Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

vendredi 7 septembre 2012

King’s Queer

Musiques, Amours et Révoltes

Il en va de la musique comme des idées vraiment nouvelles ou des révolutions : elles naissent toujours quand et où on les attend le moins…

Le cri rieur de Laet et Grib
Vous souvenez-vous du scandale provoqué, en 1970, par un poète incontestable et pourtant contesté, lorsqu’il osa déclarer… Pardon : hurler avec ce qui lui restait de tripes : « … La poésie, ça pue des pieds !… Poètes : vos papiers !... » Il s’appelait Léo Ferré et l’album, étrangement, s’intitulait : « Amour – Anarchie ».

Quarante années plus tard, c’est un duo improbable qui reprend le flambeau et le brandit haut et fort.

Les mots pour le dire

De par leur existence même, les King's Queer posent la problématique du langage et du vocabulaire. Tout d'abord par leur identité : gouine, lesbienne, transboy, que sais-je encore... Et si l'on parlait tout simplement d'êtres humains comme les autres, avec leurs fêlures, leurs richesses, leurs peurs, leurs révoltes, leurs faiblesses et, surtout, leurs amours et leurs talents ? Cette question idiote qui ne devrait pourtant même pas se poser étant réglée, parlons musique.

King's Queer : Amours et Révoltes
Là encore, les mots se bousculent pour tenter de définir, d'encaser, de classifier, autrement dit de réduire à un genre une musique qui justement n'en a pas. Une musique qui a, d'abord et avant tout, le mérite de nous accrocher les oreilles en nous donnant du plaisir, de la matière à rêver. Alors voilà : Laet et Grib se définissent eux-mêmes comme un « duo post punk ». Possible qu'ils aient raison. Pourtant, ils ajoutent, dans une (excellente) interview accordée à Christophe Tixier : « Nous sommes kamikazes et on aime être là où on ne nous attend pas… King’s Queer c’est avant tout une fête, une façon de faire des passerelles entre les uns et les autres. On n’est pas fan des formatages et autres idées reçues ! On combat avec vigueur les dogmes d’une culture unique. Nous aimons les paris fous et au diable les étiquettes et autres carcans qu’un système de pensée, de fonctionner, tente de nous imposer à chaque instant… »

Une interview façon King's Queer
Et lorsque je leur ai demandé de se raconter…

« King’s Queer est composé de deux personnes, une gouine à mèche : Laet, et d’un Transboy ( Female to Male) : Grib… Le duo existe depuis quatre ans. Au départ nous avions monté une performance éphémère pour une soirée d’art contemporain, mais la mayonnaise a tout de suite pris. Donc nous avons décidé de continuer. Une date en a appelé une autre, et très très vite nous passions la moitié de notre temps sur la route. King’s Queer s’est fait à notre insu, comme on dit souvent on passe notre vie à courir après… »

Autopsie d'un parcours

            « Au début il n’y avait que les machines et la voix, et puis on a décidé d’enrichir nos compositions et nos shows avec des instruments comme la trompette, clavier, harmonica, mélodica…»

La voix, les machines et le reste…
            Ce que ne disent pas nos combattants du rêve et de l'amour, c'est qu'avant même l'arrivée des machines et de la musique, il y eut le spectacle vivant. Et à considérer ce que King's Queer propose au public, que ce soit sur scène ou dans la rue, ce passé là n’a pas été inutile et a laissé de profondes traces. Il suffit pour s'en convaincre d'aller faire un tour sur leur site (www.kingsqueer.com) ou sur leur page Facebook (https://www.facebook.com/profile.php?id=100000413976796&ref=ts)

            L'album « Amours et Révoltes », (enfin !) sorti le 6 septembre 2012, n'est que l'aboutissement logique d'un road movie façon troisième millénaire. A bord d'un improbable pick-up de location, King's Queer nous entraine de coin de rue en devanture de boutique, de squat culturel en scène alternative et intermittente. Il arrive même que le groupe se produise dans des salles de spectacle reconnues comme telles : c'est dire !

L'équipe du clip au grand complet
            C'est en totale indépendance que le duo a parcouru l'Europe et les genres (artistiques s'entend, évidemment ! Quoi que…). Ainsi, la musique des King's Queer a-t-elle servi à des courts métrages, des spectacles de théâtre, etc.

            Vint le moment où il a bien fallu faire des choix : « En aout 2011 nous avons décidé de signer avec le label Zingy (http://www.zingy.fr/kingsqueer.html) L’album était lancé ! On l’a composé en deux mois, enregistré en une semaine, mixé en trois jours ! Le tout avec pas mal de débrouille et de système D…  Puis ce fut le tournage du clip « Amours et révoltes » réalisé avec Estelle Beauvais. King’s Queer prend 80% de notre temps, c’est notre boulot ! Donc comme vous pouvez l’imaginer : on est en état précaire permanent. Heureusement qu’on a une proprio sympa qui accepte les loyers en retard !... »

Parlons musique…
            Il y a deux façons très différentes de découvrir la musique de King's Queer : en live, dans l'un des improbables lieux où ils se produisent et déchaînent sans concession à la liberté leur folle énergie et la violence de leurs passions/convictions. Pour cela, c'est simple il faut se rendre sur leur site pour se tenir au courant des étapes de leur errance et avoir un avant goût en se plongeant dans les nombreuses vidéos qui s'y trouvent… Où alors le CD, comme je le fais en écrivant ces lignes… Dans les deux cas, vous serez transportés. Mais pas de la même manière. Pas pour les mêmes raisons.

