Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

mercredi 31 juillet 2013

Raiatea, the Sacred Island


Historical heart of Polynesia

As the cradle of Polynesian civilization, Raiatea is the biggest of the Leeward Islands (The Western Society Islands). It holds the most beautiful and the most important marae of Polynesia.

Between Huahine and Bora Bora, 210 km (West-North-East) from Tahiti, Raiatea shares the same lagoon with Taha’a Island.

Raiatea and Taha’a: two islands within the same lagoon
The sacred Island is at the root in more ways than one. At first, for its central historic role in the setting-up and the deployment of Ma’ohi people on all the archipelagoes which now make up French Polynesia.

Then, and above all, for its fundamental importance in the mythology and the Polynesian traditional religion

Geography of the Sacred Island
Raiatea is one of the three largest islands of French Polynesia. It has a population of just over 12 500 inhabitants (census of 2007).

Enclosed into the same lagoon as Taha’a Island, the sacred island is overhung by several very steep summits among which the highest peak, Mount Toomaru, is 1017 meters.

Dominating Uturoa, Mount Tapioi
 In the core of the island, Mount Temehani shelters the emblem of the “sacred island”, a worldwide unique flower: the tiare apetahi.

The population is rather fairly distributed on the edge of the island, that’s about hundred kilometers.

The coastline, jagged by deep and beautiful well protected bays, is fringed by lush vegetation.

A side road allows connecting the bay Faatemu with the bay Faaroa, in passing down the impressive flanks of the Mount Oropiro.

Uturoa, seen from Mount Tapioi
Today, Raiatea Island is the second Polynesian economic pole after Tahiti. We find the only hospital center and the only high school of the islands beyond Tahiti. It also welcomes the main center of nautical tourism of the whole Polynesian territory.

Raiatea Island and the history
This island of The Society Archipelago was chosen by the first people to settle down, more than thousand years ago. As such, it’s considered by all the Polynesians as the cradle of Ma’ohi civilization.

 In raromatai, the language of Leeward Islands, Raiatea was originally called Havai’i Nui, what would mean approximately Big Gushing Water.

Two years after Wallis discovered Tahiti in 1769, James Cook casts anchor in the bay of Uturoa, become the main harbor of the island.

The inside of a secret island
At that time, Raiatea and its neighbor Taha’a were submitted to ceaseless power reversals, consequences of the fighting which the royal Tapoa and Tamatoa families led against each other. The colonization is going to turn out at least delicate, because enameled by fratricide wars.

At the end of the 18th century, the reigning families of Bora Bora take power on both islands. But it will be necessary to wait for Tamatoa III’s reign, at the very beginning of the 19th century, and see both islands of Raiatea and Taha’a, although enclosed for a long time into the same lagoon, finally united.

Disproportionate the Port of Uturoa
 Converted to the Christianity, Tamatoa III sets up a Code of missionary obedience. With its twenty five articles it’s applied on Raiatea from May 12th, 1820. Then, it’s applied on all the Leeward Islands until 1866. This same year it’s replaced by French code civil.

Tamatoa IV’s accession to the throne marks the seizure of power by Pomare royal family. The situation doesn’t change any more until 1847. In that year, France recognizes the independence of Leeward Islands.

But forty years later, the annexation of the archipelago by Governor Lacascade causes a bloody insurrectionary war which is going to last ten years.

The conflict ceases in 1897 when the rebel leader, Teraupo, is arrested.
.
Discover the Sacred Island
            At first, from the urban area of Uturoa, hike to the top of Mount Tapioi to discover a fabulous point of view on Taha’a enclosed into the same lagoon.

Another walking tour is imperative, even if it requires a full day and a guide. It leads to Mount Temehani and allows the discovery of the emblem of the sacred island: the tiare apetahi.


Raiatea, the sacred island
By car, the tour of the sacred island allows you to discover a multitude of sites all more surprising some than the others: wild and steep coasts or beaches of an infinite sweetness. The whole splendor of Polynesia and its lagoons is yours to find out, according to your mood and your desires!

This excursion couldn’t do without some kilometers of cross road which connects the bay Faatemu with the bay Faaroa by slipping at the foot of Mount Oropiro.

This day also owes be interrupted by a long resting place on the site of marae* Taputapuatea, a holy set between all and by far, the most impressing of all the Polynesian marae.


