Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

lundi 8 octobre 2012

Moorea, l'île sœur


La banlieue chic de Tahiti

Deuxième île la plus peuplée de Polynésie française, Moorea devient, depuis quelques années, la banlieue chic de sa grande sœur Tahiti.

L’île de Moorea vue de très très haut dans le ciel…
Par 17° 29′ 31″ de latitude Sud et 149° 50′ 8″ de longitude Ouest, l’île de Moorea (Mo’orea, en langue tahitienne) se trouve à 17 km à peine au Nord-Ouest de la mythique Tahiti.

La carte de l’île de Moorea
Initialement nommée par les Polynésiens Aimeho ou Eimeo, Mo’orea signifie, en reo Tahiti (la langue locale), "lézard (mo’o) jaune (rea)".

 

Moorea et l’histoire

De par leur très grande proximité, l’histoire des îles de Tahiti et de Moorea sont indissociables.

Moorea, avec Tahiti en arrière-plan
Pour tout ce qui concerne la période d’avant le contact (entendre par là l’arrivée des premiers "découvreurs" occidentaux), les deux îles ont connu le même développement.

Elles furent découvertes et habitées en même temps par les mêmes hommes. Par la suite, même s’il y eut de nombreux conflits, il y eut de tout temps des alliances royales. Ce passé, ces ancêtres et cette histoire communs ne se sont jamais réellement démentis.

Le capitaine James Cook peint par Nathaniel Dance
Le premier Occidental à porter officiellement l’île de Moorea sur une carte (sous le nom d’île du Duc d’York) fut le Britannique Samuel Wallis, en 1767, lorsqu’il débarqua à Tahiti. Mais il ne prit pas la peine de s’y rendre, jugeant inutile de l’explorer.

En 1769, les officiers et naturalistes de l'explorateur James Cook s’y rendirent et y installèrent un observatoire astronomique. Mais le célèbre capitaine n’y mit pas les pieds lui non plus. Ce n’est qu’en 1777, lors de son dernier voyage en Polynésie française, qu'il se rendit sur l’île pour la première fois. L’endroit où il mouilla l’ancre durant quelques jours, la baie de Paopao, l’une des plus belles du Pacifique Sud, s’appelle depuis en sa mémoire la baie de Cook.

La baie de Cook, vue du Belvédère
Ce sont des missionnaires anglais qui, les premiers, en 1817, y installèrent une mission d’évangélisation. Ils y créèrent une sucrerie et une usine textile. Mais leurs efforts furent anéantis lorsque l’île fut annexée par la France en 1843, en même temps que Tahiti, conséquence directe de l’affaire Pritchard.

 

Légende du Mouaputa, la montagne percée

Une nuit, le dieu des voleurs, Hiro, tenta de dérober le mont Rotui pour l’emmener chez lui, à Raiatea. Il mit une corde autour de la montagne qu’il accrocha à sa pirogue, et se mit à ramer. Mais Pai, "super héros" qui veillait depuis Tahiti, le surprit en plein forfait. Il escalada une colline à et projeta sa lance pour arrêter Hiro.

Le mont Mouaputa, la montagne percée
Il le rata, mais l’arme traversa le mont Mouaputa, y laissant le trou que l’on peut y voir encore, termina sa course à Raiatea, brisant un morceau de pic rocheux. Hiro abandonna le mont Rotui, mais s’empara quand même d’une petite colline qu’il ramena chez lui à Raiatea. Cette colline est toujours visible aujourd’hui, juste à côté du marae Taputapuatea.

 

Moorea et la géographie

Tout comme Tahiti, sa grande sœur, Moorea fait partie des Îles-du-Vent, dans l’archipel de la Société, l’un des cinq qui forment la Polynésie française.

Les deux îles sont séparées par un profond chenal de 17 km qui atteint, par endroit, plus de 1 500 m de profondeur.

Contrairement à Tahiti, Moorea est entièrement cernée par un lagon. Malgré cela, elle reste largement ouverte sur l’océan grâce à ses douze passes navigables.

Le mont Rotui et les baies de Cook et d’Opunohu
Extrêmement escarpée, l’île est constituée de huit montagnes particulièrement raides qui offrent des paysages spectaculaires. La plus haute, le mont Tohiea, culmine à 1 207 m.
Ce relief très particulier ne laisse que bien peu de place aux 16 191 habitants (recensement de 2007) répartis sur les dix villages qui se nichent au gré des vallées, sur la presque totalité du pourtour de l’île.

Pluie et soleil sur Moorea depuis la baie d'Opunohu
D’une forme évoquant celle d’un papillon aux ailes déployées, l’île de Moorea est ceinturée en totalité par 70 km d’une route côtière offrant de somptueux paysages. Cette route reliant entre eux tous les villages, outre son rôle économique vital pour les habitants de l’île, permet également au voyageur de passage de découvrir les lieux magiques que sont les baies de Cook et d’Opunohu.

 

Moorea et l’économie

Les principales activités de Moorea sont le tourisme et l’agriculture.

Si le tourisme, en Polynésie, est un secteur gravement en crise, Moorea continue d’en faire sa principale ressource économique. Pourtant, au cours de la dernière décennie, plusieurs hôtels de luxe ont dû fermer leur porte, à commencer par le plus célèbre d’entre eux: le village du Club Méditerranée. Malgré tout, Moorea reste la troisième île la plus visitée de Polynésie après Tahiti et Bora Bora.

Un des grands hôtels de Moorea
Outre les hôtels, l’île offre de très nombreuses pensions de famille qui permettent d’y séjourner à bien moindre coût et en étant bien plus près de la population.

La présence sur l'île du seul lycée agricole de Polynésie, en revanche, est un élément moteur de l’agriculture locale, également portée par les plantations d’ananas de la société Rotui qui produit les jus de fruits de même non.

En dehors de ces deux activités principales, on compte nombre de petites exploitations agricoles vivrières et d’activités prestataires de services des opérateurs touristiques.


Dauphins et touristes font parfois bon ménage…
Contrairement à celui de Tahiti, le lagon de Moorea est encore en excellente santé, même s’il apparaît très fragile et déjà menacé en certains endroits.

 

Moorea, banlieue chic de Tahiti

Si la liaison aérienne d’Air Moorea a été supprimée à la fin de l’année 2010 (sept vols aller-retour quotidiens), des liaisons maritimes nombreuses relient les deux îles, permettant aux habitants de Moorea de travailler à Tahiti tout en rentrant chez eux tous les soirs.

L’un des Twin-Otter de la défunte compagnie Air Moorea
Il en va de même pour les lycéens qui sont obligés de venir à Tahiti suivre leurs études, car il n’y a pas d’établissements secondaires sur l’île sœur.

Grâce à cela, de nombreuses familles aisées choisissent de s’installer à Moorea tout en conservant leurs activités professionnelles à Tahiti, transformant peu à peu l’île sœur en île-dortoir…

Tahiti vue d’une plage de Moorea
Mais, le week-end, ce sont les Tahitiens qui traversent le chenal pour aller prendre l’air de la "campagne"…



Un article de Julien Gué

You can read this article in English by following this link from our web site: http://tahiti-ses-iles-et-autres-bouts-du-mo.blogspot.com/2013/06/moorea-sister-island.html

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Cet article vous a fait réagir ? Partagez vos réactions ici :