Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

lundi 14 novembre 2011

Conte de neige au soleil


Ra’i Chaze : Nacre à Noël



     Pour Noël, Ra’i ouvre sa boîte à bijoux et offre une perle sur fond de flocons pour fêter l’archipel : Il a neigé aux Tuamotu

Un conte paumotu illustré par Vashee
     Toujours autant envoûtée par l’élément aquatique,  l’écrivaine Ra’i Chaze reprend sa plume de conteuse.


Une Histoire d’Eau

     De la rivière à la saison des pluies, des nouvelles au roman, vingt ans de publications et cette continuité, ce fil de l’eau… autour, par-dessus et partout.

     Sans cesse cette attirance-répulsion, cette eau vitale, cette eau de vie, celle qui recèle ses richesses, se fait attendre comme souveraine et peut causer des larmes.

     Presque a contrario de son premier recueil de nouvelles Vai, la rivière au ciel sans nuage, l’eau est celle qui immerge, qui tue… mais celle aussi qui représente la survie.

Ra’i Chaze, porteuse de rêves
     « Mon amour pour les Tuamotu (origine de ma famille) continue à s'exprimer. », précise Ra’i Chaze. « Je voulais transmettre le bonheur et l'amour pour les Tuamotu aux enfants et j'espère que le but sera atteint. »

     Un archipel, des motu*, une vie entre élément marin et eau douce des atolls : entre beauté et risques. « C'est aussi mon père qui m'a entraînée dans le sillage de son amour pour les Tuamotu et la mer ». 

Conte des métamorphoses

     Tout à fait comme l’eau qui présente l’avantage de se transformer selon le climat, le conte s’amuse à tout modifier. Ce qui est le propre des contes.

    Et si au début du récit, les bouleversements ne sont pas des plus joyeux, la baguette magique viendra commettre son petit effet pour imposer des péripéties les plus heureuses. La greffe des perles,  les gouttelettes en flocons…

     En fait, la mort semble s’apprivoiser dans les contes du monde entier et auprès de leurs lecteurs privilégiés : les enfants. Mais peut-être faut-il admettre actuellement que le lectorat des contes s’augmente de la frange adulte.

Une crèche entre tupa et kaveu
     Car en cette période de trouble et de tristesse que constate Ra’i en Polynésie, l’auteure se doit de sortir son encre miraculeuse. Ainsi s’investit-elle au-delà du livre et fait-elle projeter ses héros sur la scène du spectacle vivant. Le volume sort en même temps que la pièce de théâtre. « Mon but initial était de transmettre la joie de Noël aux familles de Polynésie qui sont bien tristes depuis quelques années. Lorsque je les verrais quitter le théâtre la magie et le sourire aux lèvres, de la neige et des étoiles plein les yeux, je saurai alors que j'ai atteint ce but. »

    Alors, l’auteure serait-elle tentée par l’écriture dramatique ? Apparemment pas ;  c’est à Julien Gué qu’elle confie le soin de l’adaptation à la scène.


Le Merveilleux ?

     Résolument, le merveilleux au milieu du sordide :   l’histoire rapporte ce double deuil d’une fillette devenue orpheline ; auquel elle ajoute son rejet par la marâtre. Si les enfants travaillaient plus jeunes à l’époque des contes ancestraux, nous plongeons directement en pleine exploitation d’enfant. Les conditions de misère vestimentaire s’y rajoutent. L’enfant réclame salaire : nous voilà au 21ème siècle.

    Le malheur se renforce des sarcasmes de la marâtre. Le temps s’étire et ce n’est que le prodige climatique qui fait basculer le sort de l’héroïne. La magie mystifie la raison. Les sentiments et la réconciliation prennent le dessus.

Les esprits de neige …
     Tous les ingrédients du Conte de Noël, car il touche les espoirs des petits. « J'aime Noël passionnément, lance Ra’i Chaze. Il a été dans mon enfance un moment que ma mère a su rendre magique. Je l'ai transmis à mes enfants qui, à leur tour, le transmettent à leurs enfants. J'avais envie de donner cela aux enfants de Tahiti et leur offrir un moment magique et féerique pour ce Noël 2011. » Ce qui n’est pas du luxe pour nombre enfants de Polynésie et de par le monde.

     Pour Ra’i Chaze ce n’est pas une première, mais la conviction que ce talent de conteuse doit servir aux mieux-être, jouer un rôle. Peut-être l’envie de croire, d’entrevoir et de concrétiser des moments qui proposent de nouvelles perspectives.
       

Entre perles et flocons, l’écriture

      L’écriture comme témoignage déjà : « J'ai encore tellement de contes et de romans historiques à écrire », dit-elle.

     « Mon livre est dédié à mon père qui a vécu aux Tuamotu et qui a créé la première ferme perlière de Polynésie. Il a lancé l'industrie de la perle plaçant la Polynésie au 3° rang mondial en tant que producteur, expérience exceptionnelle au niveau des productions locales. »

     Mais il abandonne le simple récit de mémoire pour exploser dans l’imaginaire. Il fallait le trouver ce levier créatif qui s’appuie sur la neige dans un climat et sous des latitudes qui ne l’ont jamais connue ! Il fallait une certaine dose de vagabondage pour en revenir à cette sorte d’adage « quand  il neigera aux Tuamotu ! » et en faire le véritable obstacle à un soupçon de bonheur.

     Et déjà le conte s’échappe vers des zones de brillance à évoquer les nacres perlières. Tout comme les illustrations de Vashee, insistent sur la blondeur du décor, pour faire place à la clarté.

Un ponton au soleil couchant
     L’une des impressions majeures qui ressort au final de ce conte, la féerie du scintillement des étoiles la nuit de Noël, la luminescence des «esprits de neige», la blancheur étincelante de la neige sur le lagon, les cristaux coruscants, le lustre de la perle, le miroitement du motu et des nacres, l’or du soleil couchant sur le ponton, l’éclosion des fleurs de neige sur les arbres, comme un clin d’œil aux pétales de tiare.

     « Les plages retenaient la lumière ». Tout s’achèverait-il en une apothéose ?

Un article de MonaK

Lire aussi : http://moniq-akkari.suite101.fr/rai-chaze---elle-exsude-son-coeur-et-chante-la-polynesie-a30505
Les ouvrages de Ra'i Chaze (et d'autres) sont à la vente sur le site des Editions présuméeshttp://www.leseditionspresumees.pf/ 



1 commentaire :

Cet article vous a fait réagir ? Partagez vos réactions ici :