Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

samedi 9 février 2013

Costa-Gavras

Capital, l’obscène

Avec « Le Capital » du réalisateur franco-grec Costa-Gavras, qui ne se serait cru aux meilleures heures de la contestation et de l’engagement ? En ce 2 décembre frisquet, Paris ne s’éveille plus… reste frileux, amorphe, désengagé.

La critique emboite le pas à une opinion publique dépolitisée : Costa-Gavras s’en est pris à l’ordre établi, il doit payer.  La finance fait plier le politique et asservit les États, les médias à ses bottes !

Un cinéma de créateurs
Pour preuve de ce genre de dérives ? Mediapart -journal en ligne et chroniqueur en live-, aux créneaux de la diatribe tous azimuts, n’échappe pas aux réflexes du surbooking. Au Cinéma des Cinéastes, une trentaine d’invités ne verront pas la projection du Capital.

 

Salle Etienne Jules Marey

La salle des premières cinématographiques est comble : 314 fauteuils et pas un de plus. Sécurité oblige ! Les trente « péquins » massés sur le devant de la scène, munis de leur réservation Mediapart, sommés de quitter les lieux pour que la projection démarre, battront en retraite.

Costa-Gavras, un engagement public
Mais ils se verront conviés à participer aux débats. Entre temps, ils se dispatcheront dans les salles du Ciné-Club, gracieusement invités par la direction du Cinéma des Cinéastes. En ce dimanche, la messe est dite.

Au programme de la séance du Ciné-Club de l’ARP (Société civile des Auteurs-Réalisateurs-Producteurs), le film Pas très catholique (1993), en présence de la réalisatrice, Tonie Marshall. Personnalité attachante qui verra son public subitement déserter au générique de fin. Quelle époque !

Salle Etienne Jules Marey : on refuse du monde
Quant à Etienne Jules Marey, c’est l’incomparable initiateur de la chronophotographie révélateur du mécanisme du vol des oiseaux. Ces images au « fusil photographique » qui fragmentent point à point le processus du mouvement.

Tonie Marshall, « Pas très catholique »
Que de découvertes, pour un jour de repos dominical ! Jour du somme feint du Cac 40 ! Ou de la surexploitation de vos comptes bancaires. Au choix !
. 

En terre de fiducie

Revenons donc au vif du sujet par le biais de ce débat public. Et analysons les motifs qui, en ce jour des seigneurs du fiduciaire, orchestrent le lynchage du film. En ce jour donc, 5ème anniversaire de la crise économique mondiale, la confiance des petits épargnants est émoussée, et la situation des classes moyennes plus que tragique.

Jean-Claude Grumberg, le scénariste,  souligne que « ce qui était honteux devient une valeur ». Le clinquant, comme les signes extérieurs de richesse « imposent le respect ». La destruction de l’humain, dissimulée derrière le « chewing-gum » de l’apparat.


Costa-Gavras : la banque, le politique, l’obscène
Vanité et vénalité des prédateurs en libre circulation viennent engrosser les paradis fiscaux. Anéantissement de la démocratie face à la dictature de ce pouvoir incontrôlé des spéculateurs en plein patrimoine virtuel.

 Fallait-il concevoir un film didactique ? Ou affronter la réalité par le détour de la fiction ?

Le pamphlet comme riposte

L’au-delà de la désespérance, c’est peut-être justement le sarcasme. Pousser la logique des «salauds» aux termes de ses limites. Le pamphlet ne ménage aucune nuance. Il martèle sans laisser d’issue, dans le plus grand bonheur de l’indécence du jeu.

Edwy Plenel, débat ouvert…
Le roman dont est tirée l’intrigue démantèle le système et ses combines sans le moindre atermoiement. Œuvre d’un spécialiste, Stéphane Osmont, ex-haut-fonctionnaire du ministère de l’économie, elle est éditée quatre ans avant la crise. Cependant, elle en préfigure les ingrédients.

Moralité ? Pas l’ombre d’une. Dans le monde du capital, la dette est capitale, les bénéfices faramineux, les moyens capitaux, la morale absente.

Une certaine ressemblance en jet…
Alors, c’est cette référence qui dérange ? Elle choque le Bobo ?

 

 

Un article de Monak

Tous droits réservés et Julien Gué. Demandez l'autorisation des ayant-droits avant toute reproduction du texte ou des images sur Internet ou tout autre support.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Cet article vous a fait réagir ? Partagez vos réactions ici :