Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

dimanche 15 décembre 2013

Tahiti aux « quotidiens »


Crieuse de journaux à Papeete

« Nouvelles ! Dépêche ! ia orana ! bonjour ! Demandez les nouvelles ! Tout sur l’incendie de Tupai ! L’agresseur au coupe-coupe a pris 5 ans ! Le double discours calédonien de la France !» : ainsi se ponctue avec les titres de Une, le slalom que Meheura exécute sur la chaussée encombrée de travaux, entre la lumière pâlissante des réverbères et les premières lueurs du jour.

Meheura est « vendeuse de journaux à la criée ». Dans l’agglomération de Papeete, elle couvre la zone de Fautaua, connue pour sa rivière. Son prénom semble prémonitoire à sa fonction et signifie « effeuiller le ciel » ! Tout un programme pour qui effeuille les nouvelles !

Dès l’aube…
Plus d’une heure maintenant que le soleil s’est levé. La circulation est à son point fort matinal. Les voitures drainent déjà leur cargaison d’enfants en route pour les établissements scolaires qui ouvrent à 7h30. Ici, en région tropicale, la journée commence tôt. Bientôt, les rayons darderont plus dru. On ressent déjà la chaleur des moteurs.

L’agglomération de Papeete reste le dernier bastion où le métier de « crieur de journaux » fait partie de ces spécificités qui font la Polynésie. Dans d’autres pays, la profession a disparu avec la modernisation et les impératifs du libéralisme. Quatre titulaires et trois intérimaires se partagent actuellement la capitale de Tahiti. Quant aux autres îles de Polynésie française, c’est une toute autre histoire !

Le « quotidien » aux îles…
Rares sont les quotidiens d’information en Polynésie : ils ne sont que deux. Hors le mensuel « Tahiti Pacifique Magazine », « Les Nouvelles de Tahiti » et « La Dépêche de Tahiti » appartiennent à la même Société Océanienne de Communication » (SOC). Les Messageries Lyonnaises de Presse (MLP), coopérative de distribution, analysait ainsi la situation de la presse en Polynésie : « ADP, notre distributeur local, possède également une activité de librairie / papeterie. Globalement, son chiffre d’affaires est stable, mais la presse souffre avec notamment – 6% sur la presse importée… 80% du chiffre d’affaires est concentré sur Tahiti. »


La tournée commence…au demi-jour

Effectivement, qui pourrait les recevoir en dehors de l’île capitale ? Car, de l’ensemble des archipels dispersés sur une étendue équivalant au continent européen, seul un petit nombre est desservi par une ligne aérienne quotidienne venant de Tahiti ! Les quotidiens tahitiens, même sous leur forme d’abonnements numériques ne parviennent donc que difficilement, voire pas du tout, sur les 118 îles de Polynésie française.  Mana, unique fournisseur d’accès internet est loin de couvrir les besoins : étant l’un des plus chers du monde, il ne permet pas aux plus modestes de s’équiper ! Ce qui est le cas pour une bonne partie des Polynésiens. Ne reçoivent les « quotidiens », que les îles disposant d’un aéroport et d’une liaison quotidienne. Pour Les Marquises à 5 heures d’avion, les nouvelles sont décalées !

La Polynésie, admettons-le bien, est un monde à lui seul dont les repères sont à intégrer si nous voulons le comprendre. Ainsi témoigne, pour la période précédant les années 60, un natif, écrivain polynésien de surcroit, Jimmy M. Ly :
« Avant le CEP (Centre d’Expérimentation nucléaire du Pacifique), nous n’avions pas de journaux locaux ou des feuilles de choux dont une à polémique appartenant à un certain GERVAIS. Ceux de France arrivaient par bateau avec beaucoup de mois de retard. Nous étions moins de cent mille habitants et la solidarité familiale polynésienne était notre CPS (Caisse de Prévoyance Sociale). Pas besoin de vendeurs à la criée. La Dépêche avec P. MAZELLIER, le Journal de Tahiti avec Michel LEFEVRE décédé depuis, Les Nouvelles avec  VENTRILLON aujourd'hui à Nouméa étaient nos trois quotidiens qui servaient à faire passer les matinées de désœuvrement. J'ai travaillé comme pigiste et monteur aux Nouvelles à mon retour des Etats-Unis en 1969. »

La parole en marche
La Polynésie se trouve aussi être à la source événementielle de ce qu’on nommera dans l’histoire de la presse, le « journalisme d’investigation », dans les années 80 : avec la destruction du Rainbow Warrior, en pleine lutte contre le nucléaire, c’est la mise en doute des sources officielles. Le To’ere, hebdomadaire de Claude Marere (2001-2006), faisait partie de cette mouvance. Il en a payé sa disparition. Qu’en reste-t-il actuellement ? Quand les pouvoirs de la finance, protégés en haut-lieu, font main basse sur les medias.

