Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

lundi 10 février 2014

RAIROA : un atoll, un style


Des artistes fa’a’amu*

Les Tuamotu ne pardonnent pas. C’est au bout du monde, au bout de soi… Elles t’envoûtent. Qu’elles t’adoptent, c’est à l’issue de solides accordailles. Arno s’est fondu sans tapage dans cette cordialité sobre du fenua… et c’est réciproque.

Rairoa, « long ciel » en langue pa’umotu, ou lagon de Rangiroa, est aussi cet atoll sable qui l’enserre. Rairoa Création mise sur ces camaïeux d’ocre qu’offre la terre ferme de ces îlots du Pacifique. Rairoa, c’est cette terre d’accueil qui a vu naître l’artiste, après longue gestation.

Ces teintes sable... 
A l’image des îles, isolées au milieu de l’immensité, l’intégration du bout du monde prend tout son sens de périple en solitaire. Commencé à Raiatea, passant par Tahiti, il s’ancre à Rangiroa. Comme vous le devinez, le réflexe de l’îlien est de parcourir l’océan à la rencontre de ses voisins, insulaires comme lui. Arno, initiateur du concept « Rairoa Création » avec Didier, n’y échappe pas. En immersion permanente au cœur des différentes sources culturelles puisées au patrimoine de la Polynésie française, il ne cesse d’y adjoindre ses propres interprétations ; car les techniques qu’il emploie proviennent de son parcours de découvreur…

Arno, une signature
Artiste, pardon « artisan créateur »,  il livre une synthèse à sa façon.  Résultat d’une longue quête. Il transpose  sur d’autres supports que la peau, des compositions inspirées des tatouages marquisiens mais aussi des pétroglyphes, des tikis originels de jade ou d’os sculpté et de l’environnement animal et marin bien réel. Un artiste qui nomadise de port en port… et dont les œuvres sont visibles à Papeete, Bora Bora, Moorea et bien d’autres endroits : dans des lieux d’exposition, comme chez des particuliers.

L’Atelier de Rangiroa
Espace brassé par le vent, Rangiroa devient sa base originelle, le centre de toutes ses créations. Retiré loin du village, son atelier est de plain-pied avec la nature. Entre cocoteraie et lagon, non loin de la passe aux  dauphins de Tiputa : un lieu d’accueil pour artistes de passage.  Une galerie d’exposition pour d’autres artisans sculpteurs, du bijou, et de la Mamie qui tisse les chapeaux. Une terrasse où les visiteurs aiment s’attarder et deviser avec hôtes et inconnus. Un endroit convivial. A ne pas manquer de découvrir.

Arno se livre 24h/24 à son art et parfois à qui pourrait l’entendre, tout en continuant à laisser glisser sa main sur son dessin : « Tu ne nais pas artiste, tu le deviens, au milieu de tribulations…  mais surtout de contacts authentiques et cruciaux » lance-t-il, tout en sachant combien chacun de ses mots pèsent de tous leurs sens. Le parcours d’Arno est ce long cheminement difficile dans cette famille devenue sienne et qui l’a renforcé. Et c’est dans les moments les plus ardus, les plus précaires, qu’il éprouve ce sentiment de totale liberté, celui « d’appartenir à sa vie ».

Rairoa : une signature, un nom…
Il s’est longtemps cherché depuis que l’entreprise où il était photograveur l’a déposé sur le trottoir du chômage et l’a fragilisé. Il s’est perdu… ou plus exactement il s’est noyé dans ces arts de rue, cette dimension alternative de la culture pour tous : là où l’échange est crucial, mais sans répercussion sur le chiffre d’affaire ! Il s’est reperdu dans les hôtelières cuisines d’un motu. Il s’est retrouvé en partant de rien, a fait peau neuve au peigne du tatoueur, a pris les teintures du pays, a retracé ses lignes de vie en dessinant.

Au commencement était la terre…
Dans un univers où la nature s’impose dans sa vigueur et sa diversité, Arno ne pouvait que fusionner avec cet ordre originel. La réalité de la Polynésie, c’est cette sensibilité à la nature : elle est vraiment ressentie par le corps et le mental de ceux qui y vivent. Débordante, envahissante, prégnante, Arno l’extrapole, l’exprime librement tout en ne dénaturant pas le lien identitaire de ses inspirateurs.


Rairoa Création dans tous ses états (Vidéo)
Des années en orphelin,  à élaborer, approfondir et affiner son style. S’épanchant et se réfugiant derrière le geste créateur, il ne cesse de produire : dans son atelier et sous le regard du public aux stands temporaires d’expositions. Car le temps est son maître implacable. Qui pourrait encore affirmer que l’art n’est pas un métier contraignant ?

Et si, avec d’autres artistes, ils ont su créer des pôles de distribution comme avec Natural Mistic à Moorea, que la « Show Room Rairoa » s’ouvre à la demande près du MacDo à Papeete, Rairoa Création, déballe, remballe, sur tous les salons qui s’enchaînent  autour des municipalités de Pirae, d’Arue, de la capitale Papeete, sous des abris de toile, en plein air, sur les quais à l’arrivée des croisières intercontinentales…

A l’origine : les motifs polynésiens
Toujours un peu étonné des prouesses que lui prodiguent ces argiles pigmentées, des « îles hautes », il parcourt l’archipel de la Société avec Didier à la quête de cette précieuse manne. Il  va donc utiliser ce matériau minéral de manière de plus en plus épurée : passant de ces poudres colorées, soigneusement broyées, qu’il met en forme au pochoir ou enduit sous le trait du pinceau. Avec ce rendu de floculations et de jeux de matière, l’œuvre continue à vivre.

