Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

vendredi 27 décembre 2013

Tahar Haddad, Tunisie


Un club, un féminisme

Le Club Tahar Haddad, à Tunis, vient de fêter ses 40 ans et invite sa fondatrice emblématique : Jalila Hafsia. Le courant d’émancipation féminine qui débute à la fin du 19ème siècle, et se renforce avec le penseur réformiste Tahar Haddad, constitue à lui seul une saga, pleine de rebondissements

Innovée par l’avant-garde des figures féminines qui ne cessent d’affirmer leur liberté dans leur mode de vie, à la scène comme dans les mouvements militants indépendantistes sous le Protectorat, l’égalité est concrétisée de fait,  dès l’Indépendance, avec l’instauration légale du Code du Statut Personnel (CSP, le 13 août 1956). Outre sa promulgation, Bourguiba a su partager ses convictions modernistes en assignant aux femmes un rôle politique et culturel.  Avec finesse, audace, détermination et piquant, mais en toute mansuétude, Jalila Hafsia s’est employée à en faire féconder les assises.   



Habiba M’Sika, une liberté de feu

C’est en toute originalité aussi que la Tunisie accomplit son évolution sociale, sans nul besoin de se référer à d’autres influences venues d’ailleurs. Et c’est en toute connaissance de cause qu’elle œuvre depuis la révolution de 2011 pour préserver ses acquis, dans un contexte international sexiste qui masque la crise économique. En guise de retour au spirituel, le siècle agite ses vieux démons misogynes. Il est vrai qu’en ce même jour du 20 décembre 2013, les Espagnoles déchantent avec pour cadeau de Noël prématuré, une régression de 30 ans en matière de droits des femmes. La menace de l’intégrité corporelle et psychique reste donc bien présente et la planète est loin de vivre son ère orgasmique à la veille du solstice d’hiver.  


Tahar Haddad, puis le CSP en danger ?
Parallèlement à l’affranchissement de la censure depuis la chute de la dictature Ben Ali, bien des dérives et des délits d’opinion se sont fait jour en Tunisie. Du fait des mouvances intégristes, les pires messages d’intimidation, de mutilation, de condamnation et de meurtre sexistes, signés ou proclamés lors des prêches du vendredi, concernent les femmes comme leurs défenseurs.   

Tahar Haddad, un réformateur ciblé
Si Tahar Haddad (penseur, syndicaliste et homme politique tunisien né le 4 décembre 1899 à Tunis, décédé en exil le 7 décembre 1935,) ne risque plus rien en personne (et pour cause !), ce sont à ses publications que s’attaquent les factions des « frères musulmans » ! Si les Tunisiens ne cessent de s’insurger contre les fatwas (jugements religieux) qui martèlent la vie quotidienne, dans le même temps, les confréries religieuses viennent de recevoir leurs étrennes en Egypte. Détruisant les mausolées, ils programment, non sans aveuglement, vouloir brûler les écrits de Tahar Haddad, répertoriés, conservés, reproduits bien soigneusement de par  le monde ! Car la dichotomie persiste depuis, entre dogme et laïcité.

 Hatem Bourial, journaliste tunisien mais aussi l’un des animateurs du Club Tahar Haddad depuis sa jeunesse, revient ainsi sur la biographie de l’auteur de « Notre femme aux yeux de la société et de la religion » :
 « Pauvre Tahar Haddad : de son vivant, il a subi la plus terrible des cabales que menèrent contre lui les milieux conservateurs de son époque.
« Ils étaient allés jusqu’à tenter d’interdire son inhumation dans un cimetière musulman à cause de ses positions féministes jugées blasphématoires. 
« Longtemps après sa mort, voici maintenant des illuminés qui s’attaquent à ses livres en les brûlant.
« Comme quoi, certaines haines ne meurent jamais.
« Comme quoi, le destin des libres penseurs dans la cité islamique est toujours vécu sous la menace. »

Bourguiba, un pied d’égalité avec la femme
De même l’incontournable législateur de l’émancipation de la femme, Bourguiba, alors président du Conseil, s’appuyant, tout comme Tahar Haddad, sur l’exégèse du texte coranique, pour instaurer (entre autres droits fondamentaux comme le droit de vote) « la monogamie, le libre choix de la future épouse, l’abolition des tribunaux religieux, l’interdiction du port du voile à l’école, le planning familial, le droit à l’avortement, l’instauration de la République… » a connu bien des détracteurs conservateurs.