The inescapable marae Taputapuatea
Around lagoon, Raiatea will satisfy as much the scuba divers as sunbathers on magnificent motu outstandingly preserved. Motu Oatara, as for it, will delight the bird lovers.

On the other side of the reef, on ocean side, numerous very renowned surfing spots as well as sites of deep diving along the falling of the coral reef are there to satisfy the amateurs of strong sensations.

In half an hour only, lagoon shuttles allow to surrender to Taha’a, the Vanilla Isle, enclosed into the same lagoon.

From a bungalow of Hawaiki Nui hotel”
From luxury hotels to guest houses, numerous solutions of hosting spread around by the holy island allow everyone to choose the ideal place as a dream stay.

The multi-daily air connections with Tahiti, Bora Bora, Huahine and Tuamotu Archipelago make Raiatea a magnificent moving plate to discover French Polynesia.


Lexicon:
*Marae: holy  and religious site of the Polynesian traditional religions


An article of Julien Gué
Translated from French by Monak


Copyright Julien Gué. Ask for the author’s agreement before any reproduction of the text or the images on Internet or traditional press.



dimanche 28 juillet 2013

Polynesia’s Night tears

Paradise isn’t for everyone !

It has been quite a while since "the new Cythera", dear to the discoverers of our island as Cook and Bougainville, has lost much of its paradise aspects. The Polynesians are in pain, but kept smiling…

To prove this, we only have to afford a night, wandering the streets of the capital of Tahiti: Papeete.  

The money of the French nuclear power didn’t benefit everybody in Polynesia

Well before sunset, the iron curtains of all businesses fell. No more available for the stroller than blind facades, rusty and threatening. And at nightfall, the mean public lighting is barely enough to let us guess the multiple pitfalls that dot the damaged sidewalks… Thus, the Polynesian first city shows its true face.

In the Paradise of poverty  
Here and there, but in the immediate vicinity of the central market, people settle for the night. Of course, there are poor wretches completely de-socialized among them. But we discover with stupor whole families of four, five, six people sometimes including very small children, ensconced under the porch of a building, sheltered from the weather and looks by vague cardboards.


Don’t mistake: these girls are boys

Those have never benefited, in any way, from billions spent by France within the framework of "the nuclear annuity". For them, it’s to be hoped that the sky will be good balmy because they would be unable to have little shelter against tropical shower. Indeed, the flow and rainwater harvesting system is nonexistent or, in the best cases, ineffective.

The minors haunt at night
The other danger and not the least, for these homeless families, lies stems from many youth groups (often minor).

They take possession of streets after sunset until sunrise and early morning. From the most disadvantaged areas of the island, these adolescents in school failure haven’t other way, to finance their purchases of beer and pakalolo (local name for hashish) than the theft.

Police force and prostitution
In the same streets of the city center, close to the Town Hall and central police station, the ladies of the night pace up and down the same streets among general lack of concern. Here again, the misery of a large part of the population is not foreign to the heavy presence of prostitution. The contrast is stark between these young people surveying broken sidewalks and the luxury 4 x 4 brand new with heavily tinted windows stopping near them. After all, tell me, we are in a township of the end of the world... Perhaps. But we are also in France. And the worst is yet to come.

These “Miss Vahine Tane (or Raerae: transvestite) contests” hit the headlines media in French Polynesia
Indeed, to look more closely, the great youth of most of these prostitutes is striking. And it should come as the first surprise to learn that many of them are minor. For most, the first steps in the exercise of the oldest profession in the world are at twelve or thirteen years! The second surprise is that the majority of them are not girls, but raerae boys. In other words, they are male transvestites. 

Children’s rights and human rights…
And these are the same minor transvestites and prostitutes who are a little later in some bars and nightclubs of Papeete. All sites which the law prohibits access to minors, which is known by everybody… Everyone can see. Everyone knows. Everyone closes his eyes.

It is this kind of unacceptable things that the inconsistency and the immorality of an extreme corrupt political class led.

This is happening today, in Tahiti, in the territory of the French Republic, homeland of human rights…

An article of Julien Gué
Translated from French by Monak


Copyright Julien Gué. Ask for the author’s agreement before any reproduction of the text or the images on Internet or traditional press.


jeudi 25 juillet 2013

Le jardin du Cap Bon

Un parfum d’agrumes

Pas plus de 70 km de long et 40 km de large, le Cap Bon, à la pointe nord de la Tunisie, s’étire vers la Sicile. Bordé par le Golfe de Tunis (à l’ouest) et le golfe de Hammamet (à l’est), ce minuscule appendice n’en est pas moins l’une des cartes de visite de la Tunisie.