A l’origine du métier
Ce métier, né avec l’invention de l’imprimerie au XVème siècle en Europe, remplaçait le crieur public qui annonçait les dispositions administratives dans les communes. Il avait une fonction didactique, permettant aux illettrés de se tenir au courant des événements. Auparavant, les écrits manuscrits étaient diffusés par colportage et empruntaient ce chemin pour passer pamphlets et critiques sous le manteau ! C’est en 1636 que, pour la première fois, la Gazette de Théophraste Renaudot utilise les colporteurs.

« Drive-in nouvelles » et… fleur d’hibiscus !
Dès 1723, un arrêt stipule que le métier est géré par les « imprimeurs, libraires, relieurs, fondeurs ». Ils en confient la distribution aux pauvres ou aux infirmes de leur branche. A partir de 1789, quand est votée la liberté de la « librairie » les « brailleurs de rue» peuvent « crier libelles, journaux, imprimés de toutes sortes ». Mais la presse déchante dès 1809 avec la censure napoléonienne qui sera relayée par bien d’autres.

En 1840, la profession est soumise à contraintes : « les crieurs ne peuvent ajouter, lire ou débiter aucun commentaire aux titres colportés sur la voie publique »

La profession se féminise en 1881.  Enfin, le 30 novembre 1900, la Chambre syndicale des marchands de journaux s’insurge contre le fait que des enfants de sept à huit ans portent des journaux. » Pas pour leur jeune âge ! Mais parce qu’ils représentent une concurrence !

Aux temps anciens… dans la  France métropolitaine de 1908
La seconde moitié du XXème siècle a vu ce métier de « gagne-petit » disparaître, remplacé par des intermédiaires véhiculés, appelés « porteurs », livreurs, distributeurs.

Mais chacun sait, que la presse écrite est en grande difficulté en France. En guise d’aperçu, l’un des plus gros titres, France-soir,  dépassait le million d’exemplaires, tiré en sept éditions journalières à sa belle époque. Les ventes chutant à 20 000, il n’a dû son salut temporaire qu’à ses abonnements sur le Web, avant de fermer boutique en 2011. Depuis, la presse papier occidentale en crise se recycle sur la toile… avec ses infographistes et autres techniciens.

Crieuse de journaux, quel métier ?
« Le crieur de journaux » polynésien n’officie donc qu’à Tahiti. Avec les kilomètres parcourus par journée de travail, il doit être pourvu d’une solide santé et d’une endurance au soleil et à la canicule ; d’une bonne dose de résistance face au bourdonnement de la rue, au vacarme des travaux et à la pollution ; d’un sens de l’organisation pour adapter son itinéraire à l’affluence, au passage de la clientèle et la fidéliser ; d’un sens de la communication en dépit de la pluie, de la méforme et des soucis ; d’un esprit de synthèse et d’à-propos pour déclamer la formule « accrocheuse ». Meheura fait preuve de toutes ces compétences… et d’un sourire « lumineux ».


Des annonces et des jambes (diaporama)
L’école hôtelière dont elle est issue semble mener à tout ! Surtout du point de vue relationnel. Ce qui constitue un atout commercial ! Mais surtout humain, venant de sa part ! Car elle est véritablement proche de chacun, malgré la brièveté des civilités et de l’échange. Et bien lui a pris de fréquenter le club d’athlétisme du lycée. Ce qui lui garantit un gabarit de sportive : mollets de randonneur, biceps d’haltérophile, souffle de marathonien. Elle marche à pas pressés, à grandes enjambées, toute à sa mission : l’allure rapide ne la départit pas de son attitude avenante.

Elle a commencé dans le métier en faisant des remplacements qui parfois la conduisent encore de Pirae au marché central de Papeete (à environ 3 kms). Depuis sept ans, elle a un CDI de « vendeur à la criée », rémunéré au SMIG.  Sa qualité première étant la ponctualité, elle se lève à 2 heures du matin, sort de sa vallée de la Papenoo à 3 heures et fait du stop. Les bus qui la conduiraient vers 4h30 à Papeete, ne sont pas toujours à l’heure : « Il vaut mieux prendre ses précautions ! », confirme-t-elle. Elle n’a pas l’air de souffrir de la routine. Pour chacun, une formule inédite ! Rires, bonhommie : sa panoplie ne s’épuise pas…

Retour au dépôt
A 5 heures, aux entrepôts de l’imprimerie Media Polynésie, elle a revêtu son uniforme : gilet de sécurité jaune fluo, casquette rouge, t-shirt jaune d’or, bermuda bleu roi, chaussures solides de randonnée, sacoche ventrale cirée à poches. Posés au creux du bras, sur une « liasse de biftecks », en jargon journalistique ces feuilles pas encore imprimées qui la protègent de l’encre, une vingtaine de périodiques. Question de poids ! Meheura entame le premier de ses multiples aller-retours. Puis elle retourne au dépôt pour ne pas être à court d’achalandage et se délester de sa monnaie.

