Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

jeudi 31 janvier 2013

Te mape,


The Polynesian chestnut tree

“Te mape” (Polynesian chestnut) is one of the most amazing of all trees filling the forests of Polynesia.

Walking through the wetlands of the high islands, the favorite places of this tree, who isn’t marveled at its majestic dimensions and convolutions as strange as beautiful of its trunk?

But beyond its undeniable beauty, this Tahitian chestnut was, and still is, a main and natural wealth of the Polynesian islands. Discover.

“Te mape”, the strange Lord of our forests
If, we inventory ten Tahitian chestnut varieties in French Polynesia, two of them dominate: mape and mape piropiro. The inocarpus fagifer - its scientific name - or mape in tahitian, is native to Southeast Asia. It probably reached the Polynesian islands with the first migrations of peopling at the beginning of the Christian era. Polynesians, peerless mariners but also excellent horticulturist, used to carry with them many plants for growing at their endpoint. Whereas hymenaea courbaril or mape piropiro native to Amazonia, was introduced much later in Polynesia.

The forest of mape at the botanical garden of Tahitii
Flourishing chiefly near streams and in the bottoms of valleys growing in clusters, the mape has remarkable features. It’s one of the few trees in the rainforest which has a smooth and clean trunk whose bark is mildew-free. Over the first seven to eight years of growth, it stands straight and smooth, without any bump on its trunk producing white coarse texture wood.

Its twigs, tidy, mainly use to palings and tool handles (axes, picks, etc.). For the rest, its wood is particularly suited to the manufacture of charcoal which was its head aim.

When we practice an incision on a young mape trunk, a first colorless sap runs. Air drying it turns beautiful ruby-red, blood color reminiscent. Oldest trees juice is tinted and when we hurt we almost see the blood spurting out of a human body. For this reason this liquid is called "Toto Mape" (mape blood).

At the base of the tree a sticky orange resin turns into amber through a chemical process that has been going on for millions of years.

At eight or nine years old, the mape underwent a major transformation: around its trunk, thus right and smooth, irregular outcrops from the branches to the roots join by place form recesses in others. These outcrops are shifting, in turn, year after year, divide and merge, sparing spaces with strange arches in the wood. Gradually, the buttresses can recede several meters away from the trunk entwine around it, sometimes to more than two meters high. When the tree is near the water, these protrusions may extend to the bed of the river and on land, form natural shelters used by goats and wild pigs.

Old mape are covered with bumps and bulges on which are wrapped bird-nest ferns (asplenium nidus), gracious epiphytes hanging like ribbons, or even araifaa or mave, another variety of epiphytes, hung in long clusters with small red berries.

Slender and ahead, the mape standing in water
In June and July, the ends of the branches are overlaid by amber leaves that become creamy white before moving gradually to dark green. Therefore the trees are enfolded in August and September, small white flowers fluffy bunches with very pleasant fragrance, sharp sweet, lacing the undergrowth.

After the flower, the fruit springs naturally. When ripe, called mape pa'ari, it can be yellow, brown or light green. Tasty and very nutritious fruit it may be eaten either braised or steamed. Polynesians, who like its undeniably hot chestnut flavor, used to eat it as a sweetmeat. Today, it is sold burning on roadside. We noted that if the fruit of mape piropiro is also edible and tasty, its nauseating smell made it heir of this name of piropiro, meaning "stinky" in Tahitian. When the ripe fruit falls from the tree then, called mami, it is sturdier than when we pick it on the tree for consumption. On the ground, the skin dries out and the fruit begins to germinate, so its name ro'a. At both stages of its evolution, properly cooked, the mape is still good to eat if it has been properly roasted.

The “mape” and traditional uses
Large flat surfaces linking buttresses to the trunk played a foremost role in the Polynesian people’s history. Drumming them with a stick of hard wood or a stone, we obtain a modular percussion sound that carries far into the forest and to the sea. It allowed them to communicate from valley to valley and transmit urgent information. For example warn of an attack by a neighboring tribe. Perhaps it’s just the forebear of Polynesian percussions.