Déjà les rivages sont en odeur de brises légères et résonnent de la douce ambiance des stations phares du tourisme tunisien. Les plateaux intérieurs (culminant à quelques 600 m) se colorent du croquant des cultures maraîchères et pétillent en aromes d’agrumes, de jasmins et du nectar des vignes.

Et la terre se magnifie
Le jardin de la Tunisie jouit d’un microclimat et de paysages idylliques, bénis par les dieux de la mer depuis l’Antiquité. « Chôra » (ou terre fertile) punique, « promontoire de Mercure » pour les Romains, la région servit d’isthme aux invasions venues de la Méditerranée du nord et d’ultime refuge à l’allemande Afrikakorps, avant sa capitulation en 1943. Mais ce ne sont que minces ridules qui ont à peine égratigné la sérénité de tant de siècles !

Le verger prospère, du fait peut-être de sa situation excentrée. Ce n’est vraiment qu’au 20ème siècle que la région fait office de pont avec l’Europe, en tous points conforme aux flashs publicitaires. De mars à octobre, une saison édénique s’offre à la floraison des orangers.

Un calendrier festif
Chaque village vit au rythme de ces efflorescences. Nabeul, comme Menzel Bou Zelfa, clôt la saison des agrumes avec sa « foire des fleurs et des orangers ». Elle rassemble, au souk El Felfel en avril, des fantasias, des spectacles, des étals de poteries et de sparterie de Nabeul. Elle distille la nouvelle eau de bigaradier -zhar-, pour couronner une année de labeur. La tradition s’évente un peu mais se maintient avec moins d’éclat.

Un festival qui prône la protection des espèces
El Haouaria célèbre l’épervier en un festival qui concorde avec les pauses migratoires de ces rapaces (mai-juin). Les scènes de chasse font perdurer un patrimoine bien lointain : la caille pour l’épervier et la perdrix pour le faucon borni. Originaire de l’époque carthaginoise, ainsi que l’attestent les mosaïques locales, cette célébration prend des allures de tourisme écologique.

Qui dit verger évoque oiseaux : Hammamet est la ville des colombes (hammama), comme des bains (hammam). La proximité marine se conjugue avec l’art de la volerie. La fête du thon à Sidi Daoud (mai-juin) figure en bonne place. L’halieutique, ainsi que toute activité concernant l’environnement, fait partie des préoccupations de la Tunisie, en cette époque de disparition des espèces animales.

Le petit port, dont l’origine serait andalouse, attend inexorablement l’arrivée du banc de thons providentiel, pour s’adonner à la « matanza », entre filets et plateau continental corallien.

La « matanza » à Sidi Daoud
Hichem Ben Ammar relate cette tradition de la pêche artisanale dans le court-métrage Raïs Labhar (Ô Capitaine des Mers, 2002). L’écrivain Hedi Khelil, dans le journal La Presse le commente ainsi : «… exaltation d’un métier qui est sur le déclin. Le vieil homme, handicapé par un rhumatisme ravageur occasionné par l’eau de mer, affirme que sa destinée se dirige naturellement vers ce qu’il appelle « le cimetière des éléphants » où sont et seront enterrés les derniers guerriers de la matanza. Le jeune homme, barbu, toujours sous le charme hypnotique de la mer, récitant par cœur dans ses heures perdues, les vers des grands ténors de la poésie érotique arabe classique, dit, avec la ferveur et la surexcitation d’un hédoniste amoureux, qu’il ne mourra que dans la mer. Le film prend fin, d’ailleurs, par le plan stylisé d’un grand plongeon qu’il fait du haut de la falaise. »

Hammamet entre blancheur et ocres
A ces fêtes populaires du corps et de l’exploit inscrit à l’ordre d’une nature prégnante, s’ajoute le festival des Arts vivants de Hammamet (juillet-août). Prisé autant par les artistes tunisois que par les familles du coin, il mêle œuvres d’avant-garde et spectacles folkloriques. Toujours dans la tradition du pays et des amphithéâtres romains, la scène, construite en 1964, est de plein-air.

