Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

lundi 30 septembre 2013

Tahiti nostalgie

Papeete d’hier… et d’aujourd’hui

« Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître… »

C’est dans l’indifférence générale que Tahiti a vu l’aéroport de Faa’a fêter ses cinquante ans en 2010. Pourtant, l’ouverture de la Polynésie française aux communications aériennes à changé fondamentalement les structures mêmes de la société polynésienne.

5 octobre 1960 : le premier gros porteur se pose à Tahiti-Faa’a
Nous reviendrons dans un autre article sur l’histoire commune de l’aviation, du nucléaire et du fenua1. Mon propos dans ces lignes est strictement nostalgique…

La nostalgie n’est plus ce qu’elle était
Cela fait un certain temps maintenant que quelques personnes ont créé des « pages Facebook » dans le seul but de collecter et partager avec le plus grand nombre des images d’une Polynésie passée.

Vous qui êtes des fidèles de « Tahiti, ses îles et autres bouts du monde » avez pu constater que je les ai pillées sans vergogne pour illustrer mes articles.

C’est pour les remercier que j’ai décidé d’écrire ces lignes et de réaliser le montage photos qui les accompagne.

Papeete et motu Uta vue de la montagne vers 1940
Et je ne puis que vous inciter à les visiter régulièrement car ce sont de véritables mines d’or pour tous ceux qui, comme moi, s’intéressent un tant soit peu à l’évolution de notre pays.

Il m’est impossible de citer ici tous leurs contributeurs, mais les chevilles ouvrières de ce fantastique travail d’archives sont incontestablement citées ci-après. Et je commencerai par celle qui ne cesse, jour après jour, d’enrichir par ses recherches notre mémoire photographique : Vahineitaria Silvia. L’autre page incontournable pour tous les fouilleurs de mémoires est celle de Tahiti Autrefois. Que tous les autres me pardonnent de ne pas les citer…

Le monde change
Il est quelques éléments qui sautent aux yeux du visiteur et qui marquent fondamentalement l’évolution du monde polynésien, au moins sur les îles principales, à commencer bien sûr par Tahiti.

Vers 1900 à Tahiti, bien avant l'automobile…
Le premier, c’est l’asservissement total de l’ensemble du territoire habitable à l’automobile, rendant inaccessible et insupportable, voire très dangereuse, la rue aux piétons.

Le deuxième, c’est la privatisation et le bétonnage du littoral, détruisant de fait les modes de vie traditionnels. Par exemple en rendant impossible la pêche lagonaire aux populations de pêcheurs qui sont obligées d’aller vivre au fond des vallées, bien loin de ce qui assurait leur survie il n’y a pas si longtemps.

Quand les jardins de Polynésie n'étaient pas des prisons de béton…
Le troisième, c’est l’enfermement des habitations derrière de hauts murs de béton gris, transformant ainsi les fare en prison et les rues en zones d’exclusion et de danger.

Bien sûr, nombre d’îles éloignées ont conservé le charme unique de la Polynésie accueillante, ouverte et aux douceurs inimitables. Mais pour combien de temps encore ?


Un montage photos nostalgique mais à visionner absolument
Pourtant, la situation géographique unique de nos îles comme leur isolement permettraient, à peu de frais, de faire de la Polynésie française un laboratoire écologique où il ferait si bon vivre…

Un article de  Julien Gué

Glossaire :
1)  fenua : le pays, la terre


Tous droits réservés à Julien Gué. Demandez l’autorisation de l’auteur avant toute utilisation ou reproduction du texte ou des images sur Internet, dans la presse traditionnelle et n’importe où ailleurs.


1 commentaire :

  1. viviane driesmans1 octobre 2013 à 22:47

    merci à vous tous pour ce merveilleux partage j'ai adoré

    RépondreSupprimer

Cet article vous a fait réagir ? Partagez vos réactions ici :