The best known medicinal utilization from mape is a ra'au Tahiti (traditional remedy) for curing the fish bite and fighting the inflammation that results. The nohu (or stone fish) sting is extremely painful and dreadful. In this case, the juice of the green fruit of mape is mixed with the sap of atae bark (erythrina indica) by chewing. The resulting paste is applied as a poultice on the bite and the inflammation quickly disappears.

Fabulous strolls of mape roots
In traditional society, the mape was used as a natural dye. It’s possible to obtain the following colors: black, blue, dark green, light green, dark purple, purple violet, purple carmine, red brown. These dyes were used in the decoration of tapa, clothing and some ritual objects.
  
The “mape” and the legend
In traditional Polynesian culture, the mape was portrayed as follows: all mape stem from humans. The fruits come from human kidneys, organs also called mape or rata. The amazing red sap is the blood. Nose and nostrils, meanwhile, find themselves in the strange contortions of the trunk.

In 1840, the high priests Tamera and Mo'a transmitted their vision of mape: "It is the Tree. The piping plover and the bird of the paradise will nest in its twigs and feed on its flowers along the river.”


Here is what is told on the lands of Paea (west coast of Tahiti): Aiti tane, from the district of Mata'oae was clear-sighted. One day he wondered a mape at the bottom of a valley, he exclaimed: "Aue tera vahine i te aroha e!" (How pitiful is this woman!). Seeing no one close to the tree, his friends asked him what he meant and he replied: "In the hollow of this tree I see a woman crying, holding twins in her arms!" Shortly after, returning to the village, they heard that a woman of the district had just died giving birth to stillborn twins. They concluded what Aiti saw this woman lamenting the premature death of her children.


An article of Julien Gué
Translated from French by Vanaa Teriitehau


Copyright Julien Gué. Ask for the authorization of the author before any reproduction of the text or the images on the Internet or in the traditional press.

dimanche 27 janvier 2013

Scène en crise


La Comédie crue

 

Le monde est en crise et ruine sa société. La société se cherche de nouveaux repères face à l’émergence des laissés-pour-compte. Le théâtre n’échappe pas à la crise : des coupes sombres de son budget national à la mainmise des boîtes de production tape-à-l’œil racoleuses.

Dans un contexte BCBG (bon chic bon genre) qui se targue des valeurs sûres de la bonne morale, de tous horizons surgissent des auteurs de théâtre, en butte au pouvoir établi et à ses débordements. L’Etat-providence a disparu depuis longtemps.

Catherine Vinatier… au bout de soi…
Comme à chaque période de récession, les portraits brossés de nos semblables, montrent le sordide de ce que nous pouvons révéler de nous-mêmes, à l’image de nos maîtres : profiteurs, brutaux, inhumains.

 

Une comédie des bas-fonds, pourquoi ?

Le genre comique n’est pas nouveau, dans la tradition du Théâtre. Mais il change de style avec l’apparition depuis plus d’un siècle de la comédie des «bas-fonds».

Pas seulement les bas quartiers, le sous-prolétariat mais la bassesse. Depuis Les Bas-fonds de Gorki, les œuvres se sont succédé, dans le roman aussi, adapté pour la scène.  

Une affiche suggestive…
 Si les anciennes comédies parviennent à se résoudre par une fin heureuse, les dramaturges de notre époque, ne jouent pas l’illusion et ne disposent plus des moyens de l’assurer. Ainsi nous montrent-ils un brassage de milieux généré par des comportements antisociaux. Il n’est pas que les marginaux qui soient inadaptés.

La comédie crue est-elle un genre ?

La comédie crue, n’apparaît qu’en sous-titre des productions d’un certain Hanokh Levin, dénonciateur insatiable des outrances de l’Etat d’Israël. Et la trivialité des dialogues est largement en-dessous de l’obscénité de toute dictature. La comédie crue, cependant, ne s’est donc pas encore instaurée comme genre théâtral. Et pourtant !.

La verve égrillarde existait déjà dans notre patrimoine universel avec Ubu de Jarry, Faulkner, Steinbeck, Roland Dubillard, etc., dialogues à faire frémir dans les chaumières.

