate this article come from collection of the Institute of the Audiovisual Communication (ICA)
My special thanks to Eric Bourgeois and Marc Louvat de l’ICA for their so precious help: www.ica.pf/, www.cinematamua.canalblog.com/



lundi 20 janvier 2014

L’Ivoire en BD

L’Afrique à grands crus

L’Afrique dessine son histoire*… l’actuelle aussi, à coups de bulles et de vignettes. Les nouvelles générations de la bande dessinée (BD) la montent à cru, ne font pas de fioritures. Ce ne sont pas bouteilles à la mer. Avec « Séductions / Mille mystères d’Afrique », son volume recto-verso, N’Guessan Koffi Roger complète le palmarès des grands crus de Côte d’Ivoire.

La BD vit en Afrique, s’exile et s’édite au hasard de l’Europe et de petites maisons locales pionnières, se revendique d’auteurs originaires de ces deux continents. Si l’engouement est fort et universel, nous le devons à des auteurs qui n’hésitent pas à livrer de l’Afrique une image inattendue : la leur ; mais aussi à des compilations telles que ce Dictionnaire de la BD africaine francophone.

Les teintes de l’enfance…
N’Guessan Koffi Roger y figure, avec un nom déjà chargé d’un patrimoine spécifique ! D’ethnie Baoulé, le bédéiste a reçu le « prénom de Koffi, car je suis né un samedi, et celui de N’guessan que porte le troisième enfant consécutif du même sexe, issu d’une même mère ». Voilà donc une première clé pour découvrir l’univers « torride » annoncé par le titre de son double album.

La BD, l’Afrique et l’histoire
Le centenaire de la Grande Guerre (la « mondiale » de 1914-18 !),  occasion de ressortir les anciennes BD ou de sortir les nouvelles abordant le rapport entre les champs de bataille européens et les combattants tirés des colonies françaises, veut en finir avec ses remords ou ses relents racistes. Mais si la BD européenne cherche encore à exorciser ce pan peu reluisant de l’histoire, y compris la traite des Noirs et l’esclavage, le répertoire de la BD africaine ne peut s’y enfermer.

La BD africaine livre quelques sagas de ses ancêtres déportés, parmi ses « collections historiques » (Kimbangu au Congo). Elle introduit la BD littéraire, comme « Monsieur Georges » tirée de l’œuvre de Dumas à travers la conception proposée par l’Antillais Roland Monpierre. D’autres exemples sont florissants au travers d’œuvres issues de Centre Afrique, du Cameroun, du Maroc, de Tunisie, etc. : galeries de portraits, jeunes prodiges prometteurs, science-fiction, caricatures, chroniques satiriques sur la curée systématiquement manigancée par les mafieux de la finance internationale. Le passé sert à « secouer » certaines « oublieuses mémoires » et ne subsiste qu’en toile de fond ! La BD s’implique avant tout dans une démarche identitaire.

La BD africaine : déjà en dictionnaire !
Dans son article, La BD africaine, un siècle d’histoire, Christophe Cassiau-Haurie fait le point sur la BD africaine autochtone. Elle est peut-être méconnue, mais elle compte une communauté d’auteurs, de concepts et de visions, qui englobe la majeure partie du continent africain. Le 9ème art en Afrique, c’est toute une aventure qui a fait ses premières apparitions il y a exactement un siècle, dans sa conception moderne. Mais la BD pleinement africaine ne s’affirme qu’avec les indépendances ; c’est réellement depuis une dizaine d’années qu’elle explose, après des occultations sous régimes dictatoriaux.

C’est par le biais des réseaux internet qu’elle s’assied une notoriété, permettant un brassage d’informations, d’échanges, une reconnaissance professionnelle mutuelle, des contacts indispensables et des éventualités d’édition. Le continent est immense et les voies de circulation compliquées et aléatoires. « Invité à présenter mes planches** (une page de BD) dans le groupe « Bande Dessinée Africaine (sur fb) », en moins d’un mois, je recevais mon premier contact. », jubile N’Guessan Koffi Roger, édité par L’Harmattan.

C’est aussi par ce moyen que sont mis à contribution différents auteurs sur le même sujet. L’ouvrage Sommets d’Afrique constitue une réussite du genre :

Une vision de l’Afrique entre ciel et mythes
« Encordés derrière un même scénariste, sept dessinateurs africains partent à l'assaut des sommets que sont le Kilimandjaro (Tanzanie), le mont Cameroun, le Rif (Maroc), l'Emi Koussi (Tchad), l'Atakora (Togo) et le mont Hombori (Mali). Ces six histoires, étonnantes et drôles, s'attachent à donner une image plus verticale de ces pays, une invitation à s'élever vers les cimes. (En couleur). »
De même, constate N’guessan Koffi Roger, « les auteurs de BD sont de plus en plus nombreux en Côte d’Ivoire, mais bien entendu peu connus sur le plan international ». Si vous voulez vous en persuader, allez jeter un coup d’œil sur les photos de planches, de cartes et d’esquisses que présentent les bédéistes dans le groupe Bande Dessinée Africaine. Entre autres petites merveilles : des graphismes à couper le souffle ! Des harmonies de tons et de verbe poétique du Malien Massiré Tounkara

Concocter une BD  
Ce n’est pas tout ! La BD africaine répond à toutes sortes d’inspirations : elle peut être didactique, traiter des droits des enfants, aborde des problèmes de société comme la polygamie. Mais elle touche aussi à ce qui fait la richesse culturelle du continent : ses mythes, ses rites, la beauté de la vie au quotidien, ses rêves d’avenir. Tout ce qui se voit et se vit.