Au bonheur des corps et des sens
La mer, la pureté de l’eau, cette blancheur de colombe et des rivages marquent l’harmonie de la côte est. La zone hôtelière s’étend sur plus d’une vingtaine de kms entre Hammamet et Nabeul.

Elle doit sa flambée touristique à un milliardaire roumain, Sebastian, se faisant bâtir une villa avec dépendances sur un terrain littoral en 1920. Il y invite des artistes comme Gide, Roger Martin du Gard, Bernanos, Klee et F. L. Wright. Et le lieu devient foyer culturel. Il attire, dans les années 60, d’autres célébrités qui s’installent saisonnièrement à proximité. A sa mort, Sebastian lègue la propriété à l’Etat. Le domaine est aujourd’hui un Centre Culturel International.


Dar Sebastian, Centre Culturel International, fait bouger Hammamet
La ville se répartit, à partir des sites antiques de Siagu et de Pupput, entre une minuscule medina entourée de remparts pieds dans l’eau et une ville plus moderne, enserrant des monuments du XVème siècle -grande mosquée et sanctuaire-, ainsi que des galeries d’art.
A l’autre bout de la chaîne, Nabeul -anciennement Néapolis- perpétue ses poteries artisanales jaunes et vertes rehaussées de motifs géométriques et floraux. Des fabriques plus modernes se lancent dans la céramique culinaire et artistique. Le musée archéologique, lui, regroupe les mosaïques de la région. Longue continuité depuis les carrières d’argile sises de part et d’autre de la ville.

Au cœur des mutations
Ce qui caractérise le Tunisien, c’est sa mobilité : empreinte d’un atavisme nomade, sans doute. Si l’époque de l’Indépendance des différents Etats du Maghreb a fixé des frontières infranchissables et a arrimé les populations par une politique de sédentarisation, les stigmates en sont encore bien repérables.

Sources guérisseuses ou aïn cheffa
L’approvisionnement des marchés freine l’engouement des familles à venir s’approvisionner à la source, ce qui expliquerait la baisse de fréquentation des festivals populaires. Mais le déclic fonctionne encore autour des eaux florales : l’eau de rose (ma warda) pour hydrater et rééquilibrer l’épiderme et l’eau d’églantier pour le tonifier (nesri en langue tunisienne). Et, pour faire bonne mesure, le nesri parfume les gâteaux domestiques comme le ka’ak (sorte de biscuit dégusté en le trempant dans de la citronnade).

L’activité du Cap Bon se consacre aussi à d’autres formes de bien-être. Deux stations thermales regroupent une multitudes de sources chaudes, à flanc de coteau comme en bord de ce littoral ouest escarpé : Aïn Oktor et Korbous. Déjà fréquentées par les Romains, délaissées après la conquête arabe, elles sont réhabilitées par Ahmed Bey, au XIXème siècle. De tous temps (ou presque) les vertus des « sources guérisseuses » (aïn cheffa) attirent un tourisme thermal.


Les sources chaudes de Korbous, un bienfait
La région connut bien des va-et-vient et des brassages de populations avec les carrières de Ghar El Kebir. Même les pierres ont voyagé à dos d’esclaves, pour édifier les monuments de la capitale, depuis les Carthaginois.

La ville punique de Kerkouane entretient son énigme et la question reste entière de cette brutale désertion inexpliquée : pourquoi le site s’est-il vidé de ses habitants ? La vie y paraissait florissante comme semble le prouver cette baignoire, installée à une fenêtre avec vue sur mer.

Le port de Kelibia, survit, quant à lui. Sa forteresse byzantine abrite des vestiges de citernes, le tracé d’une église. Lieu magique de spectacles sous les étoiles, tout comme son vis-à-vis, sur le golfe opposé, Korba.

Au parfum de nesri (églantine)
L’orange ? Un fruit qui fait voyager. Introduit en Perse, en Egypte et au Maghreb par les Arabes, elles se distinguent en deux grandes familles : les sanguines et les blondes. Tiens ! Un parfum de réminiscence… Pas vous ?

Quant à Gisèle Halimi, elle publie en 1988, Le Lait de l’Oranger. Un mythe bien contemporain à découvrir…

Un article de  Monak

Tous droits réservés à Monak. Demandez l’autorisation de l’auteur avant toute utilisation ou reproduction du texte ou des images sur Internet, dans la presse traditionnelle ou ailleurs.



dimanche 21 juillet 2013

La Tunisie du Livre

La littérature brûle-t-elle ?

