Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

samedi 7 juillet 2012

Comment voyager entre Tahiti et ses îles ?


Les limites du choix

Visiter la Polynésie, c'est aller sur 118 îles éparpillées sur une surface océanique plus vaste que l'Europe, de la Méditerranée à la Russie. Pas si simple…

Compte tenu de l’isolement de la Polynésie française au cœur du Pacifique Sud et du prix des billets d’avion, un séjour touristique à Tahiti et dans ses îles coûte cher. Très cher. Pour la plupart de ceux qui réalisent ce rêve, il s’agit du voyage d’une vie.

Il est donc primordial de savoir à quoi s’attendre afin que le rêve ne se transforme pas en cauchemar.

Première étape, Tahiti

Sauf à posséder un voilier et aborder la Polynésie française au cours d’une circumnavigation en commençant par l’archipel des Marquises, il n’y a qu’un seul moyen d’y venir: l’avion. Et il n’existe qu’un seul aéroport international sur l’ensemble des cinq archipels: celui de Tahiti Faa’a.

Tahiti, ses îles, et le reste du monde en avion
Au départ de l’Europe, les données sont simples: une seule ligne directe, Paris-Tahiti. Deux compagnies seulement assurent cette liaison: Air France et Air Tahiti Nui, avec une escale technique à Los-Angeles (attention: visa obligatoire pour poser le pied dans la zone sous douane américaine).

Un Airbus de Air Tahiti Nui à Tahiti Faa’a
Il est également possible de partir de Londres. Mais là, le voyage est plus long. Il nécessite plus d’escales et au moins un changement d’avion en Nouvelle-Zélande pour la dernière partie du voyage, d’Auckland à Tahiti.

Autre solution qui ne manque pas d’intérêt : la compagnie chilienne Lan Chile. Si le vol n’est pas direct, et donc beaucoup plus long, il présente deux avantages majeurs : son prix inférieur à tous les autres, et deux escales magiques. Je veux parler de Santiago de Chile et, surtout, de Rapa Nui (l’Île de Pâques).

L’alternative Lan Chile offre des perspectives alléchantes…
Sinon, il faut faire des sauts de puce en allant de pays en pays et en changeant d’avion et de compagnie à chaque étape, mais il s’agit là d’une toute autre forme de voyage.

C’est une fois arrivé à Tahiti que les problèmes commencent à se poser pour le touriste avide de visiter le plus grand nombre d’îles en un minimum de temps.

Liaisons inter-îles en Polynésie française

Vous l’aurez compris, avec une géographie maritime comme celle de Tahiti et ses îles, il n’existe que deux moyens de se rendre d’un point à un autre: l’avion et le bateau.

Trois problèmes se posent alors qu’il ne faut surtout pas négliger: les distances sont énormes, les liaisons souvent très compliquées et les prix prohibitifs. Ces trois points étant pareillement valables pour les liaisons maritimes et aériennes.

La réalité maritime des distances polynésiennes
Il faut bien comprendre que lorsque l’on parle de liaisons inter-îles en Polynésie, la réalité fait que seul un départ de Tahiti permet d’aller à peu près partout. Il est, par exemple, impossible de rallier l’archipel des Australes à celui des Tuamotu ou d’aller de Bora Bora (îles de la Société) à Ua Pou (archipel des Marquises) sans repasser par Tahiti.

Que ce soit pour les avions ou les bateaux, les itinéraires dans les îles correspondent à des tournées et imposent donc la plupart du temps de longs détours pour atteindre l’île de vos rêves.

Les liaisons aériennes intérieures en Polynésie

Il n’existe en Polynésie française qu’une seule compagnie aérienne: Air Tahiti. Cette compagnie est donc en situation de monopole, avec toutes les dérives liées à ce statut.

Elle est toutefois soumise à une obligation de service public par le gouvernement de Polynésie et par les autorités françaises puisque la maîtrise du ciel reste une compétence régalienne de l’Etat français. Par ce fait, toutes les îles de Polynésie disposant d’une installation aéroportuaire sont desservies par la compagnie locale au moins une fois… par mois.

Sur les 118 îles de Polynésie françaises, seules 47 sont desservies régulièrement par voie aérienne. Toutes les autres ne sont accessibles que par bateau.

Un ATR 42 de la compagnie polynésienne Air Tahiti
Si l’obligation de quasiment toujours repasser par Tahiti pour aller d’une île à l’autre grève considérablement le budget transport des visiteurs, elle raccourcit aussi considérablement le temps passé à découvrir les îles visitées.

En effet, il est extrêmement rare de pouvoir bénéficier de correspondances aériennes immédiates et l’on est souvent obligé de passer la nuit d’escale à Tahiti.

D’autre part, monopole oblige, il faut savoir qu’il en coûte parfois plus cher d’aller de Tahiti aux Marquises (1 600 km) que de Tahiti à Los Angeles (6 600 km) ou à Sydney (6 100 km).

L’aérogare de Nuku Hiva, aux îles Marquises
Air Tahiti propose toutefois des circuits qui permettent d'aller dans une île de quatre de nos archipels avec un seul billet en moins d'une semaine...

Visiter la Polynésie en bateau

Evidemment, le meilleur moyen pour découvrir la Polynésie reste la mer. Mais encore faut-il avoir le temps de le faire.

Sauf à posséder son propre bateau, il est toujours possible d’en louer un, avec ou sans skipper. La quasi-totalité des loueurs sont basés sur l’île de Raiatea, tout près de Bora Bora. Compte tenu de la durée moyenne des séjours (moins de deux semaines en général), cette solution ne permet de visiter que les Îles-Sous-Le-Vent.

L’Aremiti 4 relie Tahiti à Moorea quotidiennement
Une seule île bénéficie de liaisons maritimes quotidiennes multiples avec Tahiti: il s’agit de l’île sœur de Moorea.

Il est possible de visiter les Marquises en faisant la croisière de l’Aranui, un cargo mixte qui dessert l’archipel en deux semaines au départ de Tahiti. Incontestablement un inoubliable voyage.

D’autres cargos mixtes, appelés en Polynésie des goélettes, restent le seul moyen d’aller à peu près partout dans les cinq archipels polynésiens. Mais là, il y a très peu de places pour les voyageurs, et le confort et les conditions de voyage y sont… locales ! Et le temps n’existe plus du tout. Ainsi, prévoyez un mois au moins pour visiter l’archipel des Tuamotu et autant pour celui des Australes.

La goélette Dory 2 à l’escale de Tikehau, aux Tuamotu
Mais, après tout, quitte à s’offrir le plus beau voyage de sa vie en découvrant des îles épargnées par le tourisme de masse, peut-être n’est-il pas incohérent de prendre vraiment le temps de le faire…

 

 

Un article de Julien Gué

 


Liens :


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Cet article vous a fait réagir ? Partagez vos réactions ici :