Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

samedi 24 novembre 2012

Les Îles-Du-Vent en Polynésie française



Cinq îles méconnues dont Tahiti

 

Composé de cinq îles, dont Tahiti et Moorea, le sous-ensemble des Îles-du-Vent accueille à lui seul 75 % de la population de Polynésie française.

Les quatre îles hautes (Tahiti, Moorea, Maiao et Mehetia) et l’atoll (Tetiaroa), des Îles-du-Vent forment une entité insulaire remarquable au sein de la Polynésie française, entité intégrée à l’archipel de la Société.

En effet, si ces cinq îles abritent à elles seules 75% de la population des cinq archipels polynésiens, l’une (Mehetia) est inhabitée depuis le début du 20ème siècle, l’autre (Tetiaroa), qui appartenait à Marlon Brando, est en train de devenir un hôtel réservé à une clientèle extrêmement riche et la troisième (Maiao) est habitée par seulement trois cents personnes.

Les Îles-Du-Vent, archipel de la Société

Autrement dit, sur les deux seules îles de Tahiti et Moorea résident les trois quart de la population polynésienne.

Autre particularité, avec 1193 km², la superficie globale de ces cinq îles représente plus du quart de la surface totale des terres émergées de Polynésie française (4 200 km²).

Dernier point enfin, c’est sur l’île de Tahiti que se trouvent les plus hauts sommets de ces cent dix-huit îles.

L’atoll de Tetiaroa (17° 0 0 S - 149° 34 0 W)
A 53 km seulement au nord de Tahiti, l’atoll (privé) de Tetiaroa représente 6 km² de terres émergées enserrant l’un des plus beaux lagons fermés de Polynésie française.

Tetiaroa, un atoll gravement menacé par un hôtel de luxe…

Le point culminant de l’île se trouve à 17 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Longtemps une terre sacrée pour les Tahitiens et propriété tabu* des familles royales de la commune de Arue, Tetiaroa a surtout été rendue célèbre pour avoir été la propriété de l’acteur Marlon Brando qui y vécut de 1967 à 1990.

Encore aujourd’hui, Tetiaroa présente un écosystème remarquable et particulièrement bien préservé. Nombre d’espèces d’oiseaux en ont fait leur refuge, mais pour combien de temps encore ?

Dorénavant, il faudra être très très riche pour en profiter…

En effet, bien que toujours la propriété des héritiers de l’acteur, c’est la société hôtelière Pacific Beachcomber qui est un train d’y réaliser un très important (et très controversé) projet hôtelier de grand luxe.

L’île déserte de Mehetia (17° 52 30 S - 148° 4 03 W)
Située à une centaine de kilomètres à l’est de Tahiti, Mehetia est, géologiquement, la plus jeune des cinq îles du groupe. La dernière éruption du volcan (toujours actif) eut lieu du 5 mars au mois de décembre 1981.

Mehetia, un île qui ne fut pas toujours déserte…

D’une superficie de 2,3 km², l’île, particulièrement escarpée et dépourvue de lagon, culmine à 435 m d’altitude, au mont Fareura.

Elle est administrativement rattachée à la commune de Taiarapu-Est, située à Tahiti iti, la presqu’île de Tahiti.

Un volcan qui crachait encore le feu en 1981…

Si Mehetia est déserte depuis le début du 20ème siècle, elle fut longtemps un pôle économique très dynamique car elle servait d’escale aux navires entre Tahiti et les archipels des Tuamotu-Gambier et des Australes.

Elle est aujourd’hui interdite d’accès sans autorisation officielle.

 

L’île fermée de Maiao (17° 39 19.89 S - 150° 38 3.53 W)

A seulement 75 km à l’ouest de Moorea, l’île de Maiao est un exemple unique en Polynésie française.

Maiao, l’île « interdite » vue du ciel

En effet, par choix délibéré de ses trois cents habitants, elle ne dispose d’aucune piste pour accueillir des avions et se refuse à accueillir le moindre touriste pour une duré supérieure à quelques heures. Encore faut-il qu’il en fasse la demande et qu’elle lui soit accordée.

D’une superficie totale de 9 km², son plus haut sommet culmine à 154 m au-dessus de l’océan Pacifique et ne porte pas de nom.

Son lagon ne s’ouvre sur l’océan que par une seule passe naturelle, réputée très dangereuse, et une petite passe artificielle à l’opposé de l’île, creusée uniquement pour le passage des pirogues et petites baleinières.

Beaucoup d’eau douce à Maiao, mais hélas pas potable

Le cœur de l’île est occupé par deux lacs aux eaux saumâtres : le lac Rotoiti (au nord) et le lac Rotorahi (à l’est).

L’économie de l’île repose exclusivement sur la production de feuilles tressées de pandanus (qui servent à réaliser la toiture des fare traditionnels) et la production du coprah.

 

Moorea, l’île sœur de Tahiti (17° 29 31 S - 149° 50 8 W)

Située à 17 km seulement au nord-ouest de Tahiti, Moorea couvre une superficie de 133,50 km² et compte plus de 16 200 habitants.

Moorea, une île magnifique et encore préservée

Elle est hérissée de huit montagnes dont la plus haute, le mont Tohiea, atteint 1207 m.

Elle possède également deux grandes baies somptueuses dont l’une, la baie de Cook, est considérée par ses habitants comme la plus belle baie du monde.

Le tour de l’île est parsemé de nombreux villages s’étirant le long des plages.

Moorea est entièrement cernée par une barrière de corail, son lagon s’ouvre sur l’océan par 12 passes, toutes navigables.

Les merveilleuses baies de Cook et d’Opunohu vues du belvédère

Si l’économie de l’île repose essentiellement sur l’agriculture (elle produit notamment l’essentiel des ananas consommés en Polynésie et abrite le seul lycée agricole du Pays) et le tourisme, Moorea est devenue, depuis quelques années, une banlieue de luxe pour Tahiti. De nombreuses navettes maritimes quotidiennes la mettent à 35 mn de Tahiti.

 

Tahiti, l’île mythique (17° 31 12 S - 149° 33 36 W)

Avec une superficie de 1 042 km² et 178 173 habitants, Tahiti est, de loin, la plus grande et la plus peuplée des îles de Polynésie française.

Tahiti iti et Tahiti nui

Elle possède également, avec le mont Orohena (2 241 m), le plus haut sommet des cinq archipels. Mais on y trouve quatre autres sommets dépassant les 1 332 m.

Poumon économique de la Polynésie grâce à son port, pouvant accueillir pétroliers et porte-conteneurs, et son aéroport international, elle en est aussi la capitale politique et administrative.


A l’intérieur de l’île, l’autre visage de Tahiti

Si Tahiti fit rêver les premiers explorateurs que furent James Cook et Louis Antoine de Bougainville, l’île a perdu bien de ses attraits, blessée qu’elle est par une urbanisation galopante non maîtrisée et une privatisation presque totale de son littoral.

Son lagon, lui, subit les outrages de tous les rejets d’une importante population dont les eaux usées ne sont presque pas traitées.


Les Îles-Du-Vent en quelques images
Escale obligatoire (aéroport oblige) pour tous les visiteurs, Tahiti recèle pourtant (pour qui s’en donne la peine) de nombreux trésors.

*tabu : ou tabou, qui veut dire frappé d'un interdit, vient en réalité du mot polynésien "tapu" dont il est une déformation contemporaine.

 

Un article de Julien Gué

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Cet article vous a fait réagir ? Partagez vos réactions ici :