Depuis l’Antiquité, la terre tunisienne écrit et publie. Des  millénaires de littérature, des millions de livres ! Qu’elle se nomme Numidie, Carthage, Byzacène, Ifriqya ou Tunisie, de son nom originel recouvré. Qu’elle change de régime, qu’elle soit empire, occupée ou république.

Que savons-nous de ces auteurs qui se sont exprimés au poinçon, au stylet ou au kalam ? Que savons-nous de ces auteurs qui se sont fait entendre, ont créé dans la langue du dominateur pour être diffusés ? Que savons-nous de leur imaginaire, de leur audace ? Qu’en va-t-il de la littérature quand force œuvres ne figurent pas au patrimoine pour raisons politiques, religieuses ou éthiques ? Par ordre chronologique les alphabets tifinagh (berbère), punique, hébraïque, latin, arabe, français (latin moderne), y ont concouru. Quoi qu’invoquent les censeurs de tous bords !

Il faut bien l’admettre : dès que conquérants et envahisseurs s’installent dans un pays, l’un des premiers méfaits qui marque leur pouvoir est la volonté d’oblitérer la culture autochtone en brûlant les bibliothèques. La Tunisie n’y a pas échappé depuis que le vainqueur romain d’Hannibal a détruit Carthage par le feu et le sel. 

L’ancienne Bibliothèque Nationale de Tunis, Souk des Parfumeurs 
Même si les endoctrineurs actuels brûlent les livres déclarés impies en dehors de l’ouvrage importé de la Récitation (القرآن, al Qur'ān, Le Coran), décrètent l’origine du pays deux siècles après le début du Moyen-âge (c’est-à-dire après la conquête arabe en 697), cette négation ne tient pas face aux historiens dont les chroniques attestent depuis l’Antiquité que la Tunisie a toujours été multilingue.

Langue(s) et culture
Qu’elle soit fixée sur la pierre (écriture libyque), sur des tablettes de cire, l’alfa, les tapis, le parchemin, le web… l’écriture indique la multiplicité de mouvances culturelles qui se sont côtoyées, se sont affrontées parfois, ont fusionné dans l’identité nationale d’un pays qui s’est délimité au cours des siècles. Ainsi pouvons-nous parler de littérature tunisienne et suivre avec amusement une similitude de portraits du Tunisien depuis l’Antiquité.

L’ancêtre du premier tunisien, berbère d’allure, reposant du côté de Gafsa (Homo capsus) remonte au huitième millénaire (avant JC). Auparavant, peu d’informations sur les civilisations qui ont peuplé son territoire. La désertification du Sahara a repoussé les peuplades apparues précédemment (environ 2,5 millions d’années) vers le sud de l’Afrique, sauf que l’écriture éclot à la fin du 4ème millénaire (toujours avant JC).

Inscriptions puniques sur stèles carthaginoises
Les inscriptions les plus anciennes datent du VIe siècle avant JC (en alphabet punique). Augustin, rhéteur (avocat), théologien, mais aussi autobiographe (Confessions), mentionne au Vème après JC : « Demandez à nos paysans ce qu'ils sont. Ils vous répondront en langue punique : Chanani» (Cananéen).

L’expression littéraire se définit d’abord, pour cette population de nomades, par son oralité. On parle ici de littérature orale parce qu’elle répond à des critères esthétiques de composition. Elle est transmise aujourd’hui encore sous sa forme populaire. L’accès à la scolarisation officielle, pour toutes et tous, reste récent.

Qu’elle soit chant (de travail, de tissage, de rites…), poésie, spectacle ou conte, la tradition orale y est fortement ancrée et perdure dans ces improvisations de circonstances (الشعر الشعبي التونسي : cha’ar cha’abi tounsi, poésie populaire tunisienne) qui émaillent les fêtes familiales dans les petits villages. Telles se recommandent et proclament les maddahat (littéralement : femmes qui font les éloges).

Ibn Khaldoun, tunisois philosophe et sociologue
Les ouvrages détruits, restent les traces de cette littérature berbéro-punique précisément mentionnée par des auteurs latins tardifs du Ve et VIe siècles après JC (Salluste). Bien plus tard encore, l’historien et sociologue tunisois Ibn Khaldoun (1332-1406) en commente la prolixité et les valeurs.

