Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

jeudi 25 avril 2013

Le 9 avril en Tunisie


Des martyrs à l’indépendance

La « fête des martyrs » commémore les héros de la cause indépendantiste tunisienne, victimes de la fusillade par les forces françaises installées en Tunisie sous le régime du protectorat. Mais bien davantage encore : car ce jour du 9 avril 1938 à Tunis inaugurait le véritable engagement du mouvement national tunisien.   

Alors pourquoi le gouvernement provisoire actuel cherche-t-il à l’oblitérer depuis deux ans ? Pourquoi réprime-t-il ce symbole de la libération d’un peuple ? Justement au lendemain de la révolution de jasmin qui le délivrait du joug de la dictature ?

2013 : le cérémonial tabou
Il est des signes qui ne trompent pas sur la santé d’une nation. Amnesty International ainsi que la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme (LTDH) le notifient en en appelant à l’opinion mondiale pour dénoncer les abus d’un pouvoir qui en bafoue les principes légitimes. Le jour férié décrété national depuis 57 ans de constitution républicaine ne semble pas du goût des nouveaux potentats.

 

L’émergence d’une nation

Ces « événements » (sic) font des morts sous le Protectorat français. Le régime imposé à la Tunisie par la France depuis 1881 se caractérise par son impérialisme. Le Front Populaire « évoque en 1937 la possibilité d’accorder aux Tunisiens une certaine forme d’autonomie interne ». Sa chute verra les espoirs du Néo-Destour déchanter face à une Résidence générale devenue intransigeante. 

 

Suite à la grève générale du 8 avril 1938 et à la sommation à comparaître du militant Belhouane, la manifestation du lendemain, bastonnée dans un premier temps, se soldera par des émeutes réprimées à l’automitrailleuse au sortir de la médina de Tunis. 

 

Grève générale 38, devant la cathédrale  

Sont dénombrés officiellement 22 morts et 150 blessés face aux forces coloniales : gendarmes, policiers, zouaves (dont un poignardé). L’état de siège, décrété à Tunis, à Sousse et au Cap Bon s’accompagne de trois mille arrestations. Cinq ans de prison pour Bourguiba, à la tête du Néo-Destour, qui entre en clandestinité et radicalise sa lutte pour l’indépendance.

 

Une question de nationalisme

L’idée de modernisme n’est pas neuve en Tunisie. Elle flottait déjà chez les intellectuels avant la colonisation. Le Néo-Destour s’inscrivait dans cette mouvance ; ce n’est pas un hasard si l’identité tunisienne se démarquait du reste du monde arabe ; et  la dictature Ben Ali n’aurait jamais touché aux bases de la Constitution.

En cette treizième année du 21ème siècle, la société civile, les partis d’opposition ne cessent de rappeler cette identité nationale, promue par Bourguiba dès 1956. Elle devient dérangeante. En veut-on des preuves ? L’actuelle Assemblée Nationale Constituante (ANC) voudrait en effacer l’existence, jusqu’à celle  de son promoteur. Et les signes sont grossiers. Sa dernière statue, celle de son retour triomphal a subrepticement et récemment disparu.  Plus d’image du « Leader », plus de constitution républicaine ?
  
La Tunisie démocratique de Gauche

Que craint donc Ennadha, suite aux élections réfutées d’octobre 2011 qui l’asseyent au pouvoir ? Que la date symbolique du 9 avril ne soit l’occasion pour le peuple de désavouer le manque de considération dont sont l’objet les « martyrs » de la révolution de Jasmin ?  Que ne leur soit contestée l’exclusivité des principes rétrogrades renvoyant à la chariâa ; ainsi que leur alliance avec les états intégristes ou les groupuscules terroristes du Proche-Orient qui financent et appuient son intronisation et son maintien ?

Le crime politique et la négation de la démocratie

Dès le début de son exercice du pouvoir, Ennadha n’a cessé d’accumuler les erreurs tragiques. S’attaquant d’abord à l’intégrité corporelle, civique et sociale des femmes en voulant instituer la pratique de l’excision, comme du tutorat féminin : ce qui équivaudrait à la suppression du Code du Statut Personnel (ou code du droit des femmes : 1956).

Face au tollé général, n’a-t-il pas tenté de faire main basse par la force de ses milices armées sur les Universités, la presse et les Arts, les banques et les mosquées, n’hésitant pas ouvertement à faire des victimes ? Optant pour une stratégie plus discrète, s’adressant aux moins cultivés, n’a-t-il pas quadrillé des quartiers entiers, comme des villages excentrés, pour imposer un endoctrinement coranique relayé par des imams poussant à la haine et au jihad ?


La marche du Front populaire tunisien
N’a-t-il pas infiltré les différents ministères, comme les administrations de pions à sa solde ?  S’octroyant le luxe de prolonger leur mandat en toute illégalité ? N’a-t-il pas nommé des décideurs ignares et incompétents ? N’a-t-il pas établi une répression et une censure sans conteste ?

Enfin, n’en est-il pas parvenu à l’enlèvement, à l’incarcération, à la torture et à l’assassinat des opposants (Chokri Belaïd et d’autres encore… moins connus) ? S’arrogeant même le privilège de continuer à menacer la population de châtiments exemplaires !

Une cible à l’obscurantisme ?

N’est-il pas insidieux, voire humiliant, que ces soi-disant épris d’éthique se mettent à étaler sur les bancs de l’ANC les dessous de ces dames, et pas dans un style des « plus chics » (Cf. Gainsbourg-Birkin) ! C’était bien par-là qu’il fallait les dégrader, leur dénier tout soupçon d’intelligence et de suavité, en taxant l’intimité féminine de puanteur et en jouant les éboueurs !