Tout comme le rêve d’Alpha Blondy (clip vidéo)
Koffi en appelle à tout ça ! Contemplatif dans l’âme, il savoure les atmosphères attachées aux gens et aux lieux. Peut-être est-ce de là que vient sa passion pour le crayonnage : fixer l’instant. C’est donc par le visuel qu’il commence sa BD car l’image condense l’histoire tout en n’étant pas rédigée textuellement : « Mon scénario s’inscrit en roughs** (esquisses), soit en story-board** (découpage en plans, d’une situation) »

« Mes histoires je les chope généralement à partir de récits transmis par des badauds, à un kiosque à café, au marché, autour d'un jeu de dame...ou entre collègues, en famille, au village... Partout où il y a plus d'une personne réunie, il y a des histoires extraordinaires, vraiment époustouflantes à écouter ; sans oublier les écrits chargés d'enseignement de certains auteurs africains... »
« En dehors de la BD trois livres m'ont profondément marqué: "Nations nègres et culture "de Cheikh Anta Diop," La puissance de la pensée positive" de Norman Vincent Peale, "Création artistique et création spirituelle" de Omraam Mikhael Aivanhov. »

Un trait, une pulpe…
A la sortie de son 1er album en juin 2013, Séductions/Mille mystères d’Afrique, Koffi n’a pas moins d’« une dizaine de projets sous la mainAvec des priorités comme finir d'abord ma prochaine BD de 66 pages ''L'enfer glacial", une histoire sur l'émigration clandestine et les imprudentes relations amoureuses sur les réseaux sociaux ! Ensuite créer une Edition de BD locale avec un groupe d'auteurs pour des publications régulières comme "GBICH" en Côte d'Ivoire et "KIN LABEL "au Congo. »

« Plusieurs histoires courtes dans le même registre sont encore dans mon tiroir ! La thématique des autres projets est très variée : outre "L'enfer glacial'', "Les nouveaux sorciers" évoque les dérives des nouvelles églises qui appauvrissent de plus en plus la population africaine ; "Konan la mort", un regard sur les méfaits de l'alcoolisme : trois histoires complètes sur une inspectrice atypique, "Akouba", face à des criminels dotés de pouvoirs surnaturels ; encore d'autres petites chroniques sur un personnage, "Wosran"  : il va parcourir plusieurs régions d'Afrique pour leur insuffler une certaine sagesse liée au développement ou à l' émergence ...Bref, une liste non exhaustive de projets !!! »  

Koffi : un style ?
Le double album « Séductions-Mille mystères d’Afrique » (cliquez sur l’aperçu, pour voir quelques planches) qui fonctionne sur une mise en page tête-bêche, « présente nos véritables préoccupations ; ‘’Séductions’’ porte sur des stratégies diamétralement opposées,  menées par deux filles pour conquérir un jeune médecin. C’est un regard sur le phénomène de la dépigmentation de la peau, de plus en plus prisé en Afrique noire... »

Mégapoles et magouilles…
« Concernant ‘’Mille mystères d’Afrique’’, il s'agit de 12 histoires courtes. Ces "one shots"* (histoire complète à chaque fois) relatent des faits mystérieux qui font partie de nos quotidiens ! Ce sont des faits plus ou moins paranormaux chargés de leçons et d'émotion. »

Associé à un dialogue qui démarre de façon abrupte, sans qu’aucun cadeau ne soit fait entre les interlocuteurs quels qu’ils soient, le volume repose sur le malentendu sous toutes ses formes ; le prisme de l’exotisme face à la grimace des charmes et de la distorsion de son empire incontournable pour Séductions.

L’un des intérêts de cette BD, c’est que le propos  passe directement par le point de vue féminin : l’une des héroïnes est aussi la narratrice. En fait l’auteur s’efface derrière son duo de choc féminin. Est-ce pour cette raison que le rythme des séquences est rapide ? Pas le temps de tergiverser, dialogues et actions s’enchaînent à brûle-pourpoint.