Un métissage millénaire
« La culture de la Tunisie, héritage de quelques 3 000 ans d’histoire, forme une synthèse des différentes cultures amazighe, punique, romaine, juive, chrétienne, arabe, musulmane, turque et française qu’elle a intégrées à des degrés divers (…) ». Méditerranéenne, elle transcrit les différents courants religieux (paganisme, christianisme, judaïsme antiques et islam médiéval) qui l’ont traversée en des commentaires ou traités apologiques.

Dès le VIème s. av JC, le Périple d’Hannon (navigateur carthaginois : 630 ? 530 av JC ?) figure sur une stèle punique du temple de Ba’al-Hamon à Carthage, reproduite en grec dans le temple de Kronos. Au IVème s. le Traité d’agriculture écrit en punique par Magon (IIIè ? IIè s av JC ?) paraît en langue latine à Rome. Sont aussi cités, dans des travaux grecs ou latins, annales, chroniques, ouvrages de droit, d’histoire, de géographie, textes religieux, poèmes mythologiques... Le serment d’Hannibal (247-183 a. JC) est transcrit par Polybe (entre 220 et 168 av JC) et figure chez Tite-Live (59 av JC).

Magon, un cru littéraire sans conteste
Sous la romanisation, la Province d’Afrique produit des théologiens d’obédience chrétienne, citoyens ou natifs de Carthage. Tertullien, rhéteur aux arguments dialectiques jouant de l’ironie, auteur de L’Apologétique (vers 197), fonde une hérésie. Quant à Thascius Caecilius Cyprianus, ses Traités et sa correspondance s’interrompent brusquement par sa décapitation sous l’édit de Valérien (258). Augustin achève son parcours à Hippone (l’actuelle Annaba) au Vème siècle initiant le « cogito » de Descartes.

Térence (184-159 av. J.-C.) s’adonne au théâtre sous les cieux de Rome. Tout proches, les opuscules d’Apulée (en latin Apuleius, Afulay en Berbère) font fureur en Byzacène et pour cause ! Né à Madaure en Numidie (Algérie actuelle, 123/125- 170 ap JC.), formé à l’Ecole de Carthage, il lance la forme romanesque avec L’Âne d’Or ou La Métamorphose.

Mosaïques  de la synagogue du Vème siècle av JC à Kélibia
La présence des communautés juives, attestée par Tertullien au IIème siècle, n’est pas en reste. Leur implantation à Carthage daterait de sa fondation ; leur installation à Jerba, de la destruction du temple de Jérusalem, en 586 av JC. Et c’est dans la cité de Kairouan, sous les Aghlabides et les Fatimides, que se révèlent leurs talents (IXè-Xè s). Notamment dans cette littérature judéo-arabe des traités de médecine ou des récits du Kairouanais Nissim B. Ya’aqob (990-1062 : Al-Faraj ba‘d al-shidda).

Une littérature impressionniste 
Certains critiques fondent la « vraie littérature tunisienne  à l’époque du Protectorat français », sous le signe du trilinguisme : arabe, français, judéo-tunisien. Cette classification convient pour la littérature francophone.  Il semble qu’elle soit réductrice en éradiquant la période arabe médiévale.  

Le concept de “littérature tunisienne d’impression française”, dans le sens de typographie et introduit à l’université de Tunis par Habib Ben Salha, ouvre bien d’autres perspectives : la diffusion de « l’imprimerie hébraïque de Tunis » occasionne un foisonnement créatif dans tous les domaines (essai, poésie, journalisme, périodiques, chroniques, patrimoine, traductions, etc.).

Tahar Haddad, une réflexion féministe bien tunisienne
D’autre part la littérature arabophone innove et surprend dès le début du XXème siècle. Notre femme dans la charia’a et la société de Tahar Haddad (1899-1935), par son militantisme féministe, l’anticonformisme du poète Abou El Qacem Chebbi (1909-1934). Dans la catégorie contes radiophoniques, poésie, chansons populaires et théâtre, le nouvelliste Ali Douagi (1909-1949). Mais surtout, la langue tunisienne devient langue d’écriture avec une nouvelle de Béchir Khraïef (Lilet Loutya 1937) qui fit scandale pour cette raison.