Faire de la femme un objet d’abjection, c’était détourner toute une moitié de population (les hommes : chômeurs) des vrais problèmes de crise et jouer sur leur frustration ! Compte tenu du taux de réussite des jeunes filles, après la politique prioritaire de scolarisation entamée par Bourguiba, dans un contexte où, par coutume, les filles, sortant moins, réussissent mieux que les garçons !

La résistance artistique féminine
Car il faut bien dire qu’une association gouvernementale féminine avait été créée (dès 1956), ainsi qu’une fête officielle nationale (le 13 août). Il faut dire aussi que l’âge de la majorité avait été abaissé, alors que les imams islamistes veulent faire des femmes d’éternelles mineures.

Vers un cumul du non-droit ?

Pour toutes ces fausses raisons, au premier anniversaire de la fête des martyrs, suivant la révolution, les salafistes ciblent en priorité femmes, journalistes tunisiennes ou étrangères, dans le cortège de commémoration ! Traumatismes crâniens à la clé, les martyrs 2012 sont des sacrifiés à la cruauté et à la répression gratuites.

 « Cette année, la Tunisie s’apprête à commémorer un 9 avril singulier, où l’on commémore désormais, en sus de la Fête des martyrs, la dramatique répression violente du 9 avril 2012. Cette mise en abîme est aussi le résultat de l’immobilisme d’une commission d’enquête parlementaire impuissante et d’un ministère de l’Intérieur cultivant le secret ».

Les martyrs du saccage 2012

La Commission d’enquête sur les violences infondées reste systématiquement muette : les « ligues de protection de la révolution », labellisées salafistes, totalement hors-la-loi et totalement coupables et parfaitement « intouchables », sous la protection d’Ennadha.


La surenchère ou Ennadha discrédité

Le gouvernement Ennadha instaure la discrimination, dénoncée par l’actuel Front Populaire tunisien :  « Alors qu’il est censé, par sa fonction, représenter tous les tunisiens, le président provisoire de la République Tunisienne, Moncef Marzouki a déclaré à la chaîne Al-Jazeera, le 25 mars 2013 : «S’il vient à l’idée des extrémistes laïques de chercher à s’emparer du pouvoir, on dressera des potences et des guillotines et il n’y aura pas de sages, comme Moncef Marzouki, Mustapha Ben Jaafar ou Rached Ghannouchi pour prôner la modération, le dialogue ou la réconciliation nationale ».

Le pouvoir s’en prend au droit d’expression le plus basique, constate Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International : « Prononcer une interdiction générale des manifestations pour éviter d'avoir à faire aux manifestants est une infraction flagrante au droit international. Les agissements des forces de sécurité montrent bien qu'il est urgent de mettre en place une nouvelle législation qui protège le droit de manifester pacifiquement en Tunisie. »

La Tunisie du jihad
Le terrorisme intégriste est commandité par le gouvernement, souligne la LTDH : « La Tunisie a connu le lundi 9 avril 2012, journée de la fête nationale des martyrs, une journée noire pour les libertés, la démocratie et le respect des droits de l’Homme… Les forces de police, aidées par des milices, tenant les mêmes propos que des courants extrémistes et armées de barres de fer et de pierres, ont violemment chargé des manifestants pacifiques venus commémorer la fête des martyrs. Des journalistes bousculés, leurs matériels détruits, des députés de la Constituante, des représentants des partis et de la société civile, des vieux, des femmes, des jeunes ont été gazés par des lacrymogènes, souvent envoyés par des tirs tendus, et sauvagement agressés et copieusement insultés, certains par des groupes de miliciens sous le regard complaisant des forces de l’ordre. »


L’éradication des héros
Les conseils municipaux sont privés de leurs prérogatives. Menacés manu militari par le Ministère de l’Intérieur, ils doivent se soumettre au diktat de la théocratie. L’avenue « Chokri Belaïd », récent martyr politique pour ses idées de gauche, sera inaugurée « virtuellement » à Sidi Bou Saïd. Pas de plaque, mais un rassemblement témoigne de l’attachement de la Tunisie à ce grand humaniste politique. En présence de son épouse Besma Belaïd qui énoncera un discours poignant et militant.

L’indépendance, c’est pour demain ?

Malgré la discrimination communautariste que veut imposer le parti intégriste, la scission sociale que veut imposer Ennadha entre les partis hallal (autorisés parce qu’islamistes) et haram (interdits parce que laïques), la commémoration du 9 avril 2013 s’est effectuée dans une ville coupée en deux : la plus grande avenue de la capitale devient tabou pour le citoyen.

La jeune création cinématographique, elle, choisit son camp. Elle sort, après les événements du 9 avril 2012, un court métrage, intitulé « Bousculades, 9 avril 1938 », réalisé par Saoussen Saya et Tarek Khalladi. Il est diffusé aux Journées Cinématographiques de Carthage en novembre 2012.

« Bousculades » : les jeunes cinéastes s’engagent !
La résistance, l’indépendance est autant artistique que politique et juridique : la Tunisie a entamé sa révolte libertaire sur tous les fronts de la société… A l’avenir de lui donner raison.

 

Un article de Monak


          Tous droits réservés à Monak. Demandez l'autorisation de l'auteur avant toute utilisation ou reproduction du texte ou des images sur Internet ou dans la presse traditionnelle.


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Cet article vous a fait réagir ? Partagez vos réactions ici :