Elu à la présidence de la république tunisienne en 1957, Bourguiba légitime le féminisme en tant que « doctrine » de la politique qu’il mène. Le CSP subira les relents discriminatoires dus à la tradition, du fait de l’inscription dans la Constitution de 1959 de l’article « La Tunisie est une république islamique ». Malgré cette concession, Bourguiba table sur le dynamisme des femmes, nommées aux postes clés des Maisons de Culture.

Parcours de femmes libres
Dans le paysage tunisien du début du XXème siècle, les femmes se sont montrées combattives. Indépendantistes, féministes, instruites, exerçant un métier, nombreuses ont été les femmes qui arrachaient leur liberté au jour le jour. « Habiba Menchari  au cours d'une conférence à Tunis en 1924, réclame l’abolition du voile, et joignant l'acte à la parole se découvre le visage en l’ôtant. »

Habiba Menchari : pour une question de voile
De même, la figure de l’actrice et chanteuse Habiba M’sika, (1903-1930) inspire encore les cinéastes : de Salma Baccar à Sarah Benillouche. Pour ces héritières des brèches ouvertes par leurs aînées, comme Jalila Hafsia, reste à porter la voix de celles qui se sont tues. Pour elle, le féminisme s’élabore dans une société où la mixité n’est pas taboue. Ainsi s’entoure-t-elle de ceux qu’elle appellera « ses fils ».

« Journaliste, écrivaine, animatrice culturelle et femme émancipée, Jalila Hafsia marque toutes et tous ceux qu'elle croise. En témoignent toutes les femmes présentes, lors de cette rencontre, conviviale certes, mais surtout sympathique. Autour de Jalila, il y a toujours de la bonne humeur et un peps qu'elle seule sait dégager avec sa manière d'aller vers les autres et de considérer tout le monde comme des amis. »

Jalila Hafsia : des générations actives
Asma Drissi souligne ainsi, en 2011, l’impact d’une femme au service de ses semblables et de la société tunisienne dans sa totalité : « De nos jours, rares sont les femmes célèbres, qu'on reconnaît dans la rue et à qui on témoigne admiration et amour pour leur action culturelle, pour avoir été un soldat de l'ombre d'une lutte pour l'émancipation des femmes, pour avoir été le mentor de plus d'une plume féminine, pour être un exemple…un modèle.
« Jalila Hasfia, à qui on a rendu hommage vendredi après-midi, à la Bibliothèque nationale, fait partie, elle, de ces femmes qu'on ne risque pas d'oublier. Femme de culture dans plus d'un domaine, elle a consacré beaucoup de temps (ou peut-être le temps qu'il faut) pour créer une vie culturelle, là où elle fait escale. »
   
A son rôle culturel, salué par l’actuel ministre de la culture, Bady Ben Naceur lui impute avec justesse, celui de « mémoire vive », avec 30 ans de journalisme : « Du Belvédère au Club de la Médina en passant par l’Espace Sophonisbe (encore une femme célèbre, de l’Antiquité celle-là) de Carthage — qui s’en souvient aujourd’hui ? — Jelila Hafsia, chroniqueuse à La Presse de Tunisie «En toute liberté», avait fini par écrire ses mémoires. Mémoires d’une époque — et même de plusieurs — où s’entrecroisaient les esprits éclairés littéraires et artistiques combattant ceux bien souvent étriqués et mensongers des pouvoirs politiques qui avaient la mainmise sur tout. Au final, la Révolution du 14 janvier est arrivée, comme un tsunami, balayer toutes ces tares qui empêchaient la claire intelligence de s’exprimer. Juste retour des choses aujourd’hui, puisque ce club féminin, jusqu’au bout des ongles mais ouvert à la gent masculine non machiste, lui rendra un vibrant hommage après-demain, vendredi »


Tahar Haddad : plus qu’un mythe, une réalité

Et si Jelila Hafsia appartient à cette catégorie de personnalités qui n’ont jamais sacrifié au culte de leur image, elle reste pour moi, la femme sans âge, tant sa pétulance est allègre et sémillante, à la ville comme sous la plume. Le tout récent Volume IV -«Chronique familière » sorti en 2012, date de ses 84 ans- complétant le recueil Instants de vie, suite de « témoignages, de réflexions sur des questions politiques, culturelles ou personnelles commencé dès 1967 », affirme son engagement critique dans l’écriture. Pionnière, « Jalila est la première tunisienne à publier un roman en langue française, en 1975 (avec Cendres à l’aube) ».