Quand nous crachons sur notre humanité
Celle des situations déjà connues et établies à partir des lignées Brechtiennes, Seàn O’Casey ou John Arden… dont nous ne citerons que le rôle de Rosy Varte -petite merveille d’exacerbation et d’outrance- dans Vous vivrez comme des porcs.

Du rêche croustillant

Qu’on ne se trompe pas sur la marchandise ! La mise en scène de Laurent Gutmann au Théâtre de l’Aquarium, ce dernier trimestre 2012, ne ménage pas notre sensibilité de petits bourgeois, comme elle n’épargne pas davantage les acteurs.

          Pour La putain de l'Ohio, le décor est à même la terre. Il aurait d'ailleurs pu s'extraire de la boue si cette idée première avait été maintenue. Le compromis croûte sèche qui colle à la sueur du comédien, plus proche de la malédiction biblique : « Tu es poussière ».

          Adam et Ève, alias le Clochard et la Belle de Nuit, en toute concupiscence du plaisir charnel et, même chassés de l'Eden, ont dérangé quelques spectateurs aux chastes oreilles et vertueux regard.

Une actrice, un metteur en scène
 Mais, c’est bien de nous dont il s’agit : nos fantasmes lubriques assouvis sur plus faible que soi. Mendiants d’amour que nous sommes et les autres que nous dominons. L’image-miroir est « énôrme » (à la Ubu) et convaincante, nous ne pouvons voir en nous qu’un repoussoir.

Le rabot de la scène

 Les transgressions, le public les vit au privé et se la joue « morale » au quotidien, nourri des mythes modernes de la surpuissance et de l’impunité (pas vu, pas pris). La mise en scène est « au couperet » : elle dépouille, elle dénude, elle saccage, mais sans complaisance, sans cette complicité violente du porno.

Avec Eric Petitjean : notre image-miroir…
Quant au jeu des acteurs, il nous surprend par leur crudité d’abord, mais aussi par leur engagement. Des quidams, tout simples, métamorphosés par les rigueurs du métier et la maîtrise de rôles difficiles qui les mettent à nu.

Ainsi l’annonce le libellé de présentation : « Nous sommes confrontés aux instincts de base, le sexe, la procréation, le refus de la mort. La vision de l'humanité est tellement noire que le rire reste souvent coincé au creux de la gorge, comme empreint d'une immense tristesse. On est au final mis à mal par l'obscénité et le nihilisme, que Levin met en lumière dans nos sociétés. »


La putain de l’Ohio : extraits volés…
Peut-on parler d’une esthétique de la transgression ? Tout comme d’une esthétique de la crudité : car il s’agit de porter un texte à son paroxysme. Comédie crue, comédie du cynisme ?

 

Un article de Monak

samedi 26 janvier 2013

David, de l'île de Taha’a



Efféminé et conseiller municipal

 

L'île vanille, la merveilleuse Taha'a, réserve bien des surprises. Ainsi, la tolérance y semble bien plus naturelle et plus grande qu'à Tahiti...

Etre différent, à Tahiti, entraine souvent ceux qui le sont dans des parcours de vie sombres et douloureux. Souvenez-vous de Heifara

Dans les îles éloignées, les choses sont toutes autres… pour le moment du moins.

Ainsi, à Taha'a, à peine plus de 5.000 habitants, le conseil municipal de la commune associée de Tiva, 518 âmes, compte deux mahu* ! A ce propos, il faut noter qu’ils ont été élus sur la même liste non affiliée à un quelconque parti.

La carte de Tahaa, l’île vanille jumelle de Raiatea
C’est avec chaleur et gentillesse que l’un d’entre eux, David Maruae, a bien voulu nous répondre.

Deux questions indiscrètes pour commencer. Quel âge as-tu et à quel âge as-tu pris conscience d’être un mahu ?
David : Vers seize ans, j’étais déjà très efféminée. C’est là que j’ai décidé d’assumer ce que je suis. Je savais que ce ne serait pas facile, mais je ne voulais pas me cacher. Aujourd’hui j’ai 29 ans.

 

Comment tes parents ont-ils réagi ?