Un style, un bédéiste (diaporama)
Quant au graphisme, compte-tenu du fait que la BD est éditée en noir et blanc : la colorisation en est absente. Mais le trait se suffit à lui-même pour distinguer les individualités Noires et Blanches. C’est que Koffi est un puriste : « Pour le teint des personnages, comme pour d’autres péripéties, le texte relaie ce qui n'est pas représenté et vice versa ! » De même, dans sa formation de graveur aux Beaux-Arts, il a « toujours été impressionné par les estampes de Rembrandt ! »

Un leitmotiv, l’Afrique
La BD, alors, une passion, une obsession, une maladie ? Ou un tremplin pour affirmer ses rêves, ses aspirations, qu’ils soient partagés ou entachés de ces dérives dues aux poncifs universels prégnants, aux séquelles d’une infériorité assénée par les leçons de l’histoire ? Koffi répond ainsi :

« Dans ce continent dont on dit tant de mal… mon inspiration part des valeurs, de ce qui fait notre richesse d’Africain : il est impérieux pour nous de revenir à notre façon d’entrevoir la vie et de nous positionner par rapport à elle. De retrouver son aspect radieux… »
« Les clichés, les jugements venus d’ailleurs, nous encombrent tellement, que certains en viennent à se renier, rejeter leur propre identité. Nous sommes conditionnés par une forme de désespérance qui nous vient d’ailleurs, du regard qu’on porte sur nous »

Une culture, ses attaches…
« Parmi les stéréotypes dont nous devons nous émanciper : les guerres, la pauvreté, la misère, les pandémies. Ce genre de faux-problèmes nous colle à la peau. » L’Afrique reste un terrain de racket international et ce sont les gros bonnets qui y investissent pour la démunir.

« A l'école primaire, je passais tout mon temps à dessiner au lieu d'étudier les différentes matières enseignées! ». Et si ses années collège à Bouake, ville du centre de la Côte d’Ivoire, ont été « sa première véritable galère (!), elles ont été sanctionnées par son orientation au Lycée d'enseignement artistique à Abidjan !

« Là mon rêve d'enfance commençait à prendre forme ! Des études artistiques ! Un grand moment dans ma vie ! »

Une priorité, l’enfance
L’enfance, ce n’est pas seulement celle qui jalonne son passé, mais celle qui s’offre devant lui,  l’avenir. Ce n’est pas pour rien qu’il s’accorde avec les chansons d’Alpha Blondy.

Un « maquis » à Vridi
Dans cette sorte d’extension-bidonville illégale où il a passé son enfance,  « Vridi Canal,  quartier pauvre (constructions précaires) en zone industrielle d'Abidjan ! » Ne comptent que : « la lagune et la mer! un petit paradis pour moi, celui qui seul peut combler l’enfance… »

« A travers mon graphisme, je mets en exergue cet aspect magnifique et paradisiaque de l'Afrique malheureusement si peu connu dans le monde ! Sans toutefois ignorer nos belles femmes aux rondeurs époustouflantes qui sont pour moi, sources d'inépuisables inspirations dans mes créations ! »

Sujet inépuisable, c’est à l’école  des maîtres de l’iconographie, qu’il éprouve le besoin de l’immortaliser : « Avec l’option atelier de gravure je me perfectionnais en illustration, à l’instar des anciens mais aussi en éprouvant des expériences plus modernes… Avec nos maitres et bien d’autres venus de France dont Gosselin, jeune peintre français qui nous a enseigné la gravure sur bois à partir d'une seule planche ; Patrick Devreux professeur aux Beaux-Arts de Paris pour les cours en lithographie ! Puis j’ai approfondi avec un maître de la BD ivoirienne, Gilbert Groud.

…et l’aventure continue…
Professeur d'arts plastiques au collège municipal de Grand-Bereby (2001-2007), ville situé au sud-ouest à plus de 450km d'Abidjan, c’est dans une commune presque rurale  mais nantie d'un environnement paradisiaque qu’il nourrit son art. « Une source inépuisable ; un sacré bonheur pour tout artiste en quête d'inspiration ! »

« Là-bas pas un jour sans dessiner ! Des planches de BD, des illustrations de paysage au stylo à bille, à l'encre ! J'y retourne encore : un véritable paradis sur terre, source d'inspiration pour tout artiste !!!! »


La réalité est virtuelle
Ce n’est que la formulation du rêve, son accomplissement, que propose la BD de Koffi… avec toutes ses plages d’inconnu, d’énigme et  d’inachevé. En fait, on s’aperçoit que la nouvelle forme de la BD passe par le net : elle peut être éditée directement en PDF à télécharger. Ce qui permet une circulation accrue des productions et donc une évolution plus rapide des contenus. 

Fantasmes et fascination…
La BD, comme le souhaite et le réalise Koffi agit sur le réel : en bousculant les mentalités…

« La force de l'humain est sa capacité d'accomplir résolument ses rêves en dépit de toutes les entraves propres à la société ! ». Il s’y confronte tous les jours, Koffi !

Et il s’acharne à le déclarer en toute modestie : « au moment on moment où tout le monde pense que c'est impossible, un petit idiot pense le contraire et il le fait parce qu'il ignore que c'est impossible ! »


Un article de  Monak

-* « L’Afrique écrit son histoire », tout comme elle y est rentrée depuis l’aube des temps (N’en déplaise à un certain politicien français, imbu de son chauvinisme)
-**Tout sur le lexique technique de la BD :
- Pour vous procurer le double album de Koffi Roger N’Guessan, cliquez sur ce lien : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=40740

Tous droits réservés à Monak. Demandez l’autorisation de l’auteur avant toute utilisation ou reproduction du texte ou des images sur Internet, dans la presse traditionnelle ou ailleurs.