Féminisme, un scandale ?
A la question que pose Bady Ben Naceur dans son édito, qu’il se rassure ! De Tahar Haddad, ce n’est pas tant son cri d’alarme que sa révolution féminine qui perdure. Elle est passée dans les gènes de la société tunisienne, femmes et hommes inclus qui assument à part entière. Personnalisée par Jelila Hafsia, premier relais des jours meilleurs, les jeunes continueront à se passer le flambeau !

« Heureusement on ne brûle plus les sorcières, on préfère dresser un bûcher autour de leurs pieds sacrés de déesses en papier laissant au temps le soin d’allumer le brasier. Aliaa la blogueuse nue du Caire a jeté l’effroi sur l’institution El Azhar avant de se réfugier en Suède. Questionnée sur le geste d’Aliaa, la grande féminine et psychiatre égyptienne Nawal el Saadaoui a répliqué : "Je le perçois comme un cri !" Oui, les Femen crient. Scandaleuses ? Toutes les féministes ont commencé leur combat en scandalisant, Simone de Beauvoir était la bête noire de l’Eglise et des politiciens de l’époque. »

Le combat féministe continue…
« La vocation du club Tahar-Haddad s’est-elle perdue ? Bien sûr que non. Il y a, seulement,  que ce XXIe siècle débordé avec les effets de la révolution tunisienne  a, en quelque  sorte  «masqué», idéologiquement (religieusement), les espoirs d’humanité qu’une jeunesse, d’une génération à l’autre, attendait. »

Noël 2013 semble avoir été l’objet des proclamations et des décisions les plus contradictoires de par le monde… mais il laisse place aussi aux espoirs les plus légitimes : « Les masques sont en train de tomber et l’islamisme radical démontre bien qu’il pourrait être le pire des totalitarismes.

Tahar Haddad : un club aux fondations solides
« Nous sommes prévenus. Les précédents sont d’ailleurs nombreux. Mais nous ne serons pas des Munichois, les bras croisés et les regards détournés, face à cette violence barbare… », conclut Hatem Bourial, dans son « billet » cité précédemment.


L’incroyable assuétude des « Asker Ellil » -« soldats de la nuit » ou « de l’ombre »-, cour de jeunes gens et véritables chevaliers servants qui assuraient la protection d’Habiba M’Sika, après ses prestations scéniques… semble avoir évolué au cours de ce siècle. Chacun sait que le Tunisien est doté de cette prévenance et de cette courtoisie envers les femmes : Jalila Hafsia a savouré la même obligeance de la part de son « fan club », masculin et féminin.


Tous Asker Ellil confondus…

Sa mission de fourmi ouvrière auprès des femmes l’a fait surnommer « soldat de l’ombre », dans la mesure où jamais, elle n’a cherché à se mettre en avant. Magnifique legs qui lui prodigue bien des égards ! Reste que la tradition de l’ombre subit les avatars des coteries intégristes bien moins recommandables. Mais ceci n’est qu’un fourvoiement de l’histoire… une courte parenthèse, n’en doutons pas.

Un article de  Monak

Tous droits réservés à Monak. Demandez l’autorisation de l’auteur avant toute utilisation ou reproduction du texte ou des images sur Internet, dans la presse traditionnelle ou ailleurs.

Sur le sujet, lire aussi :
-          Le combat pour la dignité
-          Asma Drissi : Parcours d’une femme libre


Voir ! 
-          « Kibarouna invite Jalila Hafsia épisode 01 (30-12-2013) »  sur « Telvza Tv - www.telvzatv.com ». Si vous ne comprenez pas la langue, c’est le moment de vous faire des amis tunisiens…  
-          …mais aussi de découvrir au bout de ce lien, la personnalité étonnamment vive et toujours aussi dynamique  de Jalila Hafsia :


 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Cet article vous a fait réagir ? Partagez vos réactions ici :