Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

lundi 22 février 2016

Rapa Nui




Les silences de l’histoire

Tout le monde a entendu parler des mo’ai de l’Île de Pâques et des mythes qu’ils ont engendrés. Le passé plus récent de cette île et de son peuple comporte, lui, des zones d’ombre que l’État chilien, son armée et l’Église auraient clairement préféré laisser dans l’oubli des coulisses de l’histoire.

C’est à ces zones d’ombre que nous nous intéressons aujourd’hui. Cependant, une fois n’est pas coutume, il n’est pas possible de commencer cet article sans parler de ceux qui se battent depuis des années pour que vérité soit enfin dite sur l’histoire récente de Rapa Nui. Bien sûr il y a les Pascuans eux-mêmes, mais je voudrais rendre hommage à deux personnes sans lesquelles je ne serais pas en train d’écrire ces lignes, sans qui le documentaire « Rapa Nui : l’histoire cachée de l’île de Pâques » signé Stéphane Delorme et Emmanuel Mauro n’aurait jamais existé, je veux parler de Maria Rapa Nui Haoa Pakomio et de son époux Gilles Bordes.

Gilles et Maria chez eux à Tahiti
Il est important de savoir que c’est à l’initiative de Gilles et Maria que ce film a vu le jour. C’était leur volonté que la mémoire et la parole des Pascuans ne se perdent pas. Ils ont donc cherché un réalisateur. Ce sont eux qui ont tout organisé à Rapa Nui et financé intégralement le voyage et le séjour de l’équipe. Eux encore qui ont servi de guides et d’interprètes pendant toute la durée des repérages et du tournage. Il leur a fallu également convaincre les Pascuans de combien il était important que ce témoignage existe. On peut donc considérer qu’ils sont, pour le moins, coproducteurs de ce film. Pourtant, c’est à peine si leurs deux noms apparaissent, bien vite et en petits caractères, dans les dernières secondes du générique de fin…

« Rapa Nui : l’histoire cachée de l’île de Pâques »
Aujourd’hui encore, ils se battent pour que le film soit projeté le plus largement possible. Notamment au Chili où il n’a toujours pas été programmé par les télévisions locales ! Ainsi, des projections sont organisées en milieu scolaire et universitaire avec la présence de Gilles et Maria. Là encore, ce sont eux qui sont les organisateurs de ces séances. Alors : chapeau bas à tous les deux. Et c’est pour répondre à leur souhait qu’il soit diffusé le plus largement possible, et surtout qu’il soit enfin vu par les Chiliens eux-mêmes, qu’il est ici accessible en version intégrale.

Pour en arriver à ce 52 mn, des dizaines d’heures d’entretiens ont été enregistrées. Ces entretiens, avec les anciens de l’île ont été menés par Gilles et Maria en espagnol ou en rapa nui. Il a donc fallu les traduire, puis faire une sélection des sujets et des témoignages à conserver dans le film.

Parmi les sujets qui sont à peine effleurés dans le film de Stéphane Delorme et Emmanuel Mauro, celui de la léproserie et de ses usages pervers par les autorités civiles, militaires et religieuses chiliennes n’est pas le moins choquant. Maria nous en a parlé dans une interview (en français) que nous vous livrons ici en exclusivité.

La léproserie de Rapa Nui
Cet enregistrement a été réalisé dans de très difficiles conditions acoustiques, ce qui explique la mauvaise qualité du résultat, j’espère que vous ne nous en tiendrez pas rigueur.

Parmi les craintes exprimées par Maria Haoa Pakomio concernant l’avenir de son pays et de son peuple, il en est une qui semble se vérifier de plus en plus : l’implantation inexorable des modes de fonctionnements occidentaux liés à la propriété et au profit au sein de la société pascuane. Une mutation sociale et humaine qui est en train de faire table rase des valeurs ancestrales pour ne les remplacer par rien sinon la défiance, la jalousie et la destruction d’un environnement pourtant fort menacé et qui fut déjà grandement fragilisé dans le passé.

L’enjeu de la mémoire est double. En premier lieu, les jeunes Pascuans sont en train d’effacer tout un pan de leur histoire récente, et la responsabilité en incombe d’abord à leurs parents qui aimeraient tant bénéficier des « bienfaits » du monde moderne… En second lieu, il est primordial de briser l’omerta qui pèse sur ce sujet et permettre au peuple chilien de savoir, enfin, ce que son pays a fait à Rapa Nui. Car, en effet, pas un mot sur l’histoire de cette île mythique et de son peuple dans les manuels d’histoire des écoles chiliennes. On se demande bien pourquoi !...

Joël Huke ou la mémoire du peuple Rapa Nui
Sur l’île elle-même, la mémoire de ces événements pourtant récents se perd aussi. Heureusement certains, comme Joël Huke, se souviennent encore et continuent de raconter, en paroles et en chansons, comment quelques rares Pascuans ont réussi à tromper la vigilance des militaires chiliens et à fuir leur île-prison. Bien peu, parmi ceux-là, ont survécu à l’aventure. Mais combien de Chiliens en connaissent l’histoire ?...

J’espère sincèrement que ce modeste article permettra aux Chiliens de soulever, un tant soit peu, un coin du voile qui occulte l’histoire liée de leur pays et de Rapa Nui. Et qu’il leur donnera envie d’en savoir plus, beaucoup plus, sur ce peuple étonnant qui nous a laissé bien plus que les mo’ai, monumentales statues silencieuses…


Un article de  Julien Gué

À propos de Rapa Nui, lisez aussi nos autres articles dont voici les liens :
Petite histoire de l'île de Pâques


Tous droits réservés à Julien Gué. Demandez l’autorisation de l’auteur avant toute utilisation ou reproduction du texte ou des images sur Internet, dans la presse traditionnelle ou ailleurs.


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Cet article vous a fait réagir ? Partagez vos réactions ici :