Entre les avenues, le club de tennis chinois près du temple, une célèbre pâtisserie-salon de thé, quelques magasins divers, un club de santé, un salon de coiffure et des particuliers qui la dispensent un moment des gaz d’échappement, Meheura prend une bouffée d’air, de décompression relative et son lot de petits bonjours de proximité. Sur le trottoir, devant les vitrines, la détente se ressent : le danger s’estompe.

La pâtisserie à l’heure du petit-déjeuner
La criée, ce n’est pas qu’en extérieur, mais là où se concentre le public. Elle salue les clients, qui maintenant à pieds, sont parvenus aux abords de leur destination. Elle entre dans la pâtisserie Hilaire où consommateurs et familles prennent leur petit déjeuner avant l’école ou le travail et pourvoie les tablées de leur denrée de journaux. Les dialogues sont brefs, mais tout en sourires.

Puis elle retourne au dépôt, toujours au milieu des voitures et reprend son trajet en sens inverse : un œil sur les conducteurs, l’autre aux aguets, elle salue chacun de la main ou de la voix. Des étapes journalières bien remplies : six heures trente de quadrillage du quartier, d’allées et venues, du lundi au samedi. Le mercredi, c’est le jour le plus chargé (en poids !) : avec le « Tiki Mag » (programme de télé polynésien), les publicités de La Dépêche, le « Fenu’orama »… pour ces dames ! Le samedi, avec le congé des scolaires, le rythme change. En plus du circuit habituel, la clientèle se trouve aussi au marché aux puces de Pirae. Les marchands, les habitués guettent son camion, espèrent la piétonne en casquette. Les badauds de passage manifestent leur joie à l’aubaine. Les adresses vont bon train.

Un métier qui lui plaît
Malgré le rythme d’enfer,  les risques qu’elle encourt sur la route, Meheura aime son métier. Elle fait partie du paysage vivant de la cité. Les conducteurs ont des égards pour elle, ralentissent, patientent.  Elle les salue tous, qu’ils s’arrêtent ou pas : en voiture, à vélo, en scooter, etc… Et ils le lui rendent bien, d’un geste de main, joggers et passants compris, de l’autre côté de la rue. Elle prévoit qui va stopper et sans se départir de sa vigilance, elle échange quelques propos rapides à la vitre.


Meheura : La « criée » au quotidien (Vidéo)
Elle se sait attendue, pour ce qu’elle représente. Le goût de la connivence qui passe par la lecture : un bien précieux qui semble s’acquérir aussi dans la rue, au sein d’une culture ou l’essentiel passe par l’oralité. Sans préséance, à l’unisson. Le lectorat est multiple… les contacts s’établissent à tous les âges, des étudiants aux retraités, en passant par les jeunes couples.

Bien des tentatives culturelles semblent en émerger, ailleurs ; et dans les cités si lointaines où le besoin de l’échange cherche à les guérir de cette maladie de l’anonymat avec les crieurs de quartier. Et si Meheura ne le sait pas, son rôle crée des liens sociaux. Elle plaisante, elle encourage, elle s’enquiert, elle complimente les enfants un peu timides que les parents délèguent. « Elle est la grâce de l’amabilité et de l’empathie », me confie un particulier, ajoutant : « Même si je n’avais pas le journal dans la tête… Je la vois, je m’arrête…»

Elle est leur messagère. Leur ambassadrice, aussi : transmet les commissions de client à client. Pour ce faire, elle sait donner de sa personne, du mot gentil, du commentaire. Elle rayonne.


« … au revoir et à demain ! »

Si sa hantise, le cauchemar qui la préoccupe c’est de ne pas boucler ses ventes : elle ne le montre pas. Ce qu’elle partage, c’est le quotidien de ses semblables.

Porteuse de nouvelles, un feuilleton qui dépasse le fait divers.


Un article de  Monak

Tous droits réservés à Monak. Demandez l’autorisation de l’auteur avant toute utilisation ou reproduction du texte ou des images sur Internet, dans la presse traditionnelle ou ailleurs.




Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Cet article vous a fait réagir ? Partagez vos réactions ici :