Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

mardi 16 octobre 2012

MCS Gordien, l’inattendue écrivaine


L’écriture, une transhumance

L’écriture est affaire de vie, de présent. Jetée sur le papier, elle s’étiole, se défroque, revêt d’autres lecteurs. Et Marie-Christine Gordien de crayonner les volumes, d’entretenir le dialogue avec les mots des autres. De dire, de décoller du papier :

 

«Les mots d’irrémédiables radios

M’usent le diable que j’ai au corps

Au juste, à fleur de peau»

(In Pollens p. 51, son dernier né.) inédit

 

En lire…

La voilà déjà ailleurs, dans «l’ici» qu’elle écrit.

 

Résonnances de l’île

Un pied en Caraïbes, l’autre dans «les pâleurs industrielles», elle est toujours en partance, nomade de l’exil.

 

Et dans ce paisible Salon du Livre de Barbentane, elle emboitera autrement le pas à ses sautes d'humeur, ses emportements, ses fougues d’origine. La lecture publique la propulse bien au-delà des élans solitaires qui la mouvaient déjà. Car s’enchaînent les échos.

 


 

Lecture caribéenne

Comment se déprendre du sceau de l’esclavage tatoué dans son corps ? Ainsi se ressent-elle de nulle part, en marge de toute racine, de toute bouture, de tout surgeon.

 

Son horizon est d’océan, toujours en mouvance, en quête d’île.

 

Isolée dans cette immensité triangulaire entre Les Antilles, l’Afrique et cet aqueduc sur le Gard, symbole de la traversée du temps, elle signe des moments balayés par le vent. Car rien ne se pose vraiment.

 


En instantané d’aquarelle…

Ses écrits, un mouvement perpétuel, fruits éphémères vivipares, tel que l’annonce le mythe de la chayotte, témoignent de son évolution. Rien ne se fige.

 

Ecriture du voyage

Le voyage est au quotidien de soi. L’écriture en constante adéquation avec le moment, le vis-à-vis, l’environnement.

 

Pour Marie-Christine Gordien, l’évidence est de dire, d’être en parole, de communiquer, d’échanger.

 

En croquer…

Se faire publier, c’était comme signer un arrêt. Elle n’y avait jamais songé. Elle passe de la première moisson -Chayotte-, au printemps de la fécondation : Pollens. De la table rase aux recommencements.

 

L’écriture, comme une source d’eau, en paysages changeants d’aquarelle.

 

Toute en énergie, en doutes, en questionnements, elle se laisse guider par l’instant. Convaincue par sa maison d’édition, elle se découvre une place : celle de la fracture.

 

En peut-être…

 Rien n’est plus éloigné d’un écrivain que son semblable : dans la manière de pressentir et de goûter la mise en œuvre de ce qu’il va mener ou qui le mène. Et Marie-Christine n’a pas l’appétit de l’ambition.

 

Au cœur de la création, une personnalité. Et pour elle, tout est vibration, échos, devenir.

 

 Alors, en demains et en peut-être ?

 

Un article de MonaK

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Cet article vous a fait réagir ? Partagez vos réactions ici :