Amours et Révoltes : le clip !
            En live, vous serez secoués, percutés de plein fouet par une folle énergie et un besoin farouche, violent même parfois, de convaincre, de partager… d'aimer quoi ! Techniquement parfaitement mixé, le CD vous permettra de découvrir des textes d'une immense tendresse et d'une richesse inouïe. Et là, je ne puis résister à en reproduire ici un extrait :
"A tous les vendeurs de rêves, Amours et révoltes
A tous les voyageurs immobiles, Amours et révoltes
A tous les poètes des verres brisés, Amours et révoltes
A tous les éternels sales gosses, Amours et révoltes
A tous les plasticiens aériens, Amours et révoltes
A tous les lieux éphémères, Amours et révoltes
Pour tous les Peter Pan, Amours et révoltes
Pour tous les irradiés, les contrariés, Amours et révoltes
Pour tous les courtisans de la lune, Amours et révoltes
Pour tous les clochards célestes, Amours et révoltes
Pour toutes les "fées carabines", Amours et révoltes
Vivons heureux !..."

Les King's Queer, c'est bien plus que deux en un !
            Pour ma part, la plume de Grib me fait immanquablement penser à la poésie qui pue des pieds chère à Léo Ferré, fait ressurgir la voix rauque de Bernard Dimey me racontant les roses des bas-fonds dans le « Bestiaire de Paris » et la rage de Jacques Higelin dans « BBH 75 ». Mais ce serait renier la richesse novatrice des compositions de Grib que de s'en tenir à des comparaisons forcément réductrices. Pourtant, une référence m'avait sauté aux oreilles dès la première écoute de « Amours et Révoltes », c'est une filiation directe avec le hard-rock métissé à l'extrême du groupe Dazibao dans les années 80.

            Mais parler de la musique, c'est ne pas l'écouter, alors vous savez ce qu'il vous reste à faire !...

Comment écouter King's Queer ?
            Ça, c'est simple et ce n'est pas compliqué ! Mais pour tout vous expliquer, je préfère donner la parole à King's Queer. Et si je dis King's Queer, c'est que je ne sais pas qui de Laet ou de Grib a répondu à mes questions !…

            Les King's Queer : On the road, again !
            « Le CD est en Auto Distribution…On assure cela avec notre Label Zingy. Pour nous il était important d’être vraiment indépendants pour avoir une liberté totale de création. Nous n’avons pas super envie de faire marcher une machine qui nous broie ! L’industrie du disque est une véritable industrie et ses critères de fonctionnement ne correspondent pas à notre éthique. Nous ne sommes pas des produits ! L’album CD « Amours et Révoltes » est gravé à 1000 exemplaires. Il est sorti le 6 sept 2012 et grâce au fonctionnement de réservation/souscription, il n’en reste déjà plus que 500… Et nous ne sommes pas encore partis en tournée ! Quant au vinyle, c’est un pressage de 300 exemplaires, dont chaque pochette est unique et numérotée. C’est un objet rare de collection… Alors, pour les trouver : soit les live de King’s Queer, soit les commander chez Zingy. Sinon, il reste la formule numérique aussi… Par ailleurs il sera disponible dans certaines distro… Une distro c’est des gens, des collectifs, qui courent les festivals alternatifs en proposant des tables de presse, vinyles, cd…etc… »

           Parfois aussi, le pick-up de King's Queer s'arrête sur un parking, juste sous les fenêtres d'une radio, et cela donne ça...


Amours et Révoltes
            Ce n'est vraiment pas souvent que mes oreilles sont séduites à ce point. Elles l'ont incontestablement été par la musique de King's Queer. Ce qui est infiniment plus rare, c'est que je l'ai été également par les textes de l'album. Comme je l'ai été par la personnalité des OVNI humains que sont Grib et Laet, par leurs engagements sans concession, leur pureté et leur énergie vitale.

            L'effet King's Queer : ça commence par les oreilles !
            Si, comme moi, vous pensez que la liberté est dans la rue, pas dans les partis, les églises, où les radios et télés propres sur elles, alors ne laissez pas passer cette merveilleuse occasion de vous nettoyer les oreilles et les neurones…

            Amours et Révoltes !... à tout jamais.
           
Un article de Julien Gué

          En cliquant ici, lire également notre article : King's Queer, musiques etc.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Cet article vous a fait réagir ? Partagez vos réactions ici :