David : Avec ma maman et ma grand-mère, il n’y a pas eu de problème. Mais avec mon papa, c’est autre chose. Il ne voulait pas que son fils soit un mahu. Tu sais, mon papa était quelqu’un de très connu : c’était un grand champion de boxe très célèbre, il ne supportait pas que son fils ne soit pas aussi un aito* comme lui. Surtout que je porte exactement le même nom que lui… Alors il me battait souvent…

David chez lui pendant l'entretien

Heureusement, il y avait ma maman et ma grand-mère pour me consoler et me protéger un peu.

Finalement, il m’a chassée de la maison. Alors je me suis réfugiée chez ma grand-mère quelques temps, puis je suis parti à Tahiti.

 

Qu’as-tu fait à Papeete ? Tu étais mineur, tu t’es prostitué ?

David : Non ! J’ai fait des petits boulots, tout ce que je pouvais trouver dans la restauration, l’hôtellerie… Et puis, en même temps, je me suis lancée dans l’animation. C’est comme ça que j’ai passé mon BAFA, et c’est ça qui m’a permis de trouver du travail dans un branche qui me plaisait.

Mais je ne voulais pas rester à Tahiti : je voulais revenir dans mon île. C’est ce que j’ai fait.

 

Comment s’est passé ton retour à Tahaa et auprès de ta famille ?

David : Je n’ai eu aucun problème pour travailler et me faire accepter. Ma maman et ma grand-mère étaient tellement heureuses de me retrouver. Par contre, avec mon papa, ça a pris beaucoup de temps.

J’ai travaillé dur, et je me suis beaucoup investie dans des actions avec les jeunes. Je n’ai eu aucune difficulté pour être acceptée comme j’étais.

Avec l’argent que j’ai gagné, j’ai pu construire une ombrière et planter de la vanille.

Le sourire malicieux du mahu éclairé d’un brillant

Ça, je l’ai fait pour que mes parents aient une bonne retraite.

Maintenant, mon papa m’accepte comme je suis et je suis heureuse de ça.

 

Pourquoi es-tu entrée en politique ?

David : C’est par hasard. Aux dernières élections (2007), des gens sont venus me chercher en disant que ce serait bien que je sois avec eux à la mairie. C’est parce que je faisais beaucoup de choses avec et pour les jeunes.

Il y avait aussi un autre mahu sur la liste. Et puis c’était sans parti politique. Juste des gens qui voulaient que les choses changent. Et on a gagné. Voilà comment j’ai été élue.

Les gens ont bien accepté qu’il y ait deux mahu à la mairie ?
David : La majorité a quand même voté pour nous ! (rires) Au début il y en a qui n’étaient pas contents. Maintenant c’est fini : ils voient le travail que nous faisons et c’est tout.

 

Si tu pouvais réaliser un rêve, ce serait quoi ?

David : Tu ne vas pas te moquer, hein...? Voilà, ça fait longtemps : je voudrais monter une entreprise de travaux publics ou tout le personnel serait des raerae* comme moi, même sur les engins ! (rires)

En vraie vahine, David couronné de fleurs

Et on irait toutes travailler habillées en femmes, et maquillées, même avec les talons aiguilles sur les engins… (rires)

 

Il y a beaucoup de raerae à Tahaa ?

David : Oui. Plus que tu ne penses. Et il y en a beaucoup qui n’osent pas le montrer, qui ont peur. Moi je suis là aussi pour les aider. Il n’y a pas de prostitution ici, et je ne veux pas que ça change.

Un article de Julien Gué

Nota bene :
C’est afin de conserver et de souligner l’ambiguïté de la personnalité de David que nous avons conservé son discours au féminin, tel qu’il se voit lui-même, et nos questions au masculin, tel qu’il s’est montré lors de cet entretien.

Lexique :
*mahu : homme efféminé
*aito : filao ou arbre de fer. Par extension, désigne les hommes ou les guerriers les plus forts et les plus glorieux
*fare : maison
*raerae : travesti

A lire également :

Tous droits réservés Julien Gué. Demandez l'autorisation de l'auteur avant toute reproduction du texte ou des images sur Internet ou dans la presse traditionnelle.

vendredi 25 janvier 2013

Karima passed away


  
Everybody is responsible

On September 18th, 2012 Karima chose to leave. Nobody knows where. But everyone knows why.