Des motifs design
Les détails techniques précédents n’intéresseraient que les curieux… et à grande échelle, les écologistes : il est vrai que le dernier aspect est primordial et contribue au respect d’un environnement si fragile ! Inventeur de ses propres ingrédients, il vit à l’unisson de ces frêles équilibres océaniens ! Quant à la longue patience des artistes, je serais loin de la négliger ! Dans la recherche de la perfection, la maîtrise du matériau est essentielle. Le rapport à la matière, un vrai plaisir d’artiste !

Avec Natural Mistic au Salon de Pirae
Ses ateliers sont ouverts et sa présence sur un stand est toujours active. Il crée partout. Il propose une variété de formats, dont la « carte postale », et s’adaptant aux nécessités d’acheminement, il trouve des solutions astucieuses. Ses support tissés ne sont pas sans rappeler le tapa polynésien, bien sûr ; ils présentent l’avantage de pouvoir être roulés, comme le kakémono.

Avec une palette accrue de vert, de brun, de rouges et de noirs, ses « séries » ne le sont que de nom. Car la touche finale, le rendu ne sont jamais tout à fait les mêmes. La touche personnalisée vient au bout de la main. Ce qui est rassurant !

Didier et les tentures à Rangiroa 
Pour les œuvres plus imposantes, il s’y attèle après les avoir anticipées : quand il n’existe plus aucune zone d’ombre dans sa vision préalable. Du kakemono aux luminaires, paravents, fresques et autres supports « habillés », c’est toute une gymnastique de transparences et de rehaussement de teintes. Un style qui entre de plein pied dans le décor public, familial ou vestimentaire.

Didier, l’alter-ego
Dans la même dynamique, Didier, le coéquipier de fraîche date, met la main à la pâte.  Bodyboarder dans une pension de famille à l’origine, les sports de vague et le tourisme de proximité étant l’un des pôles attractifs de Rangiroa, il se met à l’école de l’Atelier.  Silencieux, contemplatif, la fibre artistique n’a pas tardé à se révéler au contact d’Arno. Dans des compositions incluant le végétal, des distorsions  de masques et bien entendu leur monde commun des habitants de la mer, il semble se spécialiser dans des silhouettes.

Silhouette
Il s’engage dans des asymétries, des ruptures d’équilibre… des explorations qui mêlent stylisation et figurations florales. Il se dit encore néophyte. Ce genre de déclaration, c’est l’esprit Rairoa : une modestie à toute épreuve.

Le duo est une fabrique de rêve qui se veut un miroir de leur environnement. Didier, vieux « routard » de l’archipel, semble lui aussi, vouloir s’effacer pour ne rendre compte que du portrait de l’île et de ses habitants. C’est le travail silencieux, barré d’un éternel sourire. Et comme pour spécifier que nous sommes bien en Polynésie, il tatoue les fleurs.

…et la terre est si belle
Rairoa c’est une équipe. Mais ce sont aussi de véritables interlocuteurs. Du tableau, ils passent au panneau décoratif, à la fresque murale (d’intérieur ou d’extérieur), au luminaire (panneau d’angle, création de lampe et d’abat-jour). Nombre supports différents se revêtent de leur création : jusqu’aux vêtements, jusqu’aux pareos… et bien d’autres supports qu’il va vous falloir explorer en visitant leur site.


Rairoa, heureux ?
En plein embrasement, Rairoa. La fièvre est celle de la création. Ressentir, offrir.

Ce n’est pas tout ! La création artistique ne se satisfait que peu de ce qu’elle a réussi à faire aboutir. Toujours cherche-t-elle à se perfectionner, à expérimenter d’autres techniques, à les rendre plus efficaces, à essayer d’autres pistes.

Arno, un trait, une cordialité
En jetant un coup d’œil sur le catalogue en ligne de leur site, peut-être serez-vous les premiers à vous initier à la nouvelle manière d’Arno. Dans les projets de l’artiste, une formation dans l’aérographie. Car il cherche toujours, par ce moyen, à multiplier les effets de transparence et de fusion. Et si vous pouvez passer une commande personnalisée depuis votre ordinateur pour embellir votre domicile, c’est une sorte de participation en plus à l’œuvre de l’artiste. L’ensemble des créations-design chez des particuliers est visible sur la toile ! Laissez-vous tenter ! Tout le bonheur sera pour vous… Et puis, pour ne pas être de reste avec la distance, ni avec la modernité, un site artistique, ça sert à échanger les impressions, à créer les contacts.


Rairoa Création, c’est aussi ça… (diaporama) 
Rairoa existe au rythme des débarcadères et subsiste dans ce balancement syncopé de l’isolement des îles. Ce n’est pas pour rien que ce sentimental d’Arno se laisse envahir par la musique, compose, instrumentalise… gratte. Son travail est à l’image du ressac sur le récif, de la mer sans cesse recommencée.  Demain est une vague…



Un article de  Monak

Fa’a’amu* : adoptif dans le dictionnaire de l’Académie tahitienne.

Tous droits réservés à Monak. Demandez l’autorisation de l’auteur avant toute utilisation ou reproduction du texte ou des images sur Internet, dans la presse traditionnelle ou ailleurs.



2 commentaires :

  1. Merci beaucoup Monak et Julien !!! C'est la 1ère fois que l'on ecrit un article aussi complet sur cette aventure artistique ... on va continuer :)
    Maururu'roa
    Arno

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arno, il me semble que l'un des buts d'un article, c'est de conforter celui qui a eu le courage de se lancer dans l'aventure, juste à la force du poignet et à la faiblesse de ses doutes ...
      - Bingo ! vous allez continuer et vous continuerez encore longtemps
      MONAK

      Supprimer

Cet article vous a fait réagir ? Partagez vos réactions ici :