Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

lundi 25 juin 2012

La Fête de la Musique 2012


Des deux rives de la Méditerranée

Toujours vivace, la Fête de la Musique ! Si elle a fait des petits dans le monde, elle a su aussi vivre sa vie, même si les accommodements ne sont pas toujours des plus heureux.  Cette année, en toute quiétude, s’est-elle déroulée en Tunisie sur le parvis du Théâtre, avenue Bourguiba à Tunis,  à Sfax, à La Marsa, au Kef (pendant plusieurs jours), etc.

La fête de la Musique à Tunis
La fête a été conçue pour raviver le sens musical de tout un chacun, la pratique libre en famille et en groupes d’amis, le partage. Mais les grandes villes de la métropole la commémorent comme une célébration : déballage de grands podiums à l’appui. Marseille n’échappe pas à la règle avec le grand orchestre de l’Opéra.

« La Musique est ma religion »
L’heure n’est pas à la rétrospective. Initiative signée Jacques Lang, elle date de 1982. J’ai horreur des réveils du passé ! Surtout dans ce cas où la voix présente est celle de l’harmonie et du rythme : du vivant, tout simplement.

Des influences hybrides
Plongeons dans les origines Vosgiennes d’un concepteur nourri aux «façonneurs de violons» et autres corporations de luthiers : les générations Vuillaume. Entre Mirecourt et Marainville, de l’instrument au compositeur, l’aura de Chopin

Vincent Scotto en sa gerbe de scooters
Pour les racines, elles se plantent un peu partout. Marseille se réapproprie un engouement, un peu perdu ces dernières années. Il est vrai que Scotto, l’enfant de la musique marseillaise, berçant de variétés et d’opérettes nos ancêtres du siècle dernier, ne s‘est reçu que la gerbe des scoots phocéens.

Aux oubliettes de ce 21 juin : J’ai deux amours, Prosper, La Trompette en bois, Marinella, Sous les ponts de Paris… ? Mais avec Le Plus Beau Tango du monde. Pas si sûr !

Du brouillon de 17 heures au golpe gitan

Souventes fois, l’espace public « cacophone » ! Des années que la fête, mise en place, omet de prévoir une étanchéité entre les différents champs acoustiques. Volonté politique d’en dévoyer la signification ? Elite équivaut à pondération, masse s’assimile à tohu-bohu. Que le fatras commence ! Que le spectacle continue !

Les essais, les balances, la circulation du quotidien de ce jeudi soir, non férié, en pleine semaine : un fracas assourdissant. Les groupes pros ou amateurs s’installent. Trop tôt pour les Marseillais, qui se distinguent ordinairement en deux faunes : celle de la norme et celle des noctambules non-stop.


De ruissellements de fontaine en golpe gitan
La fête bredouille, les écoles l’ont fêtée ou la fêteront « in muros ». Les badauds commencent à s’installer aux terrasses. « Les chanteurs des rues » poursuivent leurs pérégrinations habituelles. Le Lacydon égrène encore ses notes d’eau à la Fontaine Thiars que la guitare lance ses accents gitans. Le petit monde de la survie.


Le Jeune homme et le feeling
A l’heure, où  la peau se pare des salinités marines du crépuscule, le Muddy Washers Trio swingue les Blues Rockabilly aux dernières lueurs du couchant.

L’avenant Muddy Washers Trio
Les dialogues s’engagent entre passants, musiciens et serveurs : la symbiose est au top. Vers la pointe du Pharo, les quais du vieux port semblent cueillir les mélomanes : la musique entretient la convivialité.

Le jeune homme au violon
Jusqu’aux musiciens esseulés qui viennent s’essayer à l’impro ! Le groupe leur accorde une attention et une écoute particulières, leur réservant une place privilégiée. Au feeling, la musique s’ébauche, se mêle et ondoie.

Planète Musique
Sur les pavés lissés de l’Opéra, les couples de tango se font leur cinéma. L’orchestre ayant déserté pour les gradins de l’Esplanade place de la mairie, il rassemble une foule de milliers d’auditeurs. L’heure est aux grands classiques.

De l’opéra rassembleur
Au débouché de la rue de Paradis, bien entendu, une petite formation «alléluia». Des jeunes, leur attirail sonore et leurs tubes : un bric-à-brac. Le long des rues, tables sorties, les bars essaiment leur devanture. Car au quotidien, le Marseillais prend la fraîche devant la porte des immeubles.

Alleluias in the streets
Des petits groupes d’amis ou de musiciens recyclés : le métier ne rapporte que grâce aux feux des médias. Tous styles : des percus au Rap. Du Pub s’échappe une musique irlandaise. Les trottoirs généreux ce soir. Et la sono branchée au café ou au snack du coin, attire la clientèle. Echange standard !


"Quand la Musique donne", il est 1 heure du matin
La nouvelle tendance, celle qui attire la foule des petites gens : ce sont ces DJ de bals populaires et leur mini formation foraine. On y invite au micro, tout amateur donnant de la voix. On y fait chanter les foules.

           
Quand la musique danse : il est 3 heures du matin
La rue, le bal du pauvre. De ceux qui ne se montreront pas en plein jour. Qui connaît, rue Saint-Saëns, le compositeur qui finit ses jours à Alger, où il résidait ?

Et bien sûr, le sempiternel attrait du gadget pour vendeurs à la sauvette et clients d’occasion. Cette année donc, le zinzin lumineux et sonore. De la musique ? Il n’en a pas le goût, juste le balbutiement.

Le gadget musicaloïde
En contrebas des quais, des familles. Des groupes informels de chanteurs de toutes nations, se créent leur ambiance. Une fête bien hétéroclite !

Un article de MonaK


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Cet article vous a fait réagir ? Partagez vos réactions ici :