Après l’Indépendance, la contestation fleurit avec la poétique de Salah Garmadi (1933-1982). Mais la part des écrivains de la diaspora (Albert Memmi, Tahar Bekri, Abdelwahab Meddeb, Habib Selmi, Fawzi Mellah) est nombreuse, l’écriture se veut autonome et le dirigisme douloureux. Il est intéressant de consulter sur le sujet l’ouvrage de Ahmed Touili -De la littérature arabe contemporaine, en Orient, en exil et en Tunisie- ou ceux de Jean Fontaine à partir de 1956, en particulier avec les auteures arabophones.

Les formes éclatent avec les dramaturges des années 70 (Mohamed Driss, Fadhel Jaïbi, Fadhel Jaziri puis Jalila Baccar), mais aussi avec les écrits politiques d’Hélé Béji, médicaux (Azza Filali), les récits (Sophie El Goulli, Alia Mabrouk…), les biographies (Alia Babou, Nine Moatti, Faouzia Zouari…).

Fadhila Chebbi, une avant-gardiste renommée, parfois estompée
Ce que j’appelle « impressionnisme » illustre ces formes combinées entre les différentes langues : pas seulement l’emprunt d’une image transposée d’une langue à l’autre, mais ces écritures qui se forgent un style indifféremment ou étonnamment dans les deux langues. Telles ces clameurs musclées, ces « éventrations » contestatrices chez Moncef Ghachem, ces incantations passionnées, ces mises à nu secrètes de la poésie symbolique de Fadhila Chebbi.

« Comme si un pays, une culture et une langue s'étaient tissés en moi à jamais, étroitement entremêlés avec ce que j'étais avant. Un mot qui vient en arabe, seulement parce qu'à un instant précis il s'impose dans sa justesse, son exactitude. » (Cécile Oumhani)

Tunisianité au passé, au présent, au futur
La littérature tunisienne ne se trouve-t-elle pas au creuset de ses cultures millénaires ? Bourguiba, s’appuyant sur l’essence d’une nation qui a toujours revendiqué sa spécificité, même sous le protectorat, l’engage dans un processus de « tunisification » face à la politique des Etats arabes.

« La langue arabe, qu’il voulut moderne, était moins liée à l’identité religieuse qu’en d’autres pays, et ceci d’autant plus que le président, loin de limiter l’identité tunisienne à l’islam, y incluait les strates antérieures : romaine et punique. Son objectif était plus de «tunisifier» que d’arabiser. »

Bourguiba, ses «Recommandations du Président, écrits et discours» de tribun
Les deux langues cohabitant depuis longtemps, « l’arabe n’avait jamais disparu de l’environnement social et culturel, du fait de la prestigieuse université la Zitouna et du collège Sadiki qui, dès le XIXe siècle, offrait, dans le cadre d’un enseignement en arabe, une large ouverture aux langues et aux disciplines modernes. Ce collège fournit à la Tunisie indépendante une élite bilingue arabo-française »

Amnésie ou devenir littéraire en Tunisie
Ce rapide survol de la littérature tunisienne est bien entendu incomplet. Surtout du point de vue des dernières parutions contemporaines (à suivre…). Mais il tente de gommer les zones d’ombres et les préjugés. Il se tient aussi à l’écoute des récentes émergences.

Le berbère (chelha) se parle, se chante, se poétise, orne les poteries et les tapis  surtout dans quelques terroirs de l’Ouest, du Centre et  du Sud tunisien. Aucune statistique estimant la part de la population tunisienne de langue berbère n’existe, excepté à Jerba. Ce n’est qu’après la révolution de 2011 que ces communautés revendiquent leur spécificité linguistique et culturelle, hors du mutisme des expositions artisanales.


Poésie populaire féminine, une tradition du Maghreb
Dans cette Tunisie, pénétrée par tant de langues, serait-il propice d’entendre la voix des écrivains eux-mêmes ? 

« Aller vers la langue de l’autre est peut-être aussi une voie qui mène vers soi dans une démarche où ipséité et altérité sont tributaires l’une de l’autre. » (Jalel El Gharbi)   



A Lire :
Ouvrage sur la littérature profane latine d’Afrique, ouvrage de Paul Monceaux :Tome 2, Les auteurs latins d'Afrique - Les païens

Remerciements à :

Un article de  Monak


Tous droits réservés à Monak. Demandez l’autorisation de l’auteur avant toute utilisation ou reproduction du texte ou des images sur Internet, dans la presse traditionnelle ou ailleurs.