Karima was killed by the overall and common stupidity. The absurdity, the wickedness, the ignorance, the intolerance and all these sorts of things which make the men (and the women) disgusting, despicable and vile now and again.

Karima was killed (and how many else?) by the same who gather in the street by thousands to protest against the same-sex marriage. The same people used to fill mosques and churches too. The same enjoyed to go to play on the battlefields of the planet to make orphans. The same who speak about world hunger, tearfully, at the end of a banquet. The same who…

Vladimir Mayakovski, murdered, overwhelm by distress…
It’s enough!

Today, I simply want to tell Karima I’m often reminded of her… of her, of Jade and of each and every one, all those who finally gave up, as her, victims of the usual easy conscience and suffering and incomprehension grab.

Here’re thus the key words occurred just as I learnt her suicide. I say suicide because we should call a spade a spade, even if these suicides look like tremendously collective lynching.


“Nearly two o’clock. You are maybe lying…"
These words above are the last ones that Vladimir Mayakovski wrote a few minutes before committing suicide in a dingy room of Moscow, on April 14th, 1930. They were intended to the love of his life, one Elsa Triolet…

                                                                        An article of Julien Gué
Translated from French by Monak

*Please note - This poem, translated from Russian after Mayakovski’s death, known, in similar versions, begins with: "Past One O' clock". We prefer “Nearly Two O’clock” that’s similar. It strengthens the idea of the imminence of the act.

So Read :


Copyright Julien Gué. Ask for the authorization of the author before any reproduction of the text or the images on the Internet or in the traditional press.


mardi 22 janvier 2013

L’Orient, quartier de la Goutte d’Or



Des métissages porteurs d’espoirs

 

Le quartier est populaire. Mythique de la paupérisation et des sous-classes depuis le 19ème siècle des grands boulevards. A partir de Zola, il fait son apparition comme cadre de ses romans naturalistes : « La Goutte d’Or ».

 

Tandis que s’exacerbent, sur le pourtour du bassin méditerranéen, les discriminations  multiformes à l’égard des femmes, de leur représentativité culturelle et sociale, de leur rôle politique, au contraire, certaines enclaves communautaires cultivent avec succès le brassage ethnique et la mixité.

 

Une cohésion urbaine

Au carrefour des cultures, les origines se rassemblent en des collectifs de création artistique. Et comment s’accorder au mieux au-delà des mots, sinon quand le langage est celui du rythme, de l’harmonie, de la créativité ?

 

Un environnement disparate

Dans le Paris du 18ème arrondissement, au contexte fortement oriental, l’image urbaine est au diapason des mentalités qui s’y côtoient : vétusté et rénovation, paupérisme et aisance, relents intégristes et modernité.

 

Bien sûr, le marché Barbès dénote une prérogative masculine sur les trottoirs. Quand il s’agit de toutes sortes d’activités mercantiles et de jeux d’agent, la  préséance est patriarcale, faisant feu de tout bois.

 


Centre Musical Barbara – Quartier Goutte d’Or

Mais dans les différents centres culturels de la périphérie nord se noue une autre dynamique. Elle se structure sur le fond commun aux arts du proche et du lointain Orient. Le rythme est à la base de la calligraphie -cette gestuelle entre art et écriture-, de la musique et de la danse.

 

Elle attire autant les publics africains, qu’européens et orientaux, au travers des pratiques diverses que sont la percussion, les arts manuels ou la danse collective. Elle mêle jeunes, adultes et seniors. Elle touche les milieux cultivés et populaires. Les clivages sont gommés par cette connivence qui s’échange sans parole dans la communion et l’esthétique des sens.

 

Un collectif artistique ouvert

À la clé du collectif qui anime l’action et l’événement, un panorama d’artistes méditerranéens et d’ailleurs incluant le Liban, la Tunisie et Manille. Les musiciens conduisent les groupes de percussionnistes amateurs. Tout en continuant de composer de nouvelles mélodies, certains même se fixent pour challenge d’expérimenter de nouveaux instruments. La musique, elle non plus, ne s’enferme pas dans les schémas anciens. 

