Ce blog est présenté par
--- Publicité ----

dimanche 28 janvier 2018

FIFO 2018



Une édition en Questions ?

Les éditos publiés dans le catalogue de la 15ème session du Festival International du Film documentaire Océanien (FIFO) nous présentent de véritables professions de foi. Elles sont proclamées par les grands noms de la culture ou de la politique, polynésiens ou associés. Elles étalent une belle fourchette de valeurs, principes, objectifs, thèmes, courants et perspectives qui ancrent l’événement depuis son origine.

Le FIFO entamera-t-il une double mutation structurelle ? D’abord, en s’adaptant « à l’évolution des formats documentaires dans la région », par la création de la section "Fenêtre-sur-court", dixit Miriama Bono, Présidente de l’AFIFO ? Ensuite, en maintenant dans le Off cette "Nuit de la Fiction" qui introduit pour la 9ème année les courts-métrages des créateurs océaniens, verra-t-on émerger l’acteur polynésien pour des 1ers rôles ?

Danse, petit chef, danse, Nouvelle-Calédonie (Compétition)
Chacun lui reconnaît un rôle catalyseur : rassembleur, « sociétal » ou mobilisateur, souligne René Bidal, haut-commissaire de la république en Polynésie française. Un objectif « crucial » qui fait déboucher le culturel « dans la sphère politique mondiale », remarque Michel Buillard, maire de Pape’ete. "Les pères fondateurs", comme ils se plaisent à se nommer, ne sont pas les moins percutants à ce propos : « exutoire », « lieu d’échange stratégique », le Festival, ne serait pas qu’un marché indispensable de l’audiovisuel mais un « engagement » civique océanien.

Quel impact, quel défi relèvera le FIFO 2018 ? Quelle forme prendra cette inflexion prometteuse… de changements ?

L’émotion porteuse ?
67 films retenus sur une présélection de 147. Les réalisations océaniennes cartonnent avec un accroissement de plus d’une fois et demie sur l’an dernier. L’arbre cacherait-il la forêt ? Des films issus de minuscules pays jusque-là absents percent l’écran ou récidivent : Guam, Papouasie-Nouvelle Guinée, Rapa Nui, Wallis et Futuna. Les réalisations contestataires continuent de soulever l’omerta de leur pays producteurs et parmi elles le Chili… Au palmarès des festivals de l’audace, le FIFO emporterait-il bien des lauriers ?

Ne serait-ce pas aussi dans un esprit d’insubordination que le choix du président du jury s’est porté sur Éric Lavaine ? De l’humour, il en a à revendre ! et son pedigree de scénariste-réalisateur, entre Les Guignols et une huitaine de fictions, l’embarque dans tous les genres de la comédie. À noter que son édito, sur le ton de l’autodérision, caricature le Français typique, inculte en géographie, surtout quand elle s’étend aussi loin de la Métropole. Quelles surprises nous prépare donc l’âme du jury ? 

Headhunt Revisited, Papouasie-Nouvelle Guinée (Hors-Compétition)
Quant aux thèmes des différentes sections, s’ils ne nous paraissent pas innovants, ils sont chargés d’émotions et reflètent la touche propre au cadre insulaire de ce continent éparpillé : isolation et enfermement. Avec le ghetto dans le ghetto de ces conflits de domination, de séquestrations ethniques, de l’incarcération et de la quête de soi, du péril environnemental, de l’autonomie et de sa confiscation, de l’ancien et du choix novateur, de la tradition et de la passion, de la création artistique rebelle et autres épanouissements de soi… Quels éléments inédits contribueront à marquer l’originalité de leur mode de traitement ?

Une contribution interactive ?
Autant de questions pour rendre compte d’un événement dont l’exception tient à son fonctionnement alternatif entre des réalisateurs et leurs publics. Si tous les cinéastes océaniens ne sont pas présents au Village-FIFO, à la différence des responsables des chaînes audiovisuelles de distribution, en revanche leurs images fécondent leurs spectateurs. Dynamisés, les cinéphiles prolongeront-ils dans la réalité l’effet de ce qu’ils ont vu et appris ?

Chim Soo Kung…, Polynésie (in écrans Océaniens)
Comme à son ordinaire, le festival développe un éventail d’ateliers techniques, destinés aux professionnels comme aux néophytes, ouvre des portes pour les futurs participants. Notons que les Polynésiens figurent dans la majorité des sections : en Compétition (1/14), Hors-Compétition (3/16), aux écrans océaniens (4/12), dans les Courts-Métrages documentaires (1/11), sur les Courts-métrages de fiction (2/14).

Vaiteani… Polynésie française, (in Courts-métrages doc.)
De nouveaux réalisateurs locaux s’imposeront-ils, seront-ils consacrés ? Les résultats, au tournage, comme à la sélection, sont-ils tributaires du montant du budget dont ils disposent ? Le FIFO suscitera-t-il de nouvelles vocations de faiseurs d’images ?

Que de questions !
Agitateur de sens et de nos sensibilités, d’opinions et de militantisme, le FIFO 2018 se singularisera-t-il à travers ses échanges entre public et réalisateurs par l’affluence des spectateurs ? Suscitera-t-il des polémiques ? Destiné aussi à initier un auditoire de scolaires, répartis sur cinq demi-journées, incluant projections ou découvertes des métiers du cinéma, le FIFO tient-il lieu de décodeur d’images ? Un prix jeune public pourrait-il s’envisager ?

Chemin Kanak, Nouvelle-Calédonie, (in Courts-Fiction)
Le festival, du 03 au 11 février 2018, approche pour nous captiver une fois de plus… Bienvenue donc aux festivaliers du monde et surtout, surtout à ces réalisateurs océaniens, capteurs d’images, capteurs de rêves… N’est-ce pas ?


Un article de Monak & Julien Gué

Tous droits réservés à Monak & Julien Gué. Demandez l’autorisation des auteurs avant toute utilisation ou reproduction du texte ou des images sur Internet, dans la presse traditionnelle ou ailleurs.


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Cet article vous a fait réagir ? Partagez vos réactions ici :