 

Toutes origines mêlées

A la source du projet de découvertes et de loisir, la volonté des artistes, de fonctionner entre codes traditionnels et créations. Avant tout,  éviter les clichés exportés des cabarets du Caire ou l’immobilisme du folklore axé vers le passé. Ensuite, faire évoluer les pratiques, vers une appropriation contemporaine et actualisée. L’ancrer dans la sensibilité urbaine du creuset parisien.

 

L’assise de la danse orientale se situant de l’Egypte au Maghreb, l’Afrique Noire limitrophe s’y trouve aussi concernée. Et tout ce petit monde se retrouve depuis des années dans des ateliers cosmopolites et ne craint pas de faire partager sa passion en public.

 

Faire vivre son corps

Le but essentiel de ces activités repose d’abord sur une éthique et une esthétique corporelles. Loin de réduire la danse, le sens de la musique et du rythme à un marché matrimonial ou un appareil de séduction affadi par des stéréotypes, l’enseignante-chorégraphe ne manque pas d’asseoir cette pratique sur cette réappropriation du corps qui passe par une conscientisation : de soi, du mouvement, de l’espace.

 


Accordéon à l’orientale

Ainsi s’exprime Alexia à travers le collectif S.U.M.O (Collectif pour une Synthèse Urbaine du Mouvement Oriental) : la danse n’est pas une reproduction de figures figées. Elle fait appel à l’interprétation originale des exécutants. Elle se vit.

 

 Même originaire d’ailleurs, elle s’enrichit du présent, y introduit une autre symbolique, des moments qui n’appartiennent qu’à l’environnement actuel. Elle n’est ni démonstration, ni exhibitionnisme. Transposée, elle trouve son authenticité dans ce qu’elle exprime du contexte environnant. En ce sens, elle est métissage.

 

L’harmonie conquise

L’un des thèmes chorégraphiques largement usités, c’est la Melaya (Danse du voile). Mais il vole autrement et joue les dévoilements autrement qu’en préceptes d’anonymat intégral. La danse orientale est un créneau qui attire et évolue.

 

-

Orient-Barbara : confluence

Bien sûr, elle se heurte à l’engouement voile intégral et autres fariboles qui permettent aux jeunes filles de jouer le jeu de la bonne morale pour accéder aux rendez-vous galants ! Et c’est en ce sens qu’elle intervient dans un contexte qui fait débat.

 

L’enjeu développé ici, c’est être bien dans son corps, ne s’embarrasser ni des poncifs de mode, ni de taille-mannequin. Ici, ce n’est pas « l’interdiction de toute pratique sportive publique pour les femmes » comme en Arabie Saoudite, au sultanat d’Oman ou autres territoires au patriarcat exacerbé.

 

Une affluence familiale

Ici, le message est entendu par une affluence familiale qui ne se voit en rien trahie. Les sources culturelles, diversement revivifiées, participent de cette soirée. Entre calligraphie et danse qui font l’objet de stages conjoints, opère cette magie des spectacles de fin d’année. L’aventure reprendra encore, dans d’autres lieux de la région parisienne pour la chorégraphe.

 

Une modernité acquise

L’Orient, ses influences, ne font pas partie des archives enfouies dans la mémoire d’ancêtres en voie d’acculturation. Il se réactive sous l’impulsion de générations ancrées à plein dans leur siècle. L’art oriental est bien vivant.

 

Quoi de plus émouvant en effet que ce morceau final d’impressions mêlées. Il vient clore en apothéose la soirée. Tannoura, solo créé par Alexia, s’inspire du mouvement soufi égyptien, dans la technique chorégraphique. Mais il porte une histoire bien particulière.

 


Tannoura, comme une offrande

Même s’il n’invoque pas une divinité, le spirituel n’en est pas exempt. Le lent tournoiement à la derviche accentue un instantané tout humain. La symbolique en est si intense qu’elle peut multiplier les interprétations.

 

Au spectateur de s’y projeter suivant son ressenti. S’agit-il, d’un nourrisson abandonné qu’on ramasse, dans les quartiers du Caire ? De l’évocation de ces petits martyrs des conflits ? D’une naissance ? De cet enfant qu’est l’avenir ?

